09/10/2009

10 bonnes raisons de composter

Et donc, récemment, tu as déménagé dans une maison avec un jardin, et tu as enfin pu accomplir un grand rêve qui te travaillait depuis des années : composter enfin tes déchets de cuisine et tes déchets verts.

Et tu découvres alors tout plein d'avantages que tu n'avais même pas envisagés auparavant. Voici, de la part d'un récent converti, 10 bonnes raisons de passer au composteur !

1) Composter permet de diminuer d'un coup ta production de déchets : les statistiques parlent d'un tiers de poubelle en moins. - 30%, c'est énorme, quand tu sais qu'un Français produit environ 360 kg de déchets par an (1 kg par jour et par personne, deux fois plus qu'il y a cinquante ans).

Ça veut dire que tu contribues à réduire les camions-bennes sur les routes (donc émissions de CO2 en moins...) et à diminuer la quantité de déchets enfouis ou incinérés...

2) Conséquence immédiate : tu remplis drôlement moins vite ta poubelle dite « d'ordures ménagères ». Ta poubelle de 20/30 litres, tu la sors désormais moins d'une fois par semaine, pour une famille de 4 personnes (à condition bien sûr de ne pas y mettre les recyclables !).

3) Conséquence un peu moins immédiate mais qui ravira l'homme de maison (ou sa femme, selon le progrès dans les familles) : tu nettoies drôlement moins souvent ta poubelle ! Tu te souviens, quand la peau du melon que tu avais jetée il y a deux jours commençait à pourrir au fond du sac, le jus marron-noir qui puait, qui coulait par les petits trous causés par le pot de yaourt, qui stagnait au fond de la poubelle, que quand tu enlevais le sac, tu constatais qu'il fallait tout nettoyer à la javel ? Fini, tout ça ! La poubelle que tu jettes, elle est beaucoup plus sèche qu'avant. Pour peu que tu t'arranges pour envelopper un minimum le gras de la viande et les arêtes de poissons, elle ne pue même plus.

composteur-dehors

Le composteur de Sébi et son seau à compost

4) Tu te mets à manger davantage de fruits et légumes. Parce que d'une part tu réalises que l'une des « raisons » qui te freinaient de beaucoup en manger, c'était justement qu'après tu avais plein de pelures, de mauvaises feuilles, de jus, de pépins et de machins qui finissaient par pourrir dans la poubelle. Et d'autre part parce que maintenant tu es impatient d'aller déposer ton offrande, la plus belle possible, au nouveau dieu dans le jardin.

5) Tu as même le droit d'être feignant. C'est vrai que si plus tard tu tiens à utiliser le compost dans ton jardin, il est utile de surveiller le processus de temps en temps (vérifier que le tas ne soit pas trop humide ni trop sec, évaluer l'équilibre entre déchets azotés et déchets carbonés...) et retourner la masse à peu près une fois par mois.

Mais si tu ne te soucies guère de la production de terreau, tu peux juste te contenter de remplir avec tes déchets de cuisine et des déchets verts, le processus suit son cours tout seul et diminue de volume tous les jours. Un copain à moi remplit son composteur depuis dix ans, il n'a jamais atteint le bord !

Ouais, si t'es feignant, tu remplis et tu t'occupes plus de rien. L'écologie c'est faire des sacrifices ? Pas avec le compostage, ça c'est sûr.

6) Composter, c'est propre ! Avec ton composteur, tu as reçu un joli petit seau, que tu utilises dans ta cuisine, doté d'un couvercle bien pratique qui permet de ne pas attirer les mouches et moucherons quand tu ne t'en sers pas. Tu peux vider le seau tous les deux ou trois jours. Ça sent un peu, à la longue, mais le couvercle évite les odeurs dans la cuisine.

7) Tu prends l'air : tu t'offres tous les soirs une petite sortie dans le jardin pour aller déposer l'offrande dans le composteur. S'il ne fait pas beau tu peux attendre un petit peu, de toute façon le couvercle du seau te permet d'attendre, ça ne sentira pas mauvais dans ta cuisine. Ou alors tu envoies tes gosses au composteur, ils adorent ça.

8) Dans le jardin, le composteur ne pue pas, tu peux faire ta vie à proximité et l'oublier. T'aurais vu la tête de mon pote quand tout fier j'ai ouvert la bête pour lui montrer, il avait masqué son nez et sa bouche pour se protéger, avant de découvrir que ça sent juste l'humus. Le principe, c'est justement que les bestioles, là-dessous, bouffent les déchets avant que ceux-ci ne pourrissent, donc l'odeur n'est pas du tout désagréable. Rien à voir avec l'odeur d'une vieille poubelle.

composteur-dedans

9) Composter, c'est pas cher. Très souvent, les syndicats qui gèrent les ordures ménagères vendent aux particuliers des composteurs à des prix dérisoires (10 à 15 euros, cinq à dix fois moins cher que dans le commerce). Souvent en plastique, parfois en bois. En bois c'est plus joli, mais il faut prévoir un entretien supplémentaire pour éviter que les parois ne finissent par se composter elles-mêmes.

10) Tu te réconcilies avec toutes les bestioles du jardin. Tu admires les vers blancs qui grouillent sur les trognons, tu observes le ballet des fourmis qui viennent se servir de l'abondance, tu t'émeus de la petite araignée qui a fait sa toile au-dessus de tout ce petit monde, tu ramènes quelques lombrics quand tu en trouves ailleurs dans le jardin. Tu gères un bon mètre cube de biodiversité rien qu'à toi !

En fait composter ça a tellement d'avantages que tu te demandes pourquoi tu ne t'y es pas mis plus tôt. Même en appartement tu aurais pu, finalement, à la télé l'autre jour il y avait ces jeunes Parisiens, là, des décroissants qui avaient consacré un tiroir d'une étagère pour y mettre leur compost (c'était des lombrics qui faisaient le travail).

Et pourquoi pas ?

Pour tout savoir sur le compostage, voir le guide de l'ADEME.