29/04/2011

Du lait, du beurre et des oeufs

Bonjour,

J'ai reçu cette petite boutade par mail récemment.  Je n'en connais pas l'auteur, mais comme c'est tellement vrai, je vous la livre ici:


1968 :
Tu vas chercher du lait chez le crémier, qui te dit bonjour, avec ton bidon en alu,
et tu prends du beurre, fait avec du lait de vache, coupé à la motte.
Puis tu demandes une douzaine oeufs qu'il sort d'un grand compotier en verre.
Tu paies avec le sourire de la crémière,
et tu sors sous un grand soleil.
Le tout a demandé 10 minutes.


2011 :
Tu prends le caddie de merde dont une roue est coincée
et qui le fait aller dans tous les sens sauf celui que tu veux,
tu passes par la porte qui devrait tourner mais qui est arrêtée
par ce qu'un benêt l'a poussée,
puis tu cherches le rayon crèmerie où tu te les gèles,
pour choisir parmi 12 marques le beurre
qui devrait être fait à base, de lait de la communauté.
Et tu cherches la date limite...
Pour le lait :
tu dois choisir avec des vitamines, bio, allégé, très allégé, nourrissons, enfants, malades, ou mieux en promo
avec la date dessus et la composition....
Pour les oeufs:
tu cherches la date de la ponte, le nom de la société
et surtout tu vérifies qu'aucun oeuf n'est fêlé ou cassé,
et paff !!! tu te mets plein de jaune sur le pantalon !!!
Tu fais la queue à la caisse, la grosse dame devant toi a pris un article en promo
qui n'a pas de code barre...
alors tu attends, et tu attends...,
puis toujours avec ce foutu caddie de merde,
tu sors pour chercher ton véhicule sous la pluie,
tu ne le retrouves pas car tu as oublié le N° de l'allée....
Enfin après avoir chargé la voiture, il faut reporter l'engin pourri
et là, tu vas t'apercevoir qu'il est impossible de récupérer ta pièce de 1 euro...,
tu reviens à ta voiture sous la pluie qui a redoublé...
Cela fait plus d'une heure que tu es parti.

 

Bon week-end !

 


09:00 Écrit par David dans Général, Humour, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

26/04/2011

La chaleur des LED's

Bonjour,

Au hasard de mes conversations, je remarque qu'il existe un certain flou dans la perception qu'ont les consommateurs de certaines spécificités de l'éclairage à LED.

Un de ces points nébuleux concerne la problématique de la chaleur dans les ampoules LED que l'on dit pourtant tellement efficaces qu'elles n'en produisent que très peu.

Eh oui, cela peut paraître paradoxal, mais cette chaleur produite et les moyens à mettre en oeuvre pour l'évacuer constituent actuellement les défis majeurs pour les producteurs d'ampoules à LED.

Pour bien comprendre, il faut mettre en lumière (jeu de mots ;-) ) une différence fondamentale entre les ampoules à incandescence (y compris à halogènes) et les LED's.  Rassurez-vous: je tâcherai, comme d'habitude, de ne pas entrer dans trop de détails techniques et de rester compréhensibles pour tous.

Electric_bulb_filament.jpgDans une ampoule à incandescence, comme son nom l'indique, on fait chauffer un filament jusqu'à un point où il devient incandescent.  Pour y arriver, il faut arriver à des températures pouvant atteindre les 3000°C.

En y réfléchissant un peu, on se rend compte que tout le principe de ce type d'ampoule repose sur le fait que l'on produit une chaleur telle que cela produise de la lumière.  Donc en somme, la lumière n'est qu'un effet secondaire de la production de chaleur.  Et d'ailleurs, les chiffres de rendement le prouvent bien, puisque 90 à 95 % de l'énergie consommée est transformée en chaleur et donc seul le résidu est réellement émis sous forme de lumière visible.

Dans les LED's, bien au contraire, on essaye de produire directement de la lumière (des photons).  Je vous ferai grâce des notions de physique sous-jacentes, surtout celles incluant des éléments de physique quantique (et puis parce que je ne suis pas sûr de tout bien comprendre moi-même... ;-) ).  Donc ici, la production de lumière devient le but premier de l'ampoule.  Mais comme rien n'est parfait, il existe aussi un effet secondaire: la production de chaleur.  La bonne nouvelle, c'est que ici, la chaleur n'est qu'un effet secondaire, et ne représente qu'une fraction de l'énergie absorbée par l'ampoule (je n'ose avancer un chiffre vu la très grande disparité existant sur le marché et les progrès considérables en cours de réalisation).

Mais alors, si cette chaleur n'est qu'une fraction d'une consommation électrique déjà largement inférieure à celle d'une ampoule à incandescence, comment se fait-il que cela pose un tel problème aux ingénieurs ? 
Et bien tout simplement parce que, si un filament d'ampoule à incandescence peut supporter des températures jusqu'à 3500 °C car il est conçu pour cela, les matériaux semi-conducteurs qui constituent les LED's supportent très mal des températures dépassant 80°, 100°C ou 120°C selon les technologies.

LED_bulbs.jpgDe plus, cette chaleur est produite sur une très petite surface: les parties émettrices de lumières des LED's ne couvrent pas plus de quelques mm².   Il n'est donc pas toujours simple de capter cette chaleur pour la diriger vers l'extérieur.  Les circuits électroniques intégrés dans le culot dissipent aussi un peu de chaleur qui vient s'ajouter au reste, et là aussi, il faut pouvoir la dissiper.  C'est ainsi que vous trouverez dans le commerce, à partir d'une certaine puissance, des ampoules LED's, voire même des luminaires complets, avec des formes étudiées pour faciliter la dissipation de la chaleur vers l'extérieur: petites ailettes agissant comme un radiateur, fentes d'aération disposées de telle sorte à favoriser la convection de l'air à l'intérieur du dispositif, etc...

La clé de compréhension du paradoxe est donc de bien comprendre que les principes de fonctionnement des ampoules à incandescence et des LED's sont totalement oppposés: Dans une ampoule à incandescence, on crée une très haute température qui a pour effet secondaire de produire de la lumière tandis que dans une LED, c'est la chaleur qui n'est qu'un effet secondaire de la production de chaleur.

Dans un prochain article, j'évoquerai les facteurs de vieillissement des LED's, les causes de pannes possibles et les points d'attention à garder à l'oeil lors de l'achat d'ampoules ou de luminaires à LED's.

Crédits photos:

15/04/2011

Incident à la tour 37

Bonjour,

Je vous invite à voir ce très beau film d'animation écrit et réalisé par Chris Perry, professeur à la sectioon Animation de l'Université du Hampshire et produit par BitFilms
 

(Merci à www.gizmodo.fr )

09:02 Écrit par David dans Actualité, Général, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/04/2011

C'est qui le plus fort ? (3)

Discothèque de plage.JPG

09:00 Écrit par David dans Général, Humour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/04/2011

Bientôt, Fukushima-Bad ?

Ce 15 mars, Jean-Marie Dedecker, lors d'une interview radio a très sérieusement annoncé qu'il souhaitait la création d'une centrale nucléaire à Oostende, sa propre commune.  

Sans doute, dans le contexte de crise politico-communautaire aigue dans lequel se trouve la Belgique depuis dix mois, aurait-on pû y voir une volonté de la Flandre d'assurer son indépendance énergétique en cas de scission du pays.

Cette déclaration, largement perçue comme une boutade exprimée par un politicien sans doute aigri de s'être fait voler son auréole "d'homme politique le plus populaire en Flandre" (Baromètre Politique La Libre Belgique/RTL-TVi d'Octobre 2008), par Bart-dont-on-ne-peut-prononcer-le-nom (Baromètre Politique La Libre Belgique/RTL-TVi de Mars 2011) aurait probablement fait long-feu, si de récents évènements n'étaient pas survenus, qui semblent confirmer la crainte que Dedecker n'exprimait pas là qu'un coupable fantasme.

Les autorités japonaises ont en effet annoncé cette semaine que, suite à la série d'incidents dont ont été l'objet les réacteurs 1 à 4 de la centrale de Fukushima après le tsunami du 11 mars, ceux-ci ne pourront plus qu'être démantelés.

Un esprit attentif aura soulevé la légèreté de ces propos et un défaitisme qui ne ressemble habituellement pas à l'idée que l'on se fait des Nippons.   Et effectivement, la présence au Japon de Anne Lauvergeon, la "big-mama" du nucléaire français, aurait dû mettre la puce à l'oreille.

Car si après un démantelement se pose le problème des déchets nucléaires, on pourrait organiser une superbe campagne de comm' qui aurait pour but de faire taire tous les anti-nucléaires du monde en organisant pour la première fois un RECYCLAGE TOTAL de centrale nucléaire.

L'opération est simple: il s'agit tout simplement de démonter pièce par pièce une centrale et de la reconstruire à l'identique en un autre lieu, en profitant au passage de remplacer les pièces défectueuses ou endommagées.

Et voilà la Flandre pourvue d'une toute nouvelle centrale nucléaire, bénéficiant à la fois des savoir-faire japonais et français et d'une sécurité à toute épreuve.  Car pour rappel, la centrale de Fukushima a parfaitement résisté aux secousses du tremblement de terre de 8.9; c'est le tsunami qui lui a posé quelques menus problèmes, et avant qu'un tsunami n'engloutisse la Flandre, on risque de devoir attendre encore un petit peu....

(Cliquez sur l'image pour agrandir)

ostende,oostende,dedecker,fukushima