07/01/2015

Innommable

 

"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire."

(Voltaire)

charlie,hebdo,démocratie

(Illustration: Jean Jullien)

01/04/2011

Bientôt, Fukushima-Bad ?

Ce 15 mars, Jean-Marie Dedecker, lors d'une interview radio a très sérieusement annoncé qu'il souhaitait la création d'une centrale nucléaire à Oostende, sa propre commune.  

Sans doute, dans le contexte de crise politico-communautaire aigue dans lequel se trouve la Belgique depuis dix mois, aurait-on pû y voir une volonté de la Flandre d'assurer son indépendance énergétique en cas de scission du pays.

Cette déclaration, largement perçue comme une boutade exprimée par un politicien sans doute aigri de s'être fait voler son auréole "d'homme politique le plus populaire en Flandre" (Baromètre Politique La Libre Belgique/RTL-TVi d'Octobre 2008), par Bart-dont-on-ne-peut-prononcer-le-nom (Baromètre Politique La Libre Belgique/RTL-TVi de Mars 2011) aurait probablement fait long-feu, si de récents évènements n'étaient pas survenus, qui semblent confirmer la crainte que Dedecker n'exprimait pas là qu'un coupable fantasme.

Les autorités japonaises ont en effet annoncé cette semaine que, suite à la série d'incidents dont ont été l'objet les réacteurs 1 à 4 de la centrale de Fukushima après le tsunami du 11 mars, ceux-ci ne pourront plus qu'être démantelés.

Un esprit attentif aura soulevé la légèreté de ces propos et un défaitisme qui ne ressemble habituellement pas à l'idée que l'on se fait des Nippons.   Et effectivement, la présence au Japon de Anne Lauvergeon, la "big-mama" du nucléaire français, aurait dû mettre la puce à l'oreille.

Car si après un démantelement se pose le problème des déchets nucléaires, on pourrait organiser une superbe campagne de comm' qui aurait pour but de faire taire tous les anti-nucléaires du monde en organisant pour la première fois un RECYCLAGE TOTAL de centrale nucléaire.

L'opération est simple: il s'agit tout simplement de démonter pièce par pièce une centrale et de la reconstruire à l'identique en un autre lieu, en profitant au passage de remplacer les pièces défectueuses ou endommagées.

Et voilà la Flandre pourvue d'une toute nouvelle centrale nucléaire, bénéficiant à la fois des savoir-faire japonais et français et d'une sécurité à toute épreuve.  Car pour rappel, la centrale de Fukushima a parfaitement résisté aux secousses du tremblement de terre de 8.9; c'est le tsunami qui lui a posé quelques menus problèmes, et avant qu'un tsunami n'engloutisse la Flandre, on risque de devoir attendre encore un petit peu....

(Cliquez sur l'image pour agrandir)

ostende,oostende,dedecker,fukushima

 

05/12/2008

Où l'on commence par une pétition

Alors là, tu vois, pfiou !

Ça fait deux ans presque que je lis ce blog, là, Grandeur Nature, que au début j'osais à peine commenter tellement j'étais bouche bée devant les articles fouillés, les analyses pertinentes, les enquêtes indépendantes, tout ça, que rédigeait David, citoyen plein de bon sens qui ne s'en laisse pas raconter.

La semaine dernière, David m'a proposé de venir enrichir (?) ponctuellement son blog de mes réflexions toutes personnelles sur l'écologie. Parce que vois-tu, dans ma vraie vie comme sur mon vrai blog (hop, promo), je présente quelques caractéristiques de ce qu'on appelle "un écolo". Des caractéristiques, comment ça ? Eh oui : être écolo, c'est comme être gaucher, c'est pas forcément à 100%. Par exemple, je suis droitier, la batte de base-ball je la tiens quand même du côté gauche, et j'ai un copain qui est gaucher, il shoote quand même dans le ballon du pied droit, tu vois ce que je veux dire maintenant ? Ben voilà, moi c'est pareil, je suis écolo mais seulement de la main gauche.

Bigre, l'affaire semble déjà mal barrée ; on parle d'enrichir un blog génial, et me voilà à parler de foot et de base-ball. BREF. Après une longue réflexion et malgré un trac pas possible, et aussi parce que j'aime bien me faire supplier, j'ai fini par accepter. Tant pis pour la Belgique.

Alors avant de nous égarer davantage, et pour ma première contribution, je vais donc te parler... d'OGM.

Tu sais sans doute qu'en France (tu sais, la France ?), le gouvernement a voté en avril dernier une loi "ni pro ni anti OGM", laissant aux agriculteurs le droit de cultiver "avec ou sans OGM". C'est à dire que celui qui voudra cultiver sans OGM devra se débrouiller avec la contamination du voisin qui aura le droit de cultiver OGM. Marie-Monique Robin l'a pourtant montré dans son film Le Monde selon Monsanto, avec les exemples de l'Amérique centrale : on ne peut pas lutter contre la dissémination des OGM.

En signe de protestation, et pour se protéger des effets de cette loi, plusieurs maires ont pris des arrêtés afin de déclarer le territoire de leur commune "zone interdite aux OGM". C'est le cas de la municipalité du Thor (Vaucluse)(France, donc), qui a pris un arrêté en ce sens le 20 mai 2008. Comme souvent, cette délibération a été attaquée au Tribunal administratif, en l'occurrence celui de Nîmes par le préfet de Vaucluse.

Le collectif anti-OGM 13-84 appelle "à apporter votre soutien à la municipalité du Thor dans sa décisionà affirmer votre volonté de choisir de vivre dans un monde sans OGM soucieux de protéger la biodiversité et la vie", en signant cette pétition.

Soutien à la mairie du Thor

Comme d'habitude, on n'est jamais sûr de l'impact des pétitions, mais celles-ci présentent au moins l'avantage d'être un moyen d'attirer l'attention. Maintenant, tu fais ce que tu veux !

Voilà, voilà !

Pour ma part je remercie David pour l'invitation, c'est sympa aussi de mettre un peu le foutoir chez les autres. Sois gentil, dis-lui merci aussi, ça évitera qu'il se dise qu'il a fait une bourde.

A bientôt,

Sébi !

09:00 Écrit par Sébi dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

08/10/2006

Extrême dégoût (d'égout ?)

Juste une pensée de soutien pour les 70% d'électeurs flamands qui n'auront pas soutenu la haine et l'intolérance.