07/12/2017

something like that


10:34 Écrit par L'Eternelle Optimiste dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2012

"Combat Monsanto" a besoin de vous !

AGISSEZ AVEC NOUS ! FAITES UN DON

Par Marie-Monique ROBIN, le 27 décembre 2011,

Chère Amie, Cher Ami,

En 2008, Combat Monsanto naissait suite à mon documentaire « le Monde selon Monsanto », qui mettait au grand jour les méthodes scandaleuses de Monsanto pour imposer ses produits mortifères au monde entier.

Agent Orange, hormones laitières, PCB, Round Up, OGM : autant de produits aux conséquences sanitaires, économiques, sociales et environnementales désastreuses que Combat Monsanto a par la suite exposés et décryptés.

3 ans de vigilance active

Grâce à votre fidélité, nous avons pu effectuer une veille informationnelle sur les manœuvres de l’industrie agroalimentaire, ainsi que sur les résistances mondiales pour défendre la souveraineté alimentaire.

Du drame des paysans indiens suicidés, en passant par le courage des Faucheurs Volontaires, jusqu’aux mouvements syndicaux au Burkina Faso, Combat Monsanto relaie sans relâche les initiatives populaires face à la mainmise de l’industrie : parce que sans nier le poids de la menace, nous croyons en ces résistances porteuses d’espoir !

Forts de ces années d’expériences et de notre connaissance approfondie du « système Monsanto », nous avons décidé de nous attaquer au cœur du problème : la capture de la décision publique par des intérêts privés. C’est ainsi que Combat Monsanto a rejoint la coalition européenne ALTER-EU et que nous travaillons activement à l’émergence d’un front commun en France pour l’encadrement du lobbying et la transparence.

La survie de Combat Monsanto menacée

Malheureusement à ce jour, la survie de l’association est fortement compromise par le contexte de crise économique et démocratique général. Nous savons que cette crise nous impacte tous : individus, associations, agriculteurs… Mais c’est justement en ces temps difficiles que nous devons enrayer ces menaces par une vigilance et une solidarité accrues.

Dans cette situation exceptionnelle, nous vous sollicitons directement pour la première fois. Car sans votre soutien financier, Combat Monsanto sera contrainte de cesser ses activités avant mai 2012.

La fermeture de Combat Monsanto, c’est une voix pour la souveraineté alimentaire qui disparaît. Une société civile toujours plus affaiblie… et une mission au service de l’intérêt général qui n’est plus assurée. Nous avons pourtant encore tant à faire !

Des défis à relever ensemble

Lundi 28 novembre 2011, Monsanto gagne son procès contre l’Etat français et fait annuler l’interdiction de la culture de son maïs MON810 sur le territoire français.

Le même jour en France, une loi sur les semences est votée, interdisant aux agriculteurs de ressemer leur récolte sans s’acquitter d’une taxe pour les grands semenciers.

¤ Tandis que Monsanto annonce un chiffre d’affaire de 10.5 milliards de $ en 2010, des milliers de petites exploitations disparaissent chaque année.

¤ Alors que 65% des français se déclarent inquiets vis-à-vis des OGM, 78 demandes d’autorisation de mise sur le marché sont en attente. (Voir le moteur de recherche d’Inf’OGM)

¤ Tandis que dans un contexte de crise économique, écologique et démocratique globale, l’autonomie de nos agriculteurs est cruciale pour la souveraineté alimentaire, les lobbys industriels poussent toujours plus pour une réduction de leurs droits.

Aujourd’hui vous avez pleinement votre rôle à jouer !

Malgré le déséquilibre des forces, les citoyens du monde entier ne se laissent pas faire ! Aux Etats-Unis 270 000 agriculteurs intentent un procès à Monsanto, l’Inde fait de même pour condamner ses actes de biopiraterie, l’agriculteur Paul François attaque Monsanto pour intoxication.

Dans le même temps, des milliers d’alternatives à l’agriculture intensive fleurissent, et de plus en plus de citoyens et d’élus sont prêts à faire changer la donne.

Pour continuer ensemble notre travail à la fois de dénonciation et de proposition d’alternatives, chaque don compte ! En cette période de fêtes et d’abondance de gadgets inutiles, pourquoi ne pas offrir à vos proches un moyen de peser dans la balance en les invitant à nous soutenir ? N’hésitez-donc pas à diffuser notre appel : chaque don est une part de mobilisation !

« Pour que le monde de Monsanto ne soit jamais le nôtre, nous comptons sur vous ! »

Marie-Monique ROBIN et l’Equipe de Combat Monsanto

 

 

Voir aussi

http://www.combat-monsanto.org/

http://grandeur-nature.skynetblogs.be/post/5628742/les-cr...

27/03/2011

EARTH HOUR 2011 BELGIQUE: Pour quel résultat ?

Bonjour,

Aujourd'hui, je voudrais jeter un petit pavé dans la mare.  Non pas pour démolir l'initiative, car j'en suis l'un des plus fervents supporters, mais pour relativiser les auto-satisfecits que l'on ne manquera pas de voir et de revoir dans les médias aujourd'hui.

La trafic électrique en Belgique est en grande partie géré par Elia, le gestionnaire principal du réseau à haute tension.

Sur leur site internet (www.elia.be), on peut trouver les données opérationnelles, quasimment en temps réel.  Quart d'heure par quart d'heure, le trafic sur l'ensemble du réseau est reproduit sur leur site sous forme de graphique et de données téléchargeables.

J'ai donc repris ces données pour vérifier l'impact réel de l'initiative Earth Hour 2011, en Belgique.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat est pour le moins... interpellant. 

Dans le premier graphique (cliquez sur la vignette pour agrandir), j'ai comparé la consommation électrique entre ce samedi 26 Mars et le samedi 19 mars.  Pourquoi un samedi ?  Et bien tout simplement pour avoir un "schéma" de consommation identique.  En effet, d'un samedi à l'autre, l'allure générale de la courbe reste identique.Journée complète.JPG
Première constation: la consommation sur l'ensemble de la journée d'hier (en rouge) a été moindre que celle de samedi passé (en bleu).  Les températures clémentes et le fort ensoleillement de la semaine écoulée ont sans doute rendu les besoins en chauffage moins élevés.   Et on retrouve bien, sur l'ensemble de la journée, les "formes" très similaires des deux lignes.  Mais aux environs de 20h30, heure du début de l'Earth Hour,.... on ne remarque pas grand'chose ! 

Maintenant, si on s'approche un peu de la période pendant laquelle les lumières ont été éteintes (cliquez sur la deuxième vignette pour agrandir), on trouve deux points importants :

1930-2230.JPG

  • Tout d'abord, dans le quart d'heure précédant 20h30, on remarque une légère diminution de la consommation électrique (de l'ordre de 230 MWh).  Cette diminution est indiquée par le premier éclair vert sur le graphique.  Si on compare à la consommation du samedi précédent, on voit qu'il n'y avait pas eu cette baisse de consommation, et donc, on pourrait en déduire que voilà bien l'effet du Earth Hour. Pour donner l'ordre de grandeur, les 230 MWh de baisse de consommation au début de l'évènement représentent la production d'environ un quart de réacteur nucléaire ou encore environ 2.5 % de la consommation électrique totale du pays à ce moment-là.
  • Ensuite, on aurait pû redouter, à la fin du Earth Hour, que toutes les lumières éteintes se rallument en même temps, et bien, non (deuxième éclair).  Et en définitive, on voit même qu'au fil de la soirée, l'écart se creuse.  Donc, il semblerait bien que les lumières soient restées éteintes toute la soirée.   Effectivement, certains bâtiments publics, pour des raisons de facilité sans doute, sont restés dans le noir toute la nuit, et on peut imaginer de nombreux rassemblements où la soirée s'est finalement déroulée aux chandelles et flambeaux.

Alors, au bout du compte ?  Earth Hour 2011, réel succès ou non-évènement ?

Il est difficile de chiffrer autrement que par la baisse de consommation globale le taux de participation.  Ce type d'évènements fait en effet largement appel aux initiatives personnelles qui ne peuvent pas être recencées.

Néanmoins, il faut se rendre compte que certaines industries (fonderies, unités de galvanisation...) et certaines collectivités (hopitaux, ascenseurs,...) n'ont pas la possibilité de participer.

Il reste donc ces 2.5 % ou 230 MWh économisés pendant ce qui semble être toute la soirée.

A chacun de se faire sa propre opinion.

Pour ma part, je dirais simplement, pour avoir un peu observé les fenêtres dans mon quartier, que la participation individuelle aurait pû être plus importante.

Nous verrons l'année prochaine ce qu'il en est....

12:00 Écrit par David dans Actualité, Général, Nature, Web | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : earth, hour, belgique |  Facebook |

25/02/2011

Qui c'est le plus fort ? (2)

Et voici.... Le "Camelfridge"  (*)

Camelfridge.jpg

(*) Pourrait être librement traduit par "Chameau-frigo".

 

Source: EDN  http://www.edn.com/article/470886-Photovoltaic_Application.php

09:04 Écrit par David dans Général, Humour, Nature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/02/2011

Qui c'est le plus fort ?

 

Qui c'est le plus fort.JPG

 

08:41 Écrit par David dans Général, Humour, Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

01/04/2010

Les hydroliennes wallonnes bientôt subsidiées

Paul De Visser est un entrepreneur heureux.
Un an jour pour jour après la création de sa PME "Dessent SPRL" sur les hauteurs de Bioul, le premier gros contrat commercial à l'étranger vient d'être signé en Angleterre avec la ville de Fishaven (New Hampshire).   Dessent fournira 5000 hydroliennes à la ville qui en équipera tous ses bâtiments administratifs et logements sociaux.

Mais de quoi s'agit-il ?

Comme tout le monde le sait, il y a peut-être beaucoup de vent en Belgique, mais sa répartition sur notre territoire n'est pas égale partout: La Flandre dispose ainsi en effet d'un potentiel éolien plus élevé qu'en Wallonie.   En revanche, au niveau des précipitations, les deux régions se trouvent sur un pied d'égalité

D'où l'idée de Monsieur De Visser de récupérer, du moins en partie, l'énergie gaspillée au sein même de nos conduites de descente d'eau de pluie par ces milliers de mètres cube d'eau qui, chaque année, dévalent les pentes de nos toits.

Un petit boîtier d'environ 15 cm de côté, simplement posé au pied de la descente pluviale équipé d'une petite roue à aubes actionnée par la chute d'eau, entraînant un petit alternateur capable de produire jusqu'à 1 kW d'électricité par temps de fortes pluies.

L'avantage du système est évident: sa simplicité de mise en oeuvre (un bricoleur peut réaliser lui-même son installation), et son coût très bas pour un rendement assuré

dans les pays fortement arrosés comme le Royaume-Uni ou notre Belgique (les prototypes installés au domicile privé de Monsieur De Visser ont produit jusqu'à 30% de son eau chaude sanitaire au cours de l'hiver 2007-2008 malgré une pluviosité relativement modérée pour la saison).  Tout cela devrait assurer à l'hydrolienne de Dessent un beau succès commercial.

La Région Wallonne ne sera pas en reste.  Afin de promouvoir cette énergie qualifiée de bleue, elle lance dès ce 1er Avril des incitants à l'installation des hydroliennes pour toute nouvelle construction sur le territoire wallon.  Une prime équivalente à 30% du coût global du système sera versée à tout particulier ou entreprise désireuse de s'équiper de la sorte.

Et pour concrétiser son engagement, un projet grandeur nature, entièrement financé par la Région, verra le jour dès ce printemps dans le centre-ville de Namur.

En effet, ce sont pas moins de 1000 ménages qui pourront être équipés gratuitement d'hydroliennes.   Les ménages seront choisis en fonction de la surface arrosée de leur toiture afin d'optimiser le rendement des générateurs.

Notons pour mémoire cependant que ce projet d'envergure soulève les objections de quelques groupes d'opposants qui estiment que les nuisances engendrées par ces hydroliennes ne seront pas compensées par les avantages de cette technologie.  Ils avancent en effet des mesures de bruit sur les prototypes faisant état de niveaux sonores sur une fréquence qui pourrait incommoder les petits animaux domestiques tels les hamsters ou les poissons rouges.   Ils évoquent aussi, simulations photographiques à l'appui,  les atteintes au paysage de certains centres-villes à caractère historique où les boîtiers montés sur les descentes d'eau de pluie ne s'intègrent pas à l'esthétique urbaine. 

Monsieur De Visser propose une table ronde sur le sujet où il pourra offrir des alternatives.  On avance déjà plusieurs possibilités, comme des reproductions des armoiries de la ville sur les faces visibles des boîtiers.  Un compromis devrait pouvoir être trouvé, bien que les opposants au projet fourbissent déjà leurs armes et évoquent aussi les possibles répercutions négatives sur le tourisme, craignant une désertion de nos centres-villes par les touristes rebutés par la multiplication des hydroliennes à tous les coins de rue.

Nul doute que l'été sera chaud et,... espérons-le, très pluvieux !

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

13/11/2009

Ca roule, ma poule...

essence_à_10_EUR

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

30/10/2009

Pour rester vert jusque sous la couette..

Galipettes et écologie. Pourquoi pas, si vous êtes déjà convaincu pour le reste ?

Si vous faites déjà attention au quotidien, dans ce domaine aussi tout viendra  naturellement !

Quelques pistes :

  • Economie d'eau : prendre une douche à deux. Pas de gaspillage d'eau et il s'agit , croyez moi , d'une bonne entrée en matière...
  • Ambiance : éteindre toutes les lumières ou mettre des bougies un peu partout du diner au dessert...bou
  • Toys : Certaines se dirigeront vers le rayon fruits et légumes (là , achetez plutôt bio ou lavez bien car gare aux pesticides ). Pour les autres jouets, utilisez des piles rechargeables, des chargeurs solaires (7 h de charge pour une heure d'utilisation, disent-ils ).  Une nouvelle gamme de joujou au design simple et chic a fait son apparition sur le marché; entièrement faits à partir de matériaux recyclés, emballage non polluant .  Une partie du prix est reversé à une association pour l'environnement. A vous de juger !
  • Protection: Un petit chapeau et c'est toujours plus habillé , nervure ,goût et texture  , tout est permis. Là aussi , l'écolo et l'allergique au latex peuvent trouver leur bonheur : le chapeau bio ! Mais attention car même 100 % naturel et recyclable , ce type de préservatif peut servir de moyen de contraception mais il ne protège absolument pas des maladies sexuellement transmisibles ( M.S.T)

     Laisser faire un brin  d'imagination , un brin de fantaisie et un peu de logique et ces moments magiques peuvent aussi être écologique !
  • conc

09:00 Écrit par L'Eternelle Optimiste dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fun, ecologie, mouton, bio, protection, recyclage, calin, au quotidien |  Facebook |

09/10/2009

10 bonnes raisons de composter

Et donc, récemment, tu as déménagé dans une maison avec un jardin, et tu as enfin pu accomplir un grand rêve qui te travaillait depuis des années : composter enfin tes déchets de cuisine et tes déchets verts.

Et tu découvres alors tout plein d'avantages que tu n'avais même pas envisagés auparavant. Voici, de la part d'un récent converti, 10 bonnes raisons de passer au composteur !

1) Composter permet de diminuer d'un coup ta production de déchets : les statistiques parlent d'un tiers de poubelle en moins. - 30%, c'est énorme, quand tu sais qu'un Français produit environ 360 kg de déchets par an (1 kg par jour et par personne, deux fois plus qu'il y a cinquante ans).

Ça veut dire que tu contribues à réduire les camions-bennes sur les routes (donc émissions de CO2 en moins...) et à diminuer la quantité de déchets enfouis ou incinérés...

2) Conséquence immédiate : tu remplis drôlement moins vite ta poubelle dite « d'ordures ménagères ». Ta poubelle de 20/30 litres, tu la sors désormais moins d'une fois par semaine, pour une famille de 4 personnes (à condition bien sûr de ne pas y mettre les recyclables !).

3) Conséquence un peu moins immédiate mais qui ravira l'homme de maison (ou sa femme, selon le progrès dans les familles) : tu nettoies drôlement moins souvent ta poubelle ! Tu te souviens, quand la peau du melon que tu avais jetée il y a deux jours commençait à pourrir au fond du sac, le jus marron-noir qui puait, qui coulait par les petits trous causés par le pot de yaourt, qui stagnait au fond de la poubelle, que quand tu enlevais le sac, tu constatais qu'il fallait tout nettoyer à la javel ? Fini, tout ça ! La poubelle que tu jettes, elle est beaucoup plus sèche qu'avant. Pour peu que tu t'arranges pour envelopper un minimum le gras de la viande et les arêtes de poissons, elle ne pue même plus.

composteur-dehors

Le composteur de Sébi et son seau à compost

4) Tu te mets à manger davantage de fruits et légumes. Parce que d'une part tu réalises que l'une des « raisons » qui te freinaient de beaucoup en manger, c'était justement qu'après tu avais plein de pelures, de mauvaises feuilles, de jus, de pépins et de machins qui finissaient par pourrir dans la poubelle. Et d'autre part parce que maintenant tu es impatient d'aller déposer ton offrande, la plus belle possible, au nouveau dieu dans le jardin.

5) Tu as même le droit d'être feignant. C'est vrai que si plus tard tu tiens à utiliser le compost dans ton jardin, il est utile de surveiller le processus de temps en temps (vérifier que le tas ne soit pas trop humide ni trop sec, évaluer l'équilibre entre déchets azotés et déchets carbonés...) et retourner la masse à peu près une fois par mois.

Mais si tu ne te soucies guère de la production de terreau, tu peux juste te contenter de remplir avec tes déchets de cuisine et des déchets verts, le processus suit son cours tout seul et diminue de volume tous les jours. Un copain à moi remplit son composteur depuis dix ans, il n'a jamais atteint le bord !

Ouais, si t'es feignant, tu remplis et tu t'occupes plus de rien. L'écologie c'est faire des sacrifices ? Pas avec le compostage, ça c'est sûr.

6) Composter, c'est propre ! Avec ton composteur, tu as reçu un joli petit seau, que tu utilises dans ta cuisine, doté d'un couvercle bien pratique qui permet de ne pas attirer les mouches et moucherons quand tu ne t'en sers pas. Tu peux vider le seau tous les deux ou trois jours. Ça sent un peu, à la longue, mais le couvercle évite les odeurs dans la cuisine.

7) Tu prends l'air : tu t'offres tous les soirs une petite sortie dans le jardin pour aller déposer l'offrande dans le composteur. S'il ne fait pas beau tu peux attendre un petit peu, de toute façon le couvercle du seau te permet d'attendre, ça ne sentira pas mauvais dans ta cuisine. Ou alors tu envoies tes gosses au composteur, ils adorent ça.

8) Dans le jardin, le composteur ne pue pas, tu peux faire ta vie à proximité et l'oublier. T'aurais vu la tête de mon pote quand tout fier j'ai ouvert la bête pour lui montrer, il avait masqué son nez et sa bouche pour se protéger, avant de découvrir que ça sent juste l'humus. Le principe, c'est justement que les bestioles, là-dessous, bouffent les déchets avant que ceux-ci ne pourrissent, donc l'odeur n'est pas du tout désagréable. Rien à voir avec l'odeur d'une vieille poubelle.

composteur-dedans

9) Composter, c'est pas cher. Très souvent, les syndicats qui gèrent les ordures ménagères vendent aux particuliers des composteurs à des prix dérisoires (10 à 15 euros, cinq à dix fois moins cher que dans le commerce). Souvent en plastique, parfois en bois. En bois c'est plus joli, mais il faut prévoir un entretien supplémentaire pour éviter que les parois ne finissent par se composter elles-mêmes.

10) Tu te réconcilies avec toutes les bestioles du jardin. Tu admires les vers blancs qui grouillent sur les trognons, tu observes le ballet des fourmis qui viennent se servir de l'abondance, tu t'émeus de la petite araignée qui a fait sa toile au-dessus de tout ce petit monde, tu ramènes quelques lombrics quand tu en trouves ailleurs dans le jardin. Tu gères un bon mètre cube de biodiversité rien qu'à toi !

En fait composter ça a tellement d'avantages que tu te demandes pourquoi tu ne t'y es pas mis plus tôt. Même en appartement tu aurais pu, finalement, à la télé l'autre jour il y avait ces jeunes Parisiens, là, des décroissants qui avaient consacré un tiroir d'une étagère pour y mettre leur compost (c'était des lombrics qui faisaient le travail).

Et pourquoi pas ?

Pour tout savoir sur le compostage, voir le guide de l'ADEME.

 

03/10/2009

L'élégance du Hulot

Bonjour,

Y'a pas à dire, il a de la patience, le Nicolas Hulot !

Après s'être fait traité tour à tour d'"Illetré Scientifiquement" sur l'antenne de Radio Classique le 09/09 :


 

puis d'"imbécile" dans les colonnes de Nice Matin le 27/09,

Claude Allègre - Nice Matin - 2009-09-27

 

Nicolas Hulot garde son calme et note simplement que "Claude Allègre utilise son intelligence à mauvais escient."

 

Quant à moi, je n'aurai pas la patience et la diplomatie de Hulot, et je dirai tout haut ce qu'il pense peut-être tout bas et en utilisant la réthorique tant appréciée par l'intéressé:

Monsieur Claude Allègre, vous n'êtes rien de plus ou rien de moins qu'un dangereux con.   Intelligent, certes, mais con.

Voilà.

Et pour passer à quelque chose de plus intéressant, n'oubliez pas, ce mercredi 7 octobre, dans un cinéma près de chez vous :

13:27 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

18/09/2009

A commencer tôt....

eco enf

 

" Même la plus petite personne peut changer le cours de l'avenir..."

Tolkien. Le seigneur des anneaux

 

Il suffit parfois juste de montrer l'exemple et d'expliquer nos gestes à nos enfants pour qu'un jour ils agissent et  fassent de même avec les leurs !

Pour les nôtres , c'est devenu tellement naturel !

Et vous ?

Expliquer vous l'importance de l'écologie à vos enfants ?


09:00 Écrit par L'Eternelle Optimiste dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blog, enfant, citation, ecologie, tolkien |  Facebook |

11/09/2009

Comparatif éclairage (8): LED's à tous les étages

Bonjour,

On n'y échappe décidemment plus, et c'est tant mieux : les LED's sont maintenant partout !

Partout dans le monde, des villes s'équipent d'un éclairage public à base de LED's.  Comme à Vienne  ou Osaka par exemple, où les énergivores ampoules à décharge de 200 W sont remplacées par des LED's ne consommant pas plus que 25 W pour le même éclairage.

Comme à Honk-Kong, où l'éclairage des nouvelles rames de métro sera assuré exclusivement par des LED's, se traduisant par un gain direct de 30% sur la consomamtion électrique dévolue à l'éclairage et amène également des économies de consommation sur l'air conditionné des rames, les LED's rejettant moins de chaleur que des tubes néon.  Sur la même lancée, les nouvelles stations de métro seront également entièrement éclairées avec des LED's.

A Londres, aussi, où un immeuble de bureaux au complet a migré vers les LED's.  Résultat: au lieu d'une consommation instantanée de plus de 12.000 Watts, il suffit maintenant d'un bon 1600 Watts pour illuminer salles de réunions et cafétaria.

Plus insolite encore: A Abu-Dhabi, c'est la nouvelle mosquée (la troisième plus grande au monde !) qui a misé sur les économies d'énergie qu'apportent les LED's, prouvant ainsi que, parfois décriées pour l'aspect inesthétique de leur lumière, les LED's ont su ces derniers temps surpasser brillamment ce handicap. Lustre mosquée

 

Et en ce mois de septembre, l'européen Philips lance sa nouvelle gamme de lampes "bulbes" et spots à LED de forte puissance (7 W) destinées au remplacement direct des lampes à incandescence classiques (40 W).  Et, grande nouveauté également, cette nouvelle génération d'ampoules à LEDs seront même compatibles avec les variateurs sous 230 V (ce qui, auparavant, pouvait parfois constituer un obstacle).  Découvrez cette nouvelle gamme "Master" sur les pages dédiées du constructeur.

Philips MasterLED bulbePhilips MasterLED spotPhilips MasterLED gu10



Et vous ?  Quand vous lancez-vous ?


En savoir plus:

 

 


 

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

04/09/2009

Ceci n'est pas une pipe

Bonjour,

Pour se dérouiller un petit peu les neurones en cette semaine de rentrée, je livre à votre réflexion cette citation de Alfred Korzybski, père fondateur de la Sémantique Générale, un mode de pensée que l'on schématise souvent par la proposition "Une carte n'est pas le territoire", signifiant par là que la représentation d'un objet n'est pas l'objet.   Ou comme le peignait Magritte, ceci n'est donc pas une pipe.

" (....) Plus une nation ou une race est techniquement développée, plus son système tend à devenir cruel, sans merci, prédateur et commercialisé... Tout ceci parce que nous continuons à penser comme des animaux et n'avons pas appris à penser substantiellement comme des êtres humains."

Je dédie cette phrase à certains de nos politiciens, et à leurs électeurs qui bien souvent, ne se rendent pas compte de ce qu'il font en leur donnant leur voix...

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/08/2009

La Grande Question

Ben voilà, si vous ne savez pas quoi faire demain 29 août, rendez-vous à 14h00 sur la petite plage d'Ostende (facilement accessible par le train; il y a 200 tickets gratuits à demander aux gares, et sinon, pensez aux billets au tarif Week-end) pour le tournage du nouveau clip du WWF et de la Coalition Climat, avec le parrainage de Alain Hubert, et le soutient du groupe U2 (qui cède les droits de son tube "Magnificent" pour l'occasion).

(Cliquez sur l'image pour obtenir tous les renseignements pratiques)

The Big Ask Again

 

 


Revoir le clip de l'année passée

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/08/2009

1 %

sans prise de position , je trouvais l'affiche interpellante.

vous en pensez quoi?

1% pour la planète

 

voir le site http://www.onepercentfortheplanet.org/fr/

09:00 Écrit par L'Eternelle Optimiste dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/08/2009

A vous aussi...

Suis à Paris ce week-end avec ma petite femme adorée.  Je vous laisse avec un petit souvenir toujours agréable à retrouver

 

(Merci à l'Eternelle Optimiste .... qui a aussi relancé son propre blog avec beaucoup de succès il y a quelques mois !)

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/07/2009

Bricolage

En cette période de longues vacances scolaires, il n'est pas toujours évident d'occuper nos chères petites têtes blondes.   Les parents doivent rivaliser d'imagination et d'astuce pour leur dégotter "le" stage adéquat, "la" plaine de jeux où ils se plairont, tout en négociant avec les patrons repectifs pour réussir à s'organiser en termes de congé....

C'est le moment idéal pour vous proposer une petite idée bricolage qui devrait aisémment pouvoir les occuper lors d'une après-midi de pluie.

Evidemment, vous me connaissez, je ne vous la proposerait même pas s'il n'y avait pas derrière tout cela une petite idée "écolo"....

Alors, voilà.   Tout cela part d'un constat fait par "Randomly Ross", un internaute étasunien.  Nos poches se remplissent de gadgets électroniques tous plus fragiles les uns que les autres (vous remarquerez d'ailleurs que plus l'appareil en question est fragile, plus il est cher...  Allez comprendre...).  D'un simple GSM ou lecteur MP3, ce sont maintenant carrémment de micro-ordinateurs de poche qu'il s'agit.

Et pour chacun de ces appareils, on réussi à vous extorquer quelques euros supplémentaires en vous vantant les mérites d'une belle housse de protection, bien rembourrée, qui peut s'attacher aussi à votre ceinture, et qui protégera votre cher (au propre comme au figuré) appareil.

Et bien, voilà bien l'occasion de réaliser quelques euros d'économie, en suivant l'idée de Randomly Ross qui vous propose tout simplement d'utiliser de vieux cartons de jus de fruits (ou de lait), une paire de ciseaux et de réaliser vous-même votre étui sur mesure.  

Etui pour iPod

Rien de bien sorcier dans la réalisation, si ce n'est qu'il faut bien connaître les dimensions de l'appareil pour trouver les dimensions de la pièce à découper.

J'ajouterais juste que vous pouvez ajouter un bouton pression ou une bande velcro pour assurer la fermeture de votre boîtier, et que deux petites sangles (récupérées sur un vieux pantalon par exemple), cousue sur l'arrière permettraient de faire tenir votre housse sur votre ceinture.

Je conseillerais enfin de prévoir les dimensions un peu plus grandes pour permettre de rembourrer l'intérieur.  Ce qui me paraîtrait très bon, ce serait une première épaisseur de "papier-bulle", elle-même recouverte d'un morceau de vieux drap en flanelle qui ainsi protège votre appareil des griffes.  Le tout serait cousu à l'aide d'une machine à coudre équipée d'aiguilles suffisamment résistantes (comme celles prévues pour coudre le cuir par exemple).

Si le look un peu "flashy" vous rebute, vous pouvez tout simplement assembler le tout pour que ce soit la face intérieure (brillante) qui devienne l'extérieur de votre pochette qui prendra ainsi un look métallique.   

Pour un effet plus classique, vous pouvez récupérer un vieux portefeuille ou un vieux sac à main et coudre le cuir (ou simili) en même temps que le rembourrage intérieur (utilisez du bon fil bien solide).

Au final, notez que l'ensemble pourrait être entièrement réalisé en utilisant uniquement des matériaux de récupération.

Voyez les différentes réalisations de Randomly Ross sur son Flickr. (En anglais uniquement)

A vous de jouer, et n'hésitez pas à m'envoyer les photos et éventuels plans (dimensions) de vos réalisations.

Bonnes vacances et à vendredi prochain.

09:01 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/07/2009

On se la coule douce...

Un grand monsieur, et un brin d'optimisme.

Tranquiiiillleeee !

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/07/2009

Matière à réflexion

Jean Boudreau a commencé la journée tôt, ayant réglé son réveil-matin (Made in Japan) à 6 heures.

Pendant que sa cafetière (Made in China) filtrait le café (Made in Brazil), il s'est rasé avec son rasoir (Made in Hong-Kong).

Puis il s'est habillé avec sa chemise (Made in Sri Lanka), ses jeans (Made in Singapour) et ses chaussures (Made in Korea).

Après avoir cuit son petit déjeuner dans son nouveau poêlon (Made in India) agrémenté de fraises (Made in Spain) et de bananes (Made in Costa Rica), il s'est assis, calculatrice en main (Made in Mexico), pour calculer son budget de la journée.
 
En consultant sa montre (Made in Taiwan), il a synchronisé sa radio (Made in China), puis est monté dans sa voiture (Made in Japan) pour continuer sa recherche d'emploi, entre deux fermetures d'usines de sa région.

À la fin d'une autre journée décourageante, il décide de se verser un verre de vin (Made in South Africa) en écoutant Britney Spears (Re-made in USA), pour accompagner son dîner congelé (Barely made in USA), met ses sandales (Made in Bangladesh) et allume sa télévision (Made in Indonesia), et puis se demande pourquoi il n'arrive simplement pas à se trouver un job, ici, chez lui...

(Auteur inconnu; reçu par e-mail il y a quelques semaines)

09:08 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

03/07/2009

Cher verre de lait

Pendant mes vacances, je n'ai pas pû éviter d'aborder le sujet du moment avec Yannick, un agriculteur breton (Notez que, contrairement aux idées reçues, tous les Bretons ne s'appellent pas forcémment Yannick, et vice-versa).

Le lait, bien entendu.

Yannick a chiffré son coût de production à 0.33 € le litre. Son exploitation de taille moyenne ne permet pas de descendre plus bas sans compromettre la qualité sanitaire de son produit.

La laiterie lui achète maintenant son lait à 0.19 €.

Pas la peine de vous faire un dessin: comme beaucoup d'autres de ses confrères, Yannick ne voit pas son avenir en rose fluo.

Lors d'une récente manifestation, les agriculteurs du coin ont obtenu des reports de paiements de certaines charges de la Préfecture, et certains ont pû négocier un report des charges d'intérêt sur leurs emprunts auprès de leur banquier. Un petit ballon d'oxygène, certes, mais qui ne fera qu'empirer le mal une fois les nouvelles échéances arrivées.

Pas facile d'y trouver une solution, à cette crise du lait.

Il faut dire qu'elle tombe à un très mauvais moment aussi: les pouvoirs publics voient leurs budgets plombés et les banques ne sont pas encore remises du tsunami financier. Les laiteries, souvent des coopératives ne faisant donc pas de bénéfice, et n'ayant donc pas de marges à raboter, il reste l'industrie agro-alimentaire et la grande distribution.

Pour les premiers, les grands groupes dominant sur le marché donnent le ton: Pas question de payer le lait plus cher sous peine de le faire venir de pays où il coûte effectivement moins cher à produire (les pays de l'Est, notamment).

Les seconds frappent la mesure : La distribution se livre une concurrence féroce en rabotant les premier prix à un niveau plancher.

Or, voilà peut-être le vrai noeud du problème. Les produits premier prix sont vendus avec une marge extrêmement réduite (voire pas de marge du tout) couvrant tout juste les frais de personnel, de transport et de stockage des produits laitiers. Par des prix très réduits sur cette gamme de produits, on veut attirer le client dans son enseigne, et ainsi lui remplir son chariot par la même occasion.

Je me pose la question: Cette pression excessive sur les premiers prix étoufferait-elle toute la filière ?

On sait que les marges bénéficiaires réalisées par les transformateurs sur les produits préparés au départ du lait ou de sa crême (beurre, yaourts, fromages, ...) sont plutôt confortables. Certains de ces producteurs seraient d'accord de revoir un peu leur politique d'achat et de consentir un effort permettant la survie de la filière,car ils en dépendent eux-mêmes. Un effort plus important est envisageable moyennant la participation des clients qui paieraient les produits laitiers un peu plus chers.

Mais la logique sous-jacente aux produits premiers prix minerait tout l'effort, car le client lui aussi touché par la crise n'accepterait sans doute pas cette augmentation, et se rabatterait sur les produits moins chers.....

Et voilà comment on crée un joli cercle vicieux.

Comment en sortir ?  En instaurant un prix de vente minimum unique dans toute l'Europe peut-être ?  Mais pas sûr que les distributeurs acceptent cela de gaïeté de coeur...

Et quand je demande à Yannick s'il a connaissance d'exploitations en difficultés dans sa région, son regard se voile et c'est d'une voix pesante où se mêlent désespoir et résignation qu'il me répond : "Ca va faire mal, terriblement mal...."

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

26/06/2009

Cher bout de viande (2)

L'idée fait tout doucement son chemin....

De plus en plus de voix proposent à tout un chacun de poser ce petit geste si simple, tellement bénéfique pour la santé, le portefeuille et la planète de se passer de viande un jour par semaine.

Pour rappel (voir ce billet), si partout sur la terre, personne ne mangeait de viande un seul jour par semaine, le problème de la faim dans le monde serait résolu.  

Et si cela vous paraît anecdotique, rappelez-vous que les dernières prévisions de l'Unesco prévoient pas moins de 1 milliard ( = 1.000.000.000 = 95 fois la population belge = 15 fois la population française) d'êtres humains victimes de la famine d'ici la fin de l'année.

Le film "Home" et les émissions "Vu du Ciel" (en particulier l'épisode intitulé "6 milliards d'hommes à nourrir") auront aidé à la prise de conscience de cette question.

Et pour que le message soit encore plus visible, voilà que des personnalités du Show-Biz le relaient.

Paul McCartney et ses filles, Yoko Ono, Kelly Osbourne, Kate Bosworth et Sophie Ellis Bextor (qui avait déjà milité avec Peta contre la fourrure) ont ainsi lancé une campagne en Angleterre pour que le lundi soit officiellement décrété "Jour Sans Viande".

Et bien voilà !  C'est fait !  Il ne reste plus qu'à s'engager individuellement à suivre le mouvement.
Surtout quand cela vient d'un esprit aussi brillant que celui de McCartney (parce que pour composer une merveille comme "Let It Be", il faut forcémment être un génie -- même si, pour répondre à la traditionnelle question, je serais plutôt "Rolling Stones" que "Beatles", il faut savoir reconnaître un pur chef d'oeuvre quand on en croise un...)

En plus, faut-il le répéter, vous ferez ainsi du bien à votre santé, à votre portefeuille et à la planète.   En plus, ca ne coûte rien d'essayer....  

C'est pas beau, ça ?

A vendredi prochain....

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/06/2009

Comparatif éclairage (7): Le tube de l'été

Bonjour,

Décidemment, l'avenir semble radieux pour les LED's.
Les applications ne cessent de se multiplier, et parfois, on assiste à une innovation exactement là où on l'attendait le moins.

C'est le cas des tubes fluorescents par exemple.   Ces bons vieux tubes fluorescents sur le modèle desquels les lampes fluo-compactes économiques ont été calquées.  On ne se doutait pas qu'il y avait encore là matière à trouver le moyen de réaliser des économies d'énergie.  Et pourtant, c'est bien sur ce terrain inattendu que la firme jamponaise Toshin Electric s'est lancé dans la bagarre.

Et le résultat est vraiment surprenant : ils sont en effet arrivés à produire un tube lumineux équipé de LED's, 120 exactement, et qui fournit autant de lumière qu'un bon vieux néon de 40 W, mais avec la moitié de l'énergie consommée seulement !

Mieux encore, le tube en question ne nécessite aucune armature spéciale : il peut directement remplacer un néon existant sans aucune adaptation.
Tube à LED

Pour l'instant, vu son prix quelque peu élevé pour le particulier (plus de 200 EUR tout de même....), ce sont surtout les marchés des collectivités ou des infrastructures routières qui sont visées.

Ce qui me séduit particulièrement dans cette avancée, c'est que, si la recherche (et les découvertes) peuvent se poursuivre dans ces voies-là, on pourrait peut-être déjà arriver dans les quelques années qui viennent à des solutions d'éclairage encore meilleures que les fluo-compactes actuelles: un rendement énergétique encore meilleur, moins de substances polluantes, une durée de vie encore plus élevée, et une versatilité accrue.

Et ce futur prometteur n'est peut-être pas si lointain que cela, car, effectivement, on peut maintenant trouver, aujourd'hui déjà, et à prix très concurrentiel (à partir de 6 EUR le spot à LED avec culot E14 ou E27) dans presque tous les (bons) magasins de Bricolage, des gammes d'ampoules à LED, y compris en forme de bulbe ou de flamme, avec un rendu de couleur similaire à celui des meilleures fluo-compactes.

La seule pierre d'achoppement pour l'instant reste les puissances disponibles, car la limite des LED's actuelles est la dissipation de la chaleur produite, qui bien que sans aucune mesure avec celle dissipée par les ampoules à incandescence ou même les fluo-compactes, n'en reste pas moins gênant, car le semi-conducteur constituant la LED ne supporte pas d'être chauffé à plus de 120°C, sous peine de voir ses performances se dégrader rapidement.   Or, au niveau de ce substrat semi-conducteur de petite taille, ces températures sont vite atteintes.  C'est d'ailleurs la raison pour laquelle aussi vous voyez que le tube à LED's de Toshin Electric est surmonté d'un radiateur à ailettes.

Mais le champ d'investiguation est encore très large, et je ne doute pas que les prochains mois et prochaines années nous apporteront encore beaucoup de percées majeures dans ce domaine où le potentiel d'économies d'énergie à réaliser est encore énorme.

En savoir plus:

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/06/2009

C'est dans ma nature

Le bio . Et dans la vôtre ?

Semaine du bio en Belgique jusqu'au 14 juin !

Laissez vous tenter !

Demander le programme....

 

BIO_fruits

09:00 Écrit par L'Eternelle Optimiste dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/06/2009

Vous faites quelque chose de spécial aujourd'hui ?

 Mes 5
petits gestes tout simple pour le 5 juin , journée de l'environnement !

  • Pour les petits trajets , la voiture fait un break et reste au garage !
  • Une douche quotidienne , c'est plus rapide ; plus économique et plus écologique .
  • La logique guide nos choix alimentaires quotidien ! Des fruits et légumes de saison , de la viande un jour sur deux ( question surtout de conviction) ....
  • Une petite soif , un verre d'eau fraiche du robinet ! Nous avons appris ce geste simple à nos enfants !
  • L'eau de pluie est notre grande amie ....Pour arroser , nettoyer ! Pourquoi utiliser de l'eau potable !

 

Il existe ainsi plein de petites choses que l'on peut faire au quotidien pour préserver notre patrimoine vert ...

Et vous , vous faites quoi aujourd'hui?

Ne ratez pas Home Y.A.Bertrand! Pour voir Home en grand format, cliquez ce lien

09:00 Écrit par L'Eternelle Optimiste dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/05/2009

Maison

Vendredi prochain, c'est le 5 juin. Et comme chaque année, sous l'impulsion de l'ONU, nous célèbrerons ce jour-là la Journée Mondiale de l'Environnement.

Cette année, la journée s'articulera autour du thème du réchauffement climatique.

L'évènement prépondérant, en tout cas pour nous, francophones, est la sortie du très attendu film de Yann-Arthus Bertrand "Home".

Pourquoi "Home" ?

Parce que Home, c'est la maison. Et la science qui a pour but la connaissance de la maison, de notre habitat, c'est tout simplement l'écologie.

Un film qu'on nous annonce déjà comme exceptionnel, et qui de surcroît, fera aussi l'objet d'une distribution exceptionnelle.

Distribué gratuitement sur internet (pendant 10 jours) et à la télévision (France 2 ou Club RTL en Belgique), à prix coûtant en DVD (5 EUR) ou BluRay (10 EUR) et dans certaines salles de cinéma (à noter que certains grands complexes en Belgique n'hésiteront pas à s'engraisser en vous faisant payer un billet au tarif ordinaire, ce qui est tout simplement scandaleux par rapport à la démarche originale souhaitée par les producteurs du film; renseignez-vous et fuyez donc ces salles-là ou préférez le confort de votre salon devant votre petit écran), ce film à grand spectacle s'inscrit dans la continuité de la démarche d'information et de sensibilisation initiée par les très beaux documents de la série "Vu du Ciel".

Un discours non pas propagandiste, mais plutôt basé sur une démarche où le spectateur est amené à tirer lui-même les conclusions de ce qu'il a vu, étayé par quelques faits et chiffres les plus éloquents, sensationnel mais pas sensationnaliste, "Vu du ciel" attire à chaque diffusion de nombreux spectateurs.
On pourrait donc croire à une démarche mercantile visant à exploiter le filon à grande échelle, mais c'est mal connaître l'homme qui est à la base de tout.

Ceux qui l'ont déjà suivi lors d'un débat le savent : YAB n'est ni un marchand de tapis, ni un politicien, ni un scientifique pompeux. C'est un passionné. Passionné d'images bien sûr, mais aussi un homme qui a pris conscience, à force de silloner le monde, que si notre Terre est si belle, elle est aussi terriblement fragile. Il faut bien peu de choses pour rompre l'équilibre précaire sur lequel est bâti tout l'édifice de la vie qui nous entoure.

En nous amenant à nous emmerveiller devant cette si belle mécanique, nous prenons conscience, de nous-même, qu'il est impératif et du devoir de chacun de prendre soin de cette maison qui nous abrite et dont nous ne sommes que locataires.

Parce que tout simplement, nous n'avons pas d'autre endroit où aller.

Home

 

 

P.S.: En raison de quelques problèmes de santé, il est possible que la continuité du blog connaisse quelques perturbations dans les semaines qui viennent.  Mais revenez voir de temps à autres, car les autres auteurs du blog ont plus d'un tour dans leur sac ! ;-)

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |