01/04/2008

Refonte des chemins de fer belges

(Pour mes lecteurs qui n'habitent pas ma belle Belgique, afin que vous puissiez comprendre le contenu de cet article, je vais devoir vous expliquer très brièvement l'une ou l'autre petite chose sur la structure de mon pays.  Pour mes chers compatriotes belges, vous pouvez passer directement à l'article...Cliquez ici)

(La Belgique est un état fédéral subdivisé - entre autres - en trois Régions: la Région Flamande, au Nord du Pays et habitée par les Flamands; la Région Wallonne, le sud du pays, où vivent les Wallons - francophones, et à peu près au centre, la Région de Bruxelles-Capitale, peuplée d'une majorité de francophones, mais complètement enclavée en Région Flamande.  Certaines communes périphériques à la Région Bruxelloise, bien que situées en Région Flamande sont elles aussi peuplées d'une forte présence francophone. Afin de leur simplifier la vie, il leur est possible de demander à ce que tous leurs contacts avec l'Administration puissent se faire enfrançais.  Ainsi, ces facilités ont-elles donné leur nom aux "communes à facilité".  Les élections fédérales du 10 juin 2007 ont semé le chaos dans le monde politique.  C'est seulement il y a une dizaine de jours, après donc plus de 9 mois de crise politique qu'un gouvernement (que beaucoup ne voient même pas durer plus de 4 mois) a pu être mis en place.  En effet, de vives tensions communautaires dont les bases sont culturelles, économiques ou simplement nationalistes, opposent les Flamands aux Wallons.  Les Flamands exigent que des compétences normalement régies au plan fédéral (= Le Gouvernenement national) soient transférés aux Régions.  Cette "régionalisation des compétences" est plutôt mal perçue côté wallon, car ceux-ci craignent que les mécanismes de solidarité (sécurité sociale, entre autres), soient détricotés et rendus inopérants, ce dont ils seraient les plus grands perdants, et qu'au final, ce soit l'existence même du pays qui soit remise en cause.....)

(Outre la lecture des principaux quotidiens belges, tels, en français, Le Soir ou La Libre Belgique (il y en a beaucoup d'autres, mais ils seraient trop nombreux à lister tous),  je recommande au lecteur hors-Belgique de consulter l'entrée de Wikipédia consacrée à mon beau pays)


Cet article aurait facilement pu être sous-titré: "Une nouvelle histoire belge"...  Jugez plutôt: 

Pendant presque 10 mois, notre petite Belgique s'est dépêtrée tant bien que mal de ses problèmes communautaires....  (Et encore: rien ne dit que c'est fini !)

On le sait, la Flandre demande qu'un certain nombre de matières fédérales soient régionalisées.

Une des mesures du fameux "premier paquet" de compétences de la Réforme de l'Etat dont la mise en oeuvre devrait être officiellement annoncée aujourd'hui est curieusement passée inaperçue jusqu'à ce jour.  Et pourtant....

Si j'ai choisi de vous en parler aujourd'hui, c'est parce que cela touche à la mobilité, donc à notre environnement.  C'est donc aussi presque un scoop...

Il s'agit d'une refonte partielle de la structure de la SNCB.

Au sens propre du terme.

Effectivement, la Flandre n'ayant pas beaucoup apprécié les montages de la Région Wallonne avec Mittal concernant l'allocation des quotas de CO2 permettant la relance du haut fourneau numéro 6 (et les retombées financières pour la Région Wallonne), celle-ci a demandé des compensations.

Et elle a donc obtenu une refonte partielle de la portion de la ligne de train 124 Charleroi-Bruxelles située en territoire flamand.

Il suffit de regarder le plan du réseau de la SNCB pour voir que cette ligne très empruntée circule sur les 3 régions du pays: la Wallonie, la Flandre et Bruxelles. 

Partant de ce constant, la Flandre a obtenu que la portion qui passe sur son territoire soit refondue, car il n'apporte aucune plus-value économique à la Région flamande.

waterloo-linkebeek

(Sur la carte, les lignes en bleu clair sont les limites des Régions: au Sud, c'est la Région Wallonne, au milieu la Région Flamande, et au Nord  la Région Bruxelloise.  La ligne 124 apparaît comme un trait noir continu passant par Waterloo (Wallonie), Rhode Saint Genèse et Linkebeek (Flandre) et Uccle (Bruxelles) )

Ce sont donc environ 3,5 kms de voies dans les deux sens (soit environ 14 kms de rail) qui seront donc prochainement démontées et envoyées dans un lieu encore tenu secret pour y être refondu.

Selon certaines fuites, on n'exclut pas la possibilité que ce soit justement dans le haut-fourneau numéro 6 que cela se fera, mais officiellement, on ne divulgue rien.  L'acier ainsi récupéré deviendra propriété de la Flandre.

Rien ne filtre non plus concernant les mesures de remplacement pour les navetteurs.  Verra-t-on une ligne de bus mise en place entre Waterloo et Linkebeek ?  On n'en sait encore rien, mais ce que l'on sait, c'est qu'une équipe de linguistes se penche très sérieusement sur la question de savoir comment traduire "Waterloo" en flamand. (On le sait: les bus de "De Lijn" doivent impérativement afficher le nom de leur destination en flamand sous peine de lourdes amendes).

Bien entendu, lorsque j'en saurai plus sur cette question sensible, Grandeur Nature sera le premier site internet à vous tenir au courant.

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

du tout bon!!!

Écrit par : l'eternelle optimiste | 01/04/2008

Répondre à ce commentaire

Excellentissime! j'avais oublié de regarder la date de publication,et j'ai failli me faire avoir.
Bien trouvé le coup des bus devant afficher waterloo en flamand:j'en suis mort de rire!!!

Écrit par : Michel V. | 02/04/2008

Répondre à ce commentaire

LOL dommage que je l'ai pas vu le 1er avril!

Écrit par : Dimitri | 20/04/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.