16/05/2008

A vélo à Bruxelles !

Ce dimanche 18 mai, en Belgique, dans le cadre de l'opération Bicycity, on pourra rouler à vélo même sur l'autoroute !

Attention, pas n'importe où, et pas n'importe comment, non.

Mais un peu partout dans le pays, des routes et même des portions d'autoroutes vont être réservées aux cyclistes qui désirent rejoindre la capitale à vélo où se déroulera la grande fête du vélo, au Parc du Cinquantenaire.

Cette journée servira également de coup d'envoi à la Semaine du Vélo qui se déroulera jusqu'au 24 mai 

Toutes les infos pratiques sur cette sympathique action sont sur www.bicycity.be

Bicycity1

En savoir plus:

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/05/2008

Levons le pied....

Cette semaine... cooooollll !  

On va arrêter de se prendre la tête avec des sujets sérieux, et on va lever le pied....  Après une belle semaine de soleil (sur la Belgique), et un week-end qu'on nous annonce aussi bon, on se laisse aller.

Ca a déjà quelques années, mais je ne m'en lasse pas.

On ralentit, on se laisse bien aller dans son fauteuil préféré, on s'imagine sur une plage au soleil, éventuellement bien entouré(e)....

Et on écoute....

Les passagers du vol pour Zion
Sont priés de s'embarquer
Sur la passerelle L
" Pierpoljak, qu'est ce que tu fait là à traîner
On t'attend, l'avion va bientôt décoller "
Non, allez-y, moi je reste ici
Je veux quitter le monde des fous pour de bon
Je veux vivre dans la nature loin de la pollution
Je veux quitter le monde des fous pour de bon
Je veux vivre dans la nature loin de la pollution
" Pierpoljak, qu'est ce que tu fait là à traîner
Tes bagages ont été enregistrés
Pierpoljak seul ici tu vas galérer
Tu n'as pas de fric dis moi comme tu espères t'en sortir "
Moi je préfère m'en aller sur le vol pour Zion
Moi je préfère m'envoler pour Zion
Je veux quitter le monde des fous pour de bon
Je veux vivre dans la nature loin de la pollution
Je veux quitter le monde des fous pour de bon
Je veux vivre dans la nature loin de la pollution
" Pierpoljak, qu'est ce que tu fait là à glander
Pierpoljak encore toi ici à traîner "
Moi je préfère m'embarquer sur le vol pour Zion, Zion
Moi je préfère m'envoler pour Zion, Zion
Je veux quitter le monde des fous pour de bon
Je veux vivre dans la nature loin de la pollution
Je veux quitter le monde des fous pour de bon
Les passagers du vol pour Zion
Sont priés de s'embarquer
Sur la passerelle L
Etrange quand tu n'aimes pas le système

(Pierpoljak - 1999 - EMI)

Achetez l'album: c'est une perle !

En savoir plus:

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

02/05/2008

Vent et soleil

Un petit gadget, qui ne va certes pas révolutionner nos vies, mais qui peut quand même devenir extrêmement utile si vous vous retrouvez isolé dans une région où l'accès à une source d'électricité peut devenir problématique.

Il s'agit d'un chargeur de batteries et d'une source d'alimentation universelle qui vous permettera de faire fonctionner vos téléphones mobiles, vos GPS, vos PDA, vos Blackberries ou que sais-je encore à partir d'électricité produite par le soleil ou par le vent.  

Un pack de batteries rechargeables est entretenu par un panneau solaire et une mini éolienne.  Le tout est suffisamment compact et léger que pour pouvoir vous accompagner dans tous vos périples.

hymini_personal_generators

Ce n'est bien sûr pas le premier appareil du genre sur le marché, mais celui-ci offre une gamme d'accessoires des plus intéressants: adaptateurs en tous genres pouvant alimenter une large gamme d'appareils et de marques, fixations diverses pouvant s'adapter par exemple sur un guidon de vélo ou même un brassard pour porter l'éolienne au bras.

A noter également un prix de vente extrêmement attractif (faiblesse du dollar oblige) : le bloc de bateries et la mini-éolienne sont disponibles pour une trentaine d'euros seulement, et le panneau solaire ne coûte que 15 € supplémentaires.

Voilà certainement un gadget petit, léger et efficace qui ne manquera pas de figurer en bonne place sur la liste de matériel de tout bon bourlingueur qui se respecte, et même, pourquoi pas, pour vous assurer des heures de musique non-stop pendant votre séance de bronzage estivale.

En savoir plus:

  • Le site du fabricant HYmini (en anglais) 

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/04/2008

Hyper solaire

L'initiative est intéressante.

Un supermarché Leclerc de l'Hérault (Languedoc-Roussillon) va installer la plus grande centrale solaire photovoltaïque de France .... sur son parking !

centrale-solaire-photovoltaique-leclercCela va représenter plus de 8000 m² de panneaux et produire l'électricité pour environ 400 ménages en conditions optimales.

Le gain écologique est évident, et l'enseigne y trouve également son compte en termes financiers.

Un petit point intéressant à noter:

Sur un parking classique, le rayonnement solaire est habituellement absorbé par le revêtement très foncé, qui le rediffuse ensuite dans l'atmosphère en soirée.   Cette surface sombre diminue ce qu'on appelle l'albedo (= la mesure de la propriété que possède une surface à réfléchir les rayonnements) et ce rayonnement non réfléchi a pour conséquence de provoquer un réchauffement de l'atmosphère au niveau local.

De plus, les véhicules qui sont stationnés en plein soleil... et bien, vous le savez,... finissent par se transformer en sauna, et bien souvent, au redémarrage, c'est l'airco qui est mis à contribution pour évacuer, au prix d'un grande surconsommation de carburant et de rejets supplémentaires de polluants, ce trop-plein de chaleur.

L'initiative de Leclerc constitant à créer des zones ombragées recouvertes de panneaux solaires aide donc aussi à prévenir ces deux phénomènes, et on peut donc affirmer qu'il y a là un gain écologique supplémentaire, à côté de celui de la non-émission de CO2 pour la production de l'électricité.

Bien sûr, cela ne rapportera pas un centime de plus à la chaîne de magasins, mais d'un point de vue environnemental, y'à pas à dire, c'est du gagnant-gagnant.

Pour être complet, j'ajoute que Leclerc n'en est pas à son coup d'essai, puisqu'à Aranjuez (Espagne), le toit de leur magasin est également déjà recouvert de panneaux photovoltaïques.

Et en Belgique, où en est-on ?

Chez nous, Colruyt (dont on connaît l'engagement écologique depuis plus de 25 ans et qui a déjà prouvé à maintes reprises que écologie et économie pouvaient faire bon ménage) fait figure de pionnier en ayant déjà installé deux éoliennes de fortes puissances à proximité de leurs grands entrepôts (d'autres sont en projet).   De même les toits d'autres entrepôts (deux, à l'heure actuelle, jsi ma mémoire est bonne) sont également recouverts de panneaux photovoltaïques, dont la rentabilité a été établie, malgré le niveau d'ensoleillement nettement différent en Belgique par rapport à l'Espagne....

La piste du parking ombragé n'a apparemment pas encore été étudiée, mais pourquoi pas, après tout...   En tout cas, je vais leur envoyer un petit mail informatif pour leur suggérer cette piste.  On ne sait jamais... 

 

En savoir plus:

  • Le projet de Leclerc (News et photo (c) Univers-Nature . Un article de Cécile Cassier)
  • L'engagement écologique de Colruyt (Charte Greenline) (Grrrr.... Malheureusment pas de lien direct... Après avoir éventuellement choisi votre langue, cliquez en haut de la page sur "Engagements", puis sur "Greenline - Environnement")
  • Wikipedia: L'albedo

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

18/04/2008

Ma nouvelle voiture

Ca y est !  J'ai reçu ma nouvelle voiture !

Je vais maintenant émettre 20 % de CO2 en moins (de 160 à 129 g/km, sans perte de confort... que du contraire !), et pas de particules fines (grâce au filtre).   Mon petit Kyoto à moi... Cool


Et tout ça, aussi, sans avoir été obligé de faire des compromis sur la sécurité.
En effet, dans la plupart des marques automobiles maintenant, si vous voulez une voiture moins sale, vous êtes obligé de prendre une voiture d'entrée de gamme (pour ne pas avoir l'airco) et dès lors, vous n'avez bien souvent plus la possibilité d'ajouter des options en rapport avec la sécurité (ESP, airbags supplémentaires, ...).  

Mais j'ai trouvé la perle rare.

Et le vendeur, quand il me l'a livré m'a tout de même demandé pourquoi j'avais pris une voiture sans airco.
Je lui ai répondu que je remplaçais l'airco par d'autres options, plus respectueuses de l'environnement: Combinez vitres teintées partout, toit ouvrant, et peinture claire (métallisée de préférence), et votre boîte de conserve n'aura pas besoin d'être transformée en réfrigérateur !


Ce qui m'a fait plaisir, c'est qu'il m'a tout de même affirmé qu'en ce qui concernait le grand groupe automobile dont il dépend, une nette tendance se dessinait cette année pour des voitures plus raisonnables (les chiffres de ventes de caca-ts et autres futilitaires sont en baisse prononcée), et qu'une proportion de plus en plus importante de clients choisissent de ne plus installer d'airco, essentiellement pour des raisons de prix des carburants.

Quand on sait que l'airco peut augmenter la consommation de carburant jusqu'à 40% (typiquement, lorsqu'il fait 30°C dehors et que vous réglez sur 26°C dans l'habitacle), ce dont les constructeurs ne se vantent en général pas, on comprend mieux pourquoi, une fois conscients du coût réel de cette installation (totalement superflue et inutile sous le climat Belge !), les consommateurs les mieux informés se dirigent petit à petit vers ce qui était la norme d'il y a encore 5 ans: c'est à dire, pas d'airco.

C'est clair, l'airco est un équipement de luxe qui a vécu son pic.  La tendance s'infléchit maintenant, et d'ici quelques années, lorsque les carburants seront vraiment devenus chers, ou quand l'Europe se décidera enfin à passer outre le puissant lobby automobile (principalement allemand.... allez savoir pourquoi...) pour obliger les constructeurs à annoncer la consommation réelle de l'airco, plus personne n'en voudra.

Un récent sondage publié par le quotidien belge "Le Soir" (12/04/2008) en collaboration avec le WWF et Dedicated Research montre déjà que 48% des belges n'utilisaient pas l'airco de leur voiture !   

Dans mon cas, les 3 options "fraîcheur" (pour rappel: teinte claire métallisée, toit ouvrant et vitres teintées partout) m'ont coûté le même prix que si j'avais pris l'option airco.  Mais je vais financièrement gagner sur le carburant, dès le premier kilomètre parcouru.  

Même le professionnel qui m'a repris ma vieille voiture, également sans airco, m'a dit aussi que sur le marché de l'occasion, une proportion très importante de la clientèle demandait maintenant des voitures sans airco, pour des raisons de coûts d'achat et d'utilisation.

Le mouvement est donc en marche... dans le bon sens, pour une fois.

Ouf !

En savoir plus:

  •  Sondage dans le journal "Le Soir" (Attention: l'article en ligne ne contient pas tous les résultats; les chiffres que je cite sont extraits de la version papier du journal)

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

11/04/2008

Tout confort?

Tiens...je réponds à l'invitaton de David qui me demande de mettre mon petit grain de sel ici!

interdiction de fumer
Merveilleuse loi qui interdit à un fu-meurt de sévir dans les lieux publics ainsi que dans les restaurants.Nous y allons avec plus de plaisir !Mais voilà , ces accros du tabac se sont vus relégués dehors...Et oui aucune loi ne le empêche de fumer là....Depuis , on voit fleurir un peu partout des terrasses chauffées!Ben oui , les propriétaires des lieux veillent un minimum au confort de leurs clients...Quoi de plus normal!

chauffageEt ne nous plaignons pas ! Nous avons une chance immense!Ce type de chauffage est mis à la portée de tout particulier à un prix tout à fait abordable!Dites vous qu'en plus de vous chauffer sur votre terrasse un soir d'avril...vous aussi, vous contribuez un tout petit peu plus au réchauffement!

En ces temps critiques pour la planète...Ce genre d'appareil devrait être tout simplement banni!

On a un peu de jugotte pour ne pas se laisser embobiner par ce stupide marketing!

 

rechauffement
                                                                                     L'éternelle optimiste

 

09:00 Écrit par L'Eternelle Optimiste dans Nature | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

04/04/2008

Potentiel Wallon

De 130 MW produits actuellement à 400 MW d'ici deux ans, et un potentiel total estimé à 1000 MW.  Voilà ce dont dispose la Wallonie en termes de potentiel éolien sur son seul territoire.

Voilà les dernières estimations fournies cette semaine par Edora (La Fédération professionnelle des producteurs d'électricité de sources renouvelables en Wallonie et à Bruxelles).  

C'est une très bonne nouvelle pour notre environnement, mais ca l'est tout autant pour notre économie.  En effet, on peut s'attendre, d'ici à 2010, à ce que pas moins de 2500 Wallons trouvent du travail grâce au secteur des Energies Renouvelables.  C'est en tout cas l'objectif fixé par le Plan Wallon en la matière.  Et celui-ci ne pourra être atteint que si le développement actuel peut se poursuivre sur sa lancée.

Plusieurs entreprises belges sont déjà très actives dans le secteur (Rappelez-vous, il y a quelques semaines, on a pu voir comment un grand groupe sidérurgique implanté chez nous investissait beaucoup d'argent et créait de nombreux emplois pour fabriquer une pièce essentielle de transmission pour éoliennes; on peut épingler aussi la fabrication de transformateurs de haute puissance qui a lieu aussi en Wallonie, sans parler des nombreuses PME très bien implantées dans le secteur solaire), et on ne peut donc pas objecter, comme je l'ai parfois entendu de certains opposants purs et durs, qu'il n'y a aucune retombée économique de l'éolien pour les populations locales.

A tout cela, j'ai encore envie d'ajouter l'énorme potentiel de l'éolien offshore dont nous disposons en Belgique.  Les eaux territoriales belges sont en effet considérées comme territoire national, de compétence fédérale, mais toute retombée économique finit toujours par bénéficier aux Régions.

La Wallonie a certes encore un petit retard sur la Flandre en termes de puissance installée (alors que, singulièrement, la densité de population au Nord du pays étant plus importante, le nombre de sites possibles y est nettement moindre), mais la Wallonie dispose ici d'un moyen de se développer de la façon la plus durable qui soit.

Ce serait dommage de rater une si belle occasion....

Pour en savoir plus:

  • La Libre du 01/04/2008
  • Le site de EDORA

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

01/04/2008

Refonte des chemins de fer belges

(Pour mes lecteurs qui n'habitent pas ma belle Belgique, afin que vous puissiez comprendre le contenu de cet article, je vais devoir vous expliquer très brièvement l'une ou l'autre petite chose sur la structure de mon pays.  Pour mes chers compatriotes belges, vous pouvez passer directement à l'article...Cliquez ici)

(La Belgique est un état fédéral subdivisé - entre autres - en trois Régions: la Région Flamande, au Nord du Pays et habitée par les Flamands; la Région Wallonne, le sud du pays, où vivent les Wallons - francophones, et à peu près au centre, la Région de Bruxelles-Capitale, peuplée d'une majorité de francophones, mais complètement enclavée en Région Flamande.  Certaines communes périphériques à la Région Bruxelloise, bien que situées en Région Flamande sont elles aussi peuplées d'une forte présence francophone. Afin de leur simplifier la vie, il leur est possible de demander à ce que tous leurs contacts avec l'Administration puissent se faire enfrançais.  Ainsi, ces facilités ont-elles donné leur nom aux "communes à facilité".  Les élections fédérales du 10 juin 2007 ont semé le chaos dans le monde politique.  C'est seulement il y a une dizaine de jours, après donc plus de 9 mois de crise politique qu'un gouvernement (que beaucoup ne voient même pas durer plus de 4 mois) a pu être mis en place.  En effet, de vives tensions communautaires dont les bases sont culturelles, économiques ou simplement nationalistes, opposent les Flamands aux Wallons.  Les Flamands exigent que des compétences normalement régies au plan fédéral (= Le Gouvernenement national) soient transférés aux Régions.  Cette "régionalisation des compétences" est plutôt mal perçue côté wallon, car ceux-ci craignent que les mécanismes de solidarité (sécurité sociale, entre autres), soient détricotés et rendus inopérants, ce dont ils seraient les plus grands perdants, et qu'au final, ce soit l'existence même du pays qui soit remise en cause.....)

(Outre la lecture des principaux quotidiens belges, tels, en français, Le Soir ou La Libre Belgique (il y en a beaucoup d'autres, mais ils seraient trop nombreux à lister tous),  je recommande au lecteur hors-Belgique de consulter l'entrée de Wikipédia consacrée à mon beau pays)


Cet article aurait facilement pu être sous-titré: "Une nouvelle histoire belge"...  Jugez plutôt: 

Pendant presque 10 mois, notre petite Belgique s'est dépêtrée tant bien que mal de ses problèmes communautaires....  (Et encore: rien ne dit que c'est fini !)

On le sait, la Flandre demande qu'un certain nombre de matières fédérales soient régionalisées.

Une des mesures du fameux "premier paquet" de compétences de la Réforme de l'Etat dont la mise en oeuvre devrait être officiellement annoncée aujourd'hui est curieusement passée inaperçue jusqu'à ce jour.  Et pourtant....

Si j'ai choisi de vous en parler aujourd'hui, c'est parce que cela touche à la mobilité, donc à notre environnement.  C'est donc aussi presque un scoop...

Il s'agit d'une refonte partielle de la structure de la SNCB.

Au sens propre du terme.

Effectivement, la Flandre n'ayant pas beaucoup apprécié les montages de la Région Wallonne avec Mittal concernant l'allocation des quotas de CO2 permettant la relance du haut fourneau numéro 6 (et les retombées financières pour la Région Wallonne), celle-ci a demandé des compensations.

Et elle a donc obtenu une refonte partielle de la portion de la ligne de train 124 Charleroi-Bruxelles située en territoire flamand.

Il suffit de regarder le plan du réseau de la SNCB pour voir que cette ligne très empruntée circule sur les 3 régions du pays: la Wallonie, la Flandre et Bruxelles. 

Partant de ce constant, la Flandre a obtenu que la portion qui passe sur son territoire soit refondue, car il n'apporte aucune plus-value économique à la Région flamande.

waterloo-linkebeek

(Sur la carte, les lignes en bleu clair sont les limites des Régions: au Sud, c'est la Région Wallonne, au milieu la Région Flamande, et au Nord  la Région Bruxelloise.  La ligne 124 apparaît comme un trait noir continu passant par Waterloo (Wallonie), Rhode Saint Genèse et Linkebeek (Flandre) et Uccle (Bruxelles) )

Ce sont donc environ 3,5 kms de voies dans les deux sens (soit environ 14 kms de rail) qui seront donc prochainement démontées et envoyées dans un lieu encore tenu secret pour y être refondu.

Selon certaines fuites, on n'exclut pas la possibilité que ce soit justement dans le haut-fourneau numéro 6 que cela se fera, mais officiellement, on ne divulgue rien.  L'acier ainsi récupéré deviendra propriété de la Flandre.

Rien ne filtre non plus concernant les mesures de remplacement pour les navetteurs.  Verra-t-on une ligne de bus mise en place entre Waterloo et Linkebeek ?  On n'en sait encore rien, mais ce que l'on sait, c'est qu'une équipe de linguistes se penche très sérieusement sur la question de savoir comment traduire "Waterloo" en flamand. (On le sait: les bus de "De Lijn" doivent impérativement afficher le nom de leur destination en flamand sous peine de lourdes amendes).

Bien entendu, lorsque j'en saurai plus sur cette question sensible, Grandeur Nature sera le premier site internet à vous tenir au courant.

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

21/03/2008

La mixité verticale

Avez-vous déjà entendu parler de la mixité verticale ?
Non, il ne s'agit pas d'un chapitre du Kamasutra...

Ce concept (pas nouveau, au demeurant, puisqu'il fut déjà exploité dès les années 60 et 70 par l'Espagne et l'Italie entre autres) consiste à regrouper au sein d'une même tour (dite tour mixte) bureaux, commerces et logements.

Les étages inférieurs comprennent alors habituellement les commerces, immédiatement suivis par des bureaux, éventuellement un hôtel, et enfin des appartements pour bénéficier de la vue au sommet.

tour mixte


Les avantages de ce type de regroupements sont de plusieurs ordres:

D'abord, on peut imaginer résoudre certains problèmes de mobilité en apportant littéralement sur le pas de la porte ce dont les gens ont besoin pour vivre.  Un choix bien pensé de commerces, et le ravitaillement devient plus simple.   A l'extrême, on peut imaginer des personnes seules ou en famille ayant leur appartement, leur boulot et leurs commerces dans le même immeuble (ou au moins dans le même quartier).   C'est bien entendu la mobilité générale dans la ville qui en retire un immense bénéfice.

Ensuite, d'un point de vue énergétique, on sait qu'en général, la présence de nombreux appareils producteurs de chaleur dans les bureaux (ordinateurs, écrans, photocopieuses, imprimantes, etc...) impose bien souvent aux systèmes d'air conditionné de rafraîochir l'air ambiant, le chauffage restant exceptionnel (si vous avez déjà travaillé dans un bureau dans lequel l'air conditionné est tombé en panne ou est déficient, vous savez de quoi je parle).
Le regroupement de logements (appartement ou hôtel) dans les étages supérieurs peut apporter une solution en récupérant la chaleur produite dans les bureaux pour chauffer ces logements.

Enfin, et la tendance semble émerger de plus en plus, les sommets de tour peuvent être aisémment équipés de dispositifs de production d'énergie renouvelable (éoliennes urbaines, panneaux solaires,...) pour réduire encore la consommation énergétique de l'ensemble.

On peut même envisager la création d'un espace vert tout là-haut, ce qui constitue le luxe suprême (j'y reviendrai dans quelques semaines)

La présence de logements dans les quartiers d'affaire contribue aussi à rendre ceux-ci plus vivants en évitant qu'ils ne soient complètement désertés le soir et le week-end.

Toutes ces tendances naissantes vont assurer changer le paysage urbain de demain où le regroupement et la mixité deviendront la norme, pour le plus grand bénéfice de toutes les parties prenantes.

Mais pas mal de réticences s'opposent encore pour l'instant à une véritable envolée du concept.
Curieusement, ce sont encore souvent les pouvoirs publics qui ne mesurent pas bien les avantages de la chose.
Restons positifs: ca viendra...

Pour en savoir plus:

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

14/03/2008

La voile et la vapeur

D'aussi loin que remonte l'envie de l'Homme d'étendre ses horizons par l'exploration maritime, l'usage du vent s'est imposé comem force motrice.
La révolution industrielle ayant amené à l'avant-plan l'usage de la vapeur, la voile a perdu beaucoup de terrain, surtout dans le cadre de l'utilisation industrielle.

Les grands cargos de nos jours sont tous mus par d'énormes chaudières au fioul actionnant des mécaniques de dimensions qui imposent le respect.
Et pourtant, le vent garde encore beaucoup de potentiel.

Pour preuve, cette trouvaille allemande d'accrocher un gros cerf-volant à un cargo.

Bien sûr, cette traction ne suffit pas encore à elle seule à faire avancer le bâteau, mais les résultats restent cependant impressionnants.
decorationPensez donc:
Une voile de plus de 150 m², s'élevant pour aller cueuillir les vents à plus de 100 mètres d'altitude, et permettant ainsi d'effectuer une économie de carburant jusqu'à 30% en conditions favorables.


La première application pratique existe et vogue sur nos océans depuis la fin 2007.   La rentabilité économique du procédé est démontrée.

Nul doute que la technologie s'affinera encore et proposera bientôt des résultats encore plus spectaculaires.

Voici une petite vidéo de démonstration de la technologie utilisée.

En savoir plus:

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

07/03/2008

Les crimes de Monsanto

Ce lundi 25 février, la RTBF (Télévision publique belge francophone) a diffusé en avant-première le documentaire de Marie-Monique Robin: "Le monde selon Monsanto".

Ce mardi 11 mars, ce sera au tour de Arte de le diffuser.  Je ne peux que vous inviter à programmer votre magnétoscope, car ce documentaire, c'est véritablement de la bombe !

Même si vous ne vous intéressez que moyennement à l'actualité, vous avez déjà tous entendu parler de Monsanto.  Il ne s'agit ni plus ni moins que
de cette compagnie active dans la biotechnologie qui dans ses documents internes du début des années '70 déjà, n'hésite pas à écrire que la toxicité de certains de leurs produits ne doit pas étre révélée, car il n'est pas acceptable que la compagnie ne perde UN SEUL DOLLAR de chiffre d'affaire. (Ca me rappelle un peu les méthodes des cigarettiers....)
monsanto

Je ne vais pas essayer de vous résumer ce fantastique document de Marie-Monique Robin, car vraiment, vous devez le voir: c'est absolument sidérant.

Juste pour vous donner une petite idée, voici une petite liste non exhaustive et dans le désordre des fantastiques réalisations que Monsanto, en un peu plus d'un siècle, a pu offrir au monde:

  • Le Round-Up: le désherbant présenté comme le plus écologique qui existe... sauf que c'est un énorme mensonge, et qu'il est en revanche  quasiment non biodégradable et extrêmement cancérigène à des doses infimes... (vous en avez encore chez vous ?  Méfiez-vous: un seul contact avec la peau peut suffire !) Comme ce petit Pédro (voir plus bas, au sujet du Paraguay), atteint de cancer de la peau sans même le savoir (voyez les images: elles sont saisissantes) tout simplement parce qu'il traverse des champs aspergés de ce poison pour aller vendre les galettes de sa mère au marché.
  • L'Agent Orange: ce défoliant utilisé par les Etats-Unis pendant la guerre du Vietnam, et qui continue à faire des ravages aujourd'hui, 40 ans plus tard, aussi bien au Vietnam que parmi les vétérans américains et leurs descendants (malformations, cancers, ....).
  • Les PCB's: qui ont contaminé des communautés entières d'habitants américains en toute impunité, et qui partout dans le monde ont empoisonné la terre et l'air par leur dégagement de dioxines lors de leur combustion.
  • Le coton BT: Un OGM, véritable calamité sanitaire et économique chez les producteurs Indiens, provoquant depuis deux ans un taux de suicides sans précédent.
  • Le soja "Round-Up Ready": Un autre OGM spécialement conçu pour supporter le poison Round-Up, et qui, outre les ravages écologiques et sanitaires qu'il encourage, aura permis à la firme d'intenter des procès contre les agriculteurs américains qui auraient eu le malheur de conserver une partie de leurs semences d'une année à l'autre pour économiser un peu sur leurs achats.  La faillite est au bout du compte pour des centaines d'entre eux.  Mais certains mouvements écologistes aident Monsanto a disséminer son poison dans toutes les assiettes su monde, car en faisant la promotion des biocarburants, les cours du soja ont flambé, et la demande de ce type d'OGM en a fait de même.   Quand on vous dit que les biocarburants, ce n'est PAS une bonne solution !
  • Le Maïs OGM: après avoir contaminé le maïs mexicain, il engendre des plantes monstrueuses, mutantes, aberrantes.  Voilà qui devrait finir de convaincre ceux qui ne croient pas José Bové et pensent encore que les OGM sont inoffensifs.
  • L'exemple paraguayen: Le pays avait interdit la culture d'OGM sur son territoire, à l'inverse de ses voisins.  La contamination des cultures paraguyennes par du matériel OGM (plus ou moins naturellement; il reste à démontrer que cela n'ai pas été organisé en toute connaissance de cause...) a conduit à la quasi-disparition des espèces non-OGM, transformant certaines régions du pays en "désert vert" où ne pousse plus rien d'autre.  Le gouvernement a donc du, devant le fait accompli, autoriser les cultures OGM.  Cette seule décision a non seulement permis à Monsanto d'accroître son marché, mais en plus, ils ont pu exiger des cultivateurs locaux qui ont subi involontairement cette mutation de leurs cultures, qu'ils paient de substentiels royalties à Monsanto, en conduisant de nombreux à la faillite.  


Et les moyens ne leur manquent pas: de grands moyens financiers, bien sûr, la crédulité des agriculteurs de pays en voie de développement qui ne sont pas toujours armés pour distinguer les mensonges qu'on leur sert, de faux scientifiques qui interviennent sur des sites internet pour discréditer chaque (vrai) scientifique qui oserait publier le moindre article pouvant nuire de la moindre des façons au chiffre d'affaire de la société, la mise en place au sein même des organes de conseils officiels de marionnettes destinées à promouvoir les techniques et produits Monsanto, quel qu'en soit le prix humain ou environnemental et j'en passe et des meilleures....

Comme le dit un intervenant dans le documentaire: Monsanto dispose de l'arme la plus puissante au monde.  Plus puissante que la guerre et les bombes, cette société détient les clés de l'alimentation mondiale.

Monsanto, probablement la société la plus criminelle qui soit en ce monde.
Cette multinationale est coupable, ni plus ni moins, de crimes contre l'humanité.
Elle est prête à provoquer des centaines, des milliers, voire des millions de morts, la destruction totale de notre écosystème, du moment qu'elle puisse gagner UN SEUL DOLLAR de plus.
Je ne mâcherai pas mes mots: Monsanto est purement et simplement une association de criminels.

A voir absolument sur Arte France le 11 mars, ou sur les autres chaînes qui le rediffuseront à travers le monde.

Aucun documentaire depuis "Une vérité qui dérange" de Al Gore n'a eu une telle force.

 En savoir plus:

Pour aller encore plus loin:





  • Le monde selon monsanto (DVD)Le DVD du film est également disponible à la vente (Cliquez sur la pochette pour plus d'infos)

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (27) |  Facebook |

29/02/2008

Le contrat

Une gifle !
Une claque !
Que dis-je ?... Un énorme coup de pied au cul !

Voilà de quoi faire réfléchir !

Prenez 10 minutes, accrochez-vous (certaines images sont dures, sans voyeurisme ni complaisance, mais peuvent néanmoins heurter les plus sensibles), et regardez ce vidéo-clip, réalisé par un anonyme sous le pseudonyme de TerPacific.

Ecoutez bien le texte, et méditez-le.

"Voici le contrat que vous signez par tacite reconduction chaque matin en vous réveillant simplement et en ne faisant rien"

Visitez le site de l'artiste: http://www.terpacific.fr

Lecontrat
envoyé par terpacific

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

22/02/2008

Cher bout de viande

Le directeur de la Fédération belge de la viande belge l'a annoncé: le prix de la viande va augmenter.  Et pas qu'un peu....

rembrandt_le_boeuf_corch
En cause, bien entendu, la hausse des prix des matières premières et de l'énergie, mais aussi l'impact des diverses crises sanitaires qui ont durement touché le secteur ces dernières années (la maladie de la langue bleue en tête) avec une répercussion directe sur les natalités, et donc, sur une baisse de population des cheptels.

Pour ne rien arranger, le risque d'une augmentation de la demande chinoise pour la viande de porc y ajoute, comme si c'était encore vraiment nécessaire, encore une couche.

En termes chiffrés, on annonce des hausses de 15% voire même 30%, principalement pendant la saison des barbecues.
Et tout cela se ressentira directement sur nos portefeuilles.

Et pourtant, il existe une possibilité de se faire du bien en même temps au portefeuille, à notre santé, et à notre environnement.

En bref, il est un fait avéré et scientifiquement prouvé que nous consommons dans nos manières d'alimentation moderne trop de protéines animales et trop de graisses animales, et que cela a un impact direct et important sur notre santé: obésité, cholestérol, maladies cardio-vascularies etc....  et donc aussi un coût pour la société au travers de la sécurité sociale.

D'autre part, la production de viande est un processus environnementalement exigeant, très consommateur de matières non renouvelables (comme l'eau ou les céréales) et représente une charge trop lourde pour notre environnement.

Enfin, on a pû calculer que si dans tous les pays industrialisés, chaque ménage s'abstenait de consommer de la viande un seul jour par semaine, il n'y aurait plus de faim dans le monde.

On peut se dire: "Il suffit donc de devenir végétarien".
Oui, bien sûr.  Pourquoi pas... 
Mais ce n'est franchement pas évident quand on est omnivore de naissance, et tout le monde n'est pas prêt à prendre cette décision.

Alors voilà.  Il suffit de trouver un juste milieu.
La solution miracle pour tous pour que la hausse annoncée du prix de la viande soit sans répercussion sur votre pouvoir d'achat, serait donc que, une ou deux fois par semaine, on ne mange pas de viande, sous quelque forme que ce soit.

C'est un minimum, et croyez-moi, ce n'est absolument pas difficile à mettre en oeuvre.  Il existe une quantité de sites sur Internet qui proposent des recettes "végé" simples à mettre en oeuvre et succulentes.

Même le Bureau du Plan, dans son récent rapport sur le développement durable préconise une réduction drastique de la part de viande: Diviser les rations quotidiennes par deux ou même trois !  Et les raisons évoquées ne sont pas différentes: santé publique et environnement.

Pour ma part, j'adopte avec ma petite famille la règle de 2 jours sans viande par semaine depuis un peu plus d'un an, et je peux vous garantir que cela a un réel impact sur la santé.  On le sent.

Et donc, cette hausse de prix, je l'acceuille avec sérénité.  Je ne ressens pas le besoin de râler, car elle aura moins d'impact pour nous.

Il faut bien dire que payer 15, 20, 25 EUR ou même plus pour manger du cadavre d'animal... il faut avoir envie.

Enfin, quand on entend toute cette succession de scandales sur la maltraitance d'animaux dans les abattoirs, le reconditionnement de viande avariée revendue comme viande haut de gamme, etc....   Ca n'inspire vraiment pas confiance....

En savoir plus:

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

16/02/2008

Les p'tits papiers

Un petit truc pratique pour économiser pas mal de papier, si on s'y met tous...

Vous tous qui me lisez, vous êtes donc des internautes.

Et vous savez comme moi que l'on trouve absolument tout sur Internet.

Y compris le numéro de téléphone d'un particulier ou d'une entreprise.

Et pourtant, chaque année, nous recevons tous en moyenne 2.5 kilos de papiers inutiles sur le pas de notre porte: les annuaires téléphoniques.

Combien de fois les utilisez-vous par an ?  Est-ce que finalement, rechercher sur internet, ce ne serait pas tout simplement plus simple et plus rapide ?

Savez-vous que vous pouvez gratuitement faire savoir aux sociétés éditrices des annuaires téléphoniques que vous ne souhaitez plus les recevoir ?

Tout simplement en cliquant sur ce lien (si vous résidez en Belgique) et en remplissant le formulaire: http://www.1307.be/fr/jsp/1x07be_opt_out.jsp  

Introduisez bien clairement votre adresse (les numéros de téléphone demandés sont facultatifs), et vous ne recevrez plus les annuaires.

Rapide et facile, un petit geste pour l'environnement, qui, multiplié par quelques milliers, sera toujours le bienvenu ! 

22:42 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/02/2008

Londres (presque) propre

La personnalité de la semaine: Ken Livingstone.

Ken_livingstone_2Il est le Maire de Londres depuis 2000 et c'est à lui que l'on doit une des mesures les plus efficaces en matière de protection de l'environnement, appliquée au milieu urbain: le désormais célébrissime péage urbain de Londres, ou "Congestion Charging".
Pour pouvoir circuler dans le centre de Londres, chaque véhicule doit acquitter une taxe de 8 £ (un peu moins de 11 EUR) par jour.
Quelques exceptions sont prévues pour les transports en commun et les véhicules particulièrement propres.

Le but avoué est de décongestionner le centre de Londres dont les légendaires embouteillages finissaient par rendre les déplacements pour le moins aléatoires.   Et les résultats sont là: plus d'usagers des transports en commun, plus d'usagers du vélo, et moins d'embouteillages (bien que ses détracteurs ont beau jeu de dénoncer que TOUS les embouteillages n'ont pas disparus....)

L'aspect écologique n'est bien entendu pas en reste, et la qualité de l'air du centre de Londres s'en est retrouvée considérablement améliorée.
Les taxes ainsi prélevées financent les améliorations apportées aux réseaux de transport publics et le tracé de nouvelles pistes cyclables ainsi que d'autres aménagements cohérents avec une politique volontariste en matière d'environnement.

Et quelle meilleure preuve de ce volontarisme politique que celle consistant à améliorer encore le système de perception en établissant un tarif particulièrement dissuasif aux véhicules les plus polluants (à partir de 226 g de CO2 par km) incluant les "voitures" particulières non adaptés à notre époque et aux défis du futur: j'ai nommé mes meilleurs ennemis; les bons gros cacats.

Là-bas, on les surnomme les "tracteurs de Chelsea", du nom d'un quartier huppé de la capitale britannique.  Chez nous, cela serait transposé en "tracteurs de Lasne" ou "tracteurs de Neuilly" en France.   Pour ces heureux propriétaires de belles grosses bétaillères donc, c'est 25 £ (33 EUR) qu'il faudra débourser pour pouvoir visiter le centre ville.

Voilà bien un maire doté d'un vrai courage politique et d'une vraie volonté d'action en faveur du climat, de la santé publique, et de la sécurité routière.  Car ce sont bien dans ces trois problématiques dans lesquelles ils ont une part de responsabilité que le découragement des ringards en cacats portera le plus ses fruits.

Bravo, Mr Livingstone !
Puissiez-vous montrer l'exemple à nos propres élus locaux.

Les petites rues étroites de la ville où j'habite sont désormais encombrées de ces véhicules rétrogrades.  Les places de stationnement sont encombrées par ces pachydernes sur roues qui débordent allègrement sur les trottoirs ou sur la chaussée, encombrant la circulation et représentant un vrai danger public pour les piétons et cyclistes.  Mais je dois me résoudre à l'évidence: le bourgmestre de ma ville n'osera jamais prendre une telle mesure... de peur sans doute de vexer les frustrés de son électorat de droite qui l'ont porté au pouvoir...

Mais j'attends quand même avec impatience un tel dispositif dans le coeur de Bruxelles et dans un maximum d'autres grandes villes un peu partout, en Belgique et ailleurs, à l'instar de Milan ou Stockholm.

Ceux qui oseront prendre une telle décision aujourd'hui auront certes à composer avec de virulentes oppositions (Mr Livingstone pourra vous raconter combien cela n'a pas été facile à Londres !), mais au final, une fois en place, le système remporte une large adhésion du plus grand nombre.

En savoir plus:

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/02/2008

Dilemme 3 : To bio or not to bio

Les produits bio, on peut clairement les consommer pour deux raisons:
- Pour des raisons de santé: produits de façon naturelle, les produits bio contiennent en général moins de résidus de produits toxiques
- pour des raisons purement écologiques: car leur processus de fabrication est moins polluant

Partant de là, Madame Dubio est confrontée à un dilemme.

Elle souhaite s'approvisionner autant que possible dans la filière Bio afin de faire un geste pour l'environnement, mais il y a un problème:
A moins de 100 kilomètres de chez elle, elle ne trouve pour ses produits laitiers aucune ferme qui en produise de manière bio, et elle se voit mal faire 200 kilomètres pour aller chercher quelques litres de lait chaque semaine.

A l'étal de son supermarché, elle trouve bien du lait bio, mais celui-ci est produit dans un pays voisin.

Par contre, juste à côté de chez elle, une ferme classique produit et vend directement au particulier des produits laitiers frais, mais non bio.

Madame Dubio s'interroge donc: Vaut-il mieux acheter un produit bio produit à plusieurs centaines de kilomètres de chez elle et qui a dû être transporté de multiples fois sur de très longues distances, ou se contenter d'un lait non-bio mais qui n'émettera plus de CO2 pour son transport ?

Et vous, qu'en pensez-vous ?

09:15 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/02/2008

Les voitures vertes... pâles.

Le Salon de l'Auto de Bruxelles dont le thème majeur cette année était la voiture verte, a donc fermé ses portes, et comme moi, vous aurez lu ou entendu que le succès des-dites voitures vertes n'était pas au rendez-vous.

Et les différents exposants de s'empresser de pointer un certain manque d'intérêt du public pour les voitures moins polluantes.

Un peu facile, vous ne trouvez pas ?

Personnellement, j'ai une autre interprétation des résultats:

  • Tout d'abord, je n'aurai absolument pas peur de faire un procès d'intentions aux constructeurs automobiles.   Effectivement, on sait bien que une vraie voiture verte est tout d'abord une voiture spartiate dans laquelle on doit se débarasser du superflu, surtout de celui qui consomme du carburant.  Cela se traduit directement par la disparition d'un certain nombre d'équipements inutiles, mais qui, depuis quelques années font les choux gras des constructeurs.  Et bien entendu, cela réduirait d'autant les marges bénéficiaires des constructeurs.   Comme ce n'est pas dans leur intérêt, ils feront en sorte de proposer au public des voitures présentées comme "vertes", mais peu attrayantes.  Le public s'en détournera rapidement...
  • Ensuite, il reste une faible tranche du public d'acheteurs potentiels qui cherche VRAIMENT une voiture moins sale, et qui est prêt à faire des sacrifices pour l'obtenir.  On a estimé, dans ce que j'ai entendu, que cela représentait environ 10% du public.   Ce public-là (et je connais bien la question, car vous savez que j'étais justement à la recherche d'une nouvelle voiture, moins polluante que mon actuelle), lui, est bien renseigné, et sais quels sont les points qui font qu'une voiture est vraiment un peu plus verte.  Et là, je vous l'assure, dès qu'on creuse un petit peu, le pseudo vernis verdâtre dont certains constructeurs ont tenté d'affubler leurs voitures ne résiste pas longtemps à un examen un plus attentif.

Pour rester clair, je ne prendrai qu'un seul exemple, et je ne citerai pas de marque pour ne pas en stigmatiser une plutôt qu'une autre, mais pour en avoir comparé plusieurs, je peux vous assurer que la plupart des marques sont toutes dans le même cas.

Je cherchais donc un break ni trop petit ni trop grand, équipé d'un filtre à particules et émettant le minimum de CO2, avec un maximum absolu de 130 grammes de CO2, et idéalement, moins de 120.  

Si vous me lisez depuis un certain temps, vous savez que l'airco qu'on vous oblige à acheter le plus souvent augmente la consommation et les rejets nocifs de 20 à 30% et possède de très nombreux autres inconvénients environnementaux.  Vous savez aussi que ces rejets dûs aux équipements ne sont jamais renseignés dans les chiffres officiels que les constructeurs divulguent publiquement, car la directive européenne qui gère ces publications ne les y oblige pas.   Donc, dans mon cas, si je veux rester cohérent avec mes opinions, mon véhicule doit aussi ne pas être équipé d'airco (je rappelle aussi que même si on ne s'en sert pas, un airco est TOUJOURS polluant : poids de l'installation (50 Kgs) à trimbaler, ce qui augmente la consommation, coût à l'achat et lors des entretiens, fuites de gaz réfrigérant qui rejetent des substances extrêmemment toxiques pour la santé et l'atmosphère, ...).

Comme dirait ma cyber-copine "L'éternelle optimiste", autant chercher une soucoupe volante....

Et voilà que, ô miracle, je trouve quand même mon bonheur !  Et oui, ca existe encore !
En plus, cerise sur le gâteau, la voiture convoitée existe aussi dans une série spéciale "verte", qui grâce à des améliorations essentiellement sur l'aérodynamique, consomme et pollue encore moins.
J'ai failli être tenté.... jusqu'au moment où j'ai vu que l'équipement de la version "verte" incluait d'office l'airco, et des barres non amovibles sur le toit (celles-ci augmentent la consommation et les rejets d'environ 5 %).  De plus, au niveau des équipements, aucune option concernant les aspects sécurité n'est incluse, ni même possible.

En résumé, on se retrouve donc avec une voiture qui, si on doit tenir comtpe des accessoires, consomme et rejette PLUS de polluants que la voiture "normale", et où le degré de sécurité a été considérablement diminué.

C'est bien évidemment inacceptable, et j'ai donc acheté la version "normale" de ce véhicule (au demeurant relativement peu polluant, car il émet tout de même 40 grammes de CO2 en moins que ma voiture actuelle, et est équipé d'un filtre à particules) pour laquelle j'ai pû prendre toutes les options possibles et imaginables en matière de sécurité, le tout à un prix, jugé par la presse automobile de très correct.

Alors voilà...  la seule chose qui fait que les constructeurs arrivent à vous faire croire que leurs voitures "vertes" sont moins polluantes, c'est cette lacune de la réglementation européenne qui ne précise pas d'inclure les émissions des équipements dans les chiffres d'émission publiés.

Ne vous laissez pas avoir, et résistez.  Faites savoir aux vendeurs que vous n'êtes pas dupes, et que vous ne voulez pas payer pour un airco qui n'est utile que 10 jours par an (en Belgique), mais qui polluera toute l'année.
Faites-lui savoir que l'écologie et la sécurité sont les 2 critères absolus pour votre achat, et que vous ne sacrifierez pas l'un pour l'autre.

Et surtout, n'hésitez pas à aller voir les autres marques.   Certaines laissent encore une vraie liberté de choix au client, en lui proposant des voitures de base à bon prix, et une liste d'options très intéressantes que vous pouvez vraiment choisir à la carte.

Enfin, n'achetez pas de voiture sans avoir au préalable consulté le site Energivores qui au travers de modules de calcul vous permet de comparer les modèles de différentes marques.   Ca aide aussi...

green-car

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

25/01/2008

Sous les pavés... le chauffage

J'adore ce genre de petites news....

Aux Pays-Bas, une idée géniale fait son chemin... C'est le cas de le dire !

Des ingénieurs ingénieux se sont rendus compte qu'une route goudronnée, exposée au soleil... chauffait.
Ben oui, quoi... Vous n'avez jamais marché pieds nus sur une route en plein été ?  C'est bouillant !

De là à transformer les dites routes en véritables panneaux solaires thermiques, il n'y eu qu'un pas.

Ils ont donc fait circuler, juste sous le bitume, une serpentin contenant un fluide caloriporteur (= qui transporte la chaleur), du même genre que celui déjà largement utilisé dans les panneaux solaires thermiques pour transporter la chaleur jusqu'à votre chauffe-eau.

Ainsi, actuellement, afin de démontrer la faisabilité de la chose, un tronçon de route secondaire d'environ 200 mètres et le petit parking adjacent ont été équipés de la sorte, et fournissent maintenant le chauffage à un immeuble de 70 appartements !  Pas moins !

oomsLe "Road Energy system", puisque c'est son nom, avait à l'origine été conçu pour aider au déneigement des routes en hiver, mais en tant que source de chauffage pour l'habitat, le potentiel est évidemment énorme, et il est sans nul doute promis à un bel avenir, car il ne réunit que des avantages: facilité de mise en oeuvre, relativement bon marché, technique simple et fiable, etc....

A défaut de vraies voitures vertes (j'y reviendrai dans un futur article), au moins, on ne manque pas de routes bien noires....


En savoir plus:

08:45 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/01/2008

REVA: Un rêve électrique

Vous avez déjà tout lu et entendu sur la Reva, cette petite voiture électrique indienne au look sympa qui débarque en force au Salon de l'Auto de Bruxelles, bousculant quelques peus tous les ridicules"inutilitaires" ou "futilitaires" au passage.

reva

Je voudrais juste m'attarder un petit peu sur l'aspect écologique de l'engin.

En une nuit, nous dit-on, sur une simple prise de courant domestique, vous accumulez de l'énergie pour une autonomie de 80 kms.  

Ceci dit, à grand renfort de pub ou de passages dans les journaux télévisés, on nous annonce la Reva comme étant un véhicule ne rejettant absolument aucun CO2.

Est-ce bien correct de présenter les choses comme cela ?

Et d'où vient l'électricité utilisée pour charger la voiture, alors ?   D'une centrale électrique qui, à moins de se fournir chez un fournisseur 100 % vert, participe à un mix énergétique qui, en Belgique, émet environ 300 g de CO2 par kWh consommé.
(l'électricité 100% verte serait titrée, d'après Science & Vie, à environ 30 g de CO2 par Kwh, dû aux dépenses énergétiques de fabrication).
En France, la plus grande part du nucléaire dans le mix énergétique fait que l'on descend à environ 190 g de CO2 par kWh

On nous annonce pour la Reva qu'une charge complète coûte environ 1 euro. 

A noter que si l'on fouille bien sur le site de l'importateur belge, on trouve une mention de 63 g de CO2 en moyenne si l'on reste chez un fournisseur d'électricité standard.... mais aucune mention du nombre de kWh nécessaires pour effectuer une recharge.

D'accord, d'accord... 63g/Km c'est extrêmement peu, et imbattable par n'importe quelle technologie actuelle se basant sur la combustion directe, mais épaulée par une technologie hybride.  Mais ce n'est tout de même pas nul !  Si l'on se fournit chez un fournisseur d'électricité exclusivement verte, là c'est quasi-nul, ok.

Ceci dit, j'aimerais bien trouver un chiffre plus précis de la consommation (électrique) réelle, mais mes recherches sur le net jusqu'à présent n'ont rien donné.  Alors dans un premier temps, on va accepter cela tel qeul.

Autre point qui me pose plus de problèmes encore: vous l'aurez deviné si vous me lisez régulièrement, ce sont les batteries.
On nous vante une technologie ayant fait ses preuves, et pour cause, puisqu'on utilise de vieilles, très polluantes et très lourdes (265 Kgs tout de même !) batteries au plomb !   L'horreur !!!!
Et là aussi, les batteries, il faut les fabriquer et les recycler ou éliminer en fin de vie...  Et tout cela ne se fait pas sans coût environnemental...

D'après l'importateur, dans le courant de l'année, une technologie plus efficace et plus propre (le lithium-ion) devrait être adoptée.  Ce serait effectivement un grand pas en avant.

Alors, essayons de résumer:
Au final, on obtient un véhicule original, pas cher, pratique bien que manquant certes un peu de confort (comme l'absence de chauffage par exemple, si ce n'est un dégivrage électrique) et donc de polyvalence.

Un véhicule qui peut cependant quand même très avantageusement remplacer une petite deuxième voiture dans un ménage habitant en ville ou en périphérie immédiate, à un coût d'utilisation très avantageux.
Par souci écologique, une voiture prometteuse que l'on peut donc adopter sans rougir, surtout si on fait la démarche de se fournir en électricité verte, ce qui reste une bonne idée dans tous les cas, d'ailleurs, mais à condition d'attendre les nouvelles batteries moins polluantes.

J'en profite pour lancer un petit appel: je serais très curieux de pouvoir tester une telle voiture, et de pouvoir vérifier aussi la consommation électrique réelle.  Alors si vous en achetez une, (ou si l'importateur me lit), laissez moi un petit mail (bouton dans la colonne de gauche).... 

En savoir plus:

 

09:15 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

11/01/2008

Sous le soleil de Provence

Le solaire photo-voltaïque va connaître un essor bondissant dans le sud de la France ces prochaines années.

Un méga-projet de 5 parcs totalisant 32 MW solaires, répartis sur 80 hectares y est en effet à l'étude, pour un investissement de 140 millions d'euros et être potentiellement à même de fournir l'électricité de 11000 ménages.

Une bonne nouvelle en soi, mais je m'interroge quand même (comme à chaque fois qu'il est question de solaire photovoltaïque):
Pour 140 millions d'euros, on peut ériger une bonne cinquantaine d'éoliennes de 2 MW.  On produirait ainsi 3 fois plus d'électricité verte pour le même budget.
Les 32 MW de ce projet-ci seraient déjà produits avec seulement 16 éoliennes.

Les budgets n'étant jamais des ressources renouvelables, il faut tout de même veiller à utiliser au mieux chaque euro investi. (Oui, je sais, c'est bête à dire, mais parfois j'ai l'impression que dans certains projets, on privilégie parfois le gigantisme et le prestige par rapport au pragmatisme...)  Alors pourquoi ne pas d'abord s'assurer le développement des projets les plus éco-rentables ?

Et puis, je me demande aussi quelle surface va devoir être déboisée pour trouver les 80 hectares de terrain, et les impacts éventuels sur le biotope local, l'érosion des sols etc...  Mais bon, je ne connais pas du tout la région, et la question ne se pose peut-être pas.

Mais ne soyons pas morose, et reconnaissons que tout projet dans le sens des énergies renouvelables est bon à prendre.

En savoir plus:

08:45 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

05/01/2008

Les vieux cartons

Quand vous avez une caisse en carton chez vous, par exemple, suite à l'achat d'un nouvel électro-ménager, ou simplement en revenant du supermarché, qu'en faites-vous ?

Vous le recyclez à la déchetterie ou lors des collectes à domicile ?  Très bien !  Impeccable !!!

D'ailleurs, à part pour entreposer des vieilleries sur le grenier, à quoi d'autre pourraient bien servir tous ces vieux cartons ?  A rien, n'est-ce pas ?

Et bien, ce n'est pas ce que pense Valérie Lesaicherre.  

Cette jeune comptable de formation du Nord de la France vous expliquera en long et en large que tous ces cartons vont devenir, pour vous, de magnifiques meubles.   Etagères, fauteuils, tables basses,... son imagination n'a aucune limite.

etagerehifilaurence

 

lameridienne150x100x50cmtable_virguleComment ?  Vous n'y croyez pas ?  Le carton, ce n'est pas assez solide pour s'asseoir dessus ?   Tout faux !  Et Val vous le prouvera lors des stages de création qu'elle organise dans le Nord.

A Paris, l'atelier des Cartonnistes Associés fait office de pionniers.  Ce sont eux, d'ailleurs, qui ont formé Valérie.

Vous y apprendrez tout sur ce nouvel art du recyclage où l'on n'a plus besoin de transformer la matière pour lui trouver un nouvel usage.  Le carton est utilisé tel quel, mais bien sûr, pour lui donner un aspect moins austère, il sera habillé de diverses peintures, maques ou tissus en fin de processus.

C'est étonnant, et fantastiquement intéressant.  Visitez donc son site: vous y trouverez de nombreuses photos de créations d'elle même ou de ses stagiaires, ainsi que des vidéos et une découverte en 3D surprenante.

En savoir plus:

  • Le site de Val'Cartonne (Nord-Pas de Calais)
  • Les Cartonnistes Associés (Paris)
  • La Maison de carton (également dans le Nord de la France)
  • La société Karton Design commercialise des meubles tout faits.  Lire d'ailleurs à ce sujet l'article sur le blog d'Angélie
  • Je n'ai malheureusement pas trouvé d'adresse de ce genre d'ateliers en Belgique.  Si vous en trouviez une, n'hésitez à m'envoyer un petit mail ou à poster un commentaire, et je l'ajouterai à la liste.

22:53 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/01/2008

L'Islande bientôt 100 % renouvelable

Le pays produit déjà actuellement 80% de son énergie au départ de l'hydraulique.  Le reste est fourni par la géothermie (l'utilisation de poches d'eau souterraines très chaudes, dues à la forte activité volcanique de la région), largement utilisée pour les réseaux de chauffage urbain. 

Mais il reste tout de même encore le très gourmand secteur des transports (incluant le carburants des bâteaux de pêche) qui dépend encore quasi exclusivement des énergies fossiles.

Les solutions envisageables ne sont pas simples à mettre en oeuvre.  La piste privilégiée pour l'instant est le recours à l'hydrogène.  Techniquement, les méthodes de production et de stockage de l'hydrogène commencent à être au point, mais il subsiste le problème de l'énergie primaire utilisée.
L'hydrogène, on le trouve à peu près partout dans l'univers, et en très grandes quantités.  Autour de nous, on le trouve, combiné à l'oxygène dans l'eau.

Il "suffit" donc de casser la molécule d'eau pour pouvoir en récupérer d'énormes quantités d'une part, et de l'oxygène d'autre part.
Seulement voilà, casser une molécule d'eau ne se fait pas si simplement que de sortir une vanne à deux balles quand on est un surfeur Niçois habillé de jaune, et la méthode la plus efficiente resterait l'électrolyse (bien que d'autres pistes semblent envisagées aussi).  

On fait passer un fort courant électrique dans l'eau, et on récolte sur les électrodes l'hydrogène et l'oxygène sous forme de gaz.  Mais ce fort courant électrique, il faut le produire.   Et à quoi donc peut bien servir de brûler du charbon dans une centrale électrique pour produire l'électricité nécessaire à la production d'hydrogène ?  Le principe n'est donc écologiquement valable QUE si l'électricité est produite (en abondance) au départ de sources elles-mêmes renouvelables.

C'est là tout le défi qui attend encore l'Islande, et, du reste, toute la filière de production d'hydrogène.


En savoir plus:

08:45 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/12/2007

7000 en 2020

Le nombre a de quoi frapper l'imagination: 7000 !
C'est le nombre d'éoliennes de forte puissance (5 MW pièce) que le Royaume-Uni compte ériger d'ici 2020 aux larges de ses côtes.

Le but est de fournir en électricité éolienne l'ensemble des foyers britanniques.

Avec un tel parc, la puissance fournie (33 GW) sera de l'ordre de celle fournie par une armada de 25 à 30 tranches nucléaires.

C'est un revirement complet de politique énergétique, amorcé voilà déjà quelques années par le gouvernement britannique qui mise sur l'exploitation maximale des immenses ressources éoliennes dont dispose le pays, particulièrement au large de ses côtes.

Bien entendu, tous les pays ne disposent pas de la situation particulièrement favorable de l'Angleterre à ce niveau, mais la preuve est ici une fois de plus faite qu'une politique volontariste en faveur des énergies renouvelables est possible.

Et pendant ce temps-là, avec un peu de chance, en 2020, notre pauvre Belgique (ou ce qu'il en restera) aura peut-être enfin réussi à se sortir de ses ridicules problèmes communautaires.....

En savoir plus:

 

08:45 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

23/12/2007

C'est la Fête !....

L'année passée à cette même période, notre famille avait été heurtée de plein fouet par un décès dû à un accident de la route provoqué par l'alcool (voir mon post "Pierre")

Un an après, les stigmates sont encore bien présentes: c'est bien simple, dans la famille, personne n'a la coeur à la Fête, et pour beaucoup, il n'y aura pas de réveillons.

Ne pensez pas qu'au bout d'un an le deuil est fait.  Non.  La souffrance est encore bien là.  Plus piquante que jamais en cette période de réjouissances.

Un des blogs les plus populaires de l'hébergeur qui acceuille le mien véhicule l'idée selon laquelle la voiture est reine sur la route, et que s'il y a des accidents impliquant des usagers faibles (vélos, piétons,...) c'est de leur faute: ils n'ont qu'à rester chez eux et laisser la route aux (grosses) voitures.   Des propos particulièrement choquants y étaient écrits, l'année passée à la même période, suite à un autre drame de la route qui avait défrayé l'actualité en Belgique, où un petit garçon avait été happé, sur un passage piéton alors qu'il traversait avec sa maman, par une camionette dont la conductrice était en train de téléphoner. (Ne comptez pas sur moi pour faire de la pub pour ce blog absolument écoeurant, et je vous demande aussi de ne pas tenter de le retrouver: ce genre de raisonnements odieux ne doit pas être encouragé).  Et c'est pareil à chaque accident relaté dans la presse: le ou les auteurs de ce blog s'empressent de lancer l'idée, très insidieusement, que finalement la victime l'a bien cherché, et qu'à la limite, c'est toujours un de moins....

J'espère encore que la très forte audience de ce sous-blog ordurier ne reflète pas un courant d'idées global. Je sais l'égoïsme dont sont capables certains conducteurs, mais je pense (j'espère !) qu'ils ne restent qu'une détestable minorité.

Quoi qu'il en soit, loin de moi l'idée de vous gâcher l'ambiance de fêtes, mais par pitié, soyez prudents avec l'alcool, et si vous voulez absolument boire et que vous devez rouler, assurez-vous d'avoir votre "Bob" avec vous !!!

En savoir plus:

15:15 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/12/2007

Crise de foie

C'est bon, le foie gras ?

Vous en avez prévu au menu à Noël ou le jour de l'an ?

Et savez-vous comment on le produit, le foie gras ?  Non ? Et bien regardez-donc cette vidéo, accessible aussi ici (Ames sensibles s'abstenir).   Si après ça, vous êtes encore capable d'en manger, c'est que vraiment vous êtes un(e) insensible de la pire espèce.

Ca vous plaît, de torturer des animaux sans défense ?  Et bien allez-y: faites-vous du bien avec ce petit jeu en ligne, mais par pitié, laissez les vraies oies en paix !

Soutenez la campagne de Gaïa pour l'interdiction légale du gavage en Belgique: signez leur pétition.

foie_gras_1

En savoir plus:

Le site de Gaïa: www.gaia.be

15:37 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |