29/02/2008

Le contrat

Une gifle !
Une claque !
Que dis-je ?... Un énorme coup de pied au cul !

Voilà de quoi faire réfléchir !

Prenez 10 minutes, accrochez-vous (certaines images sont dures, sans voyeurisme ni complaisance, mais peuvent néanmoins heurter les plus sensibles), et regardez ce vidéo-clip, réalisé par un anonyme sous le pseudonyme de TerPacific.

Ecoutez bien le texte, et méditez-le.

"Voici le contrat que vous signez par tacite reconduction chaque matin en vous réveillant simplement et en ne faisant rien"

Visitez le site de l'artiste: http://www.terpacific.fr

Lecontrat
envoyé par terpacific

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

22/02/2008

Cher bout de viande

Le directeur de la Fédération belge de la viande belge l'a annoncé: le prix de la viande va augmenter.  Et pas qu'un peu....

rembrandt_le_boeuf_corch
En cause, bien entendu, la hausse des prix des matières premières et de l'énergie, mais aussi l'impact des diverses crises sanitaires qui ont durement touché le secteur ces dernières années (la maladie de la langue bleue en tête) avec une répercussion directe sur les natalités, et donc, sur une baisse de population des cheptels.

Pour ne rien arranger, le risque d'une augmentation de la demande chinoise pour la viande de porc y ajoute, comme si c'était encore vraiment nécessaire, encore une couche.

En termes chiffrés, on annonce des hausses de 15% voire même 30%, principalement pendant la saison des barbecues.
Et tout cela se ressentira directement sur nos portefeuilles.

Et pourtant, il existe une possibilité de se faire du bien en même temps au portefeuille, à notre santé, et à notre environnement.

En bref, il est un fait avéré et scientifiquement prouvé que nous consommons dans nos manières d'alimentation moderne trop de protéines animales et trop de graisses animales, et que cela a un impact direct et important sur notre santé: obésité, cholestérol, maladies cardio-vascularies etc....  et donc aussi un coût pour la société au travers de la sécurité sociale.

D'autre part, la production de viande est un processus environnementalement exigeant, très consommateur de matières non renouvelables (comme l'eau ou les céréales) et représente une charge trop lourde pour notre environnement.

Enfin, on a pû calculer que si dans tous les pays industrialisés, chaque ménage s'abstenait de consommer de la viande un seul jour par semaine, il n'y aurait plus de faim dans le monde.

On peut se dire: "Il suffit donc de devenir végétarien".
Oui, bien sûr.  Pourquoi pas... 
Mais ce n'est franchement pas évident quand on est omnivore de naissance, et tout le monde n'est pas prêt à prendre cette décision.

Alors voilà.  Il suffit de trouver un juste milieu.
La solution miracle pour tous pour que la hausse annoncée du prix de la viande soit sans répercussion sur votre pouvoir d'achat, serait donc que, une ou deux fois par semaine, on ne mange pas de viande, sous quelque forme que ce soit.

C'est un minimum, et croyez-moi, ce n'est absolument pas difficile à mettre en oeuvre.  Il existe une quantité de sites sur Internet qui proposent des recettes "végé" simples à mettre en oeuvre et succulentes.

Même le Bureau du Plan, dans son récent rapport sur le développement durable préconise une réduction drastique de la part de viande: Diviser les rations quotidiennes par deux ou même trois !  Et les raisons évoquées ne sont pas différentes: santé publique et environnement.

Pour ma part, j'adopte avec ma petite famille la règle de 2 jours sans viande par semaine depuis un peu plus d'un an, et je peux vous garantir que cela a un réel impact sur la santé.  On le sent.

Et donc, cette hausse de prix, je l'acceuille avec sérénité.  Je ne ressens pas le besoin de râler, car elle aura moins d'impact pour nous.

Il faut bien dire que payer 15, 20, 25 EUR ou même plus pour manger du cadavre d'animal... il faut avoir envie.

Enfin, quand on entend toute cette succession de scandales sur la maltraitance d'animaux dans les abattoirs, le reconditionnement de viande avariée revendue comme viande haut de gamme, etc....   Ca n'inspire vraiment pas confiance....

En savoir plus:

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

16/02/2008

Les p'tits papiers

Un petit truc pratique pour économiser pas mal de papier, si on s'y met tous...

Vous tous qui me lisez, vous êtes donc des internautes.

Et vous savez comme moi que l'on trouve absolument tout sur Internet.

Y compris le numéro de téléphone d'un particulier ou d'une entreprise.

Et pourtant, chaque année, nous recevons tous en moyenne 2.5 kilos de papiers inutiles sur le pas de notre porte: les annuaires téléphoniques.

Combien de fois les utilisez-vous par an ?  Est-ce que finalement, rechercher sur internet, ce ne serait pas tout simplement plus simple et plus rapide ?

Savez-vous que vous pouvez gratuitement faire savoir aux sociétés éditrices des annuaires téléphoniques que vous ne souhaitez plus les recevoir ?

Tout simplement en cliquant sur ce lien (si vous résidez en Belgique) et en remplissant le formulaire: http://www.1307.be/fr/jsp/1x07be_opt_out.jsp  

Introduisez bien clairement votre adresse (les numéros de téléphone demandés sont facultatifs), et vous ne recevrez plus les annuaires.

Rapide et facile, un petit geste pour l'environnement, qui, multiplié par quelques milliers, sera toujours le bienvenu ! 

22:42 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/02/2008

Londres (presque) propre

La personnalité de la semaine: Ken Livingstone.

Ken_livingstone_2Il est le Maire de Londres depuis 2000 et c'est à lui que l'on doit une des mesures les plus efficaces en matière de protection de l'environnement, appliquée au milieu urbain: le désormais célébrissime péage urbain de Londres, ou "Congestion Charging".
Pour pouvoir circuler dans le centre de Londres, chaque véhicule doit acquitter une taxe de 8 £ (un peu moins de 11 EUR) par jour.
Quelques exceptions sont prévues pour les transports en commun et les véhicules particulièrement propres.

Le but avoué est de décongestionner le centre de Londres dont les légendaires embouteillages finissaient par rendre les déplacements pour le moins aléatoires.   Et les résultats sont là: plus d'usagers des transports en commun, plus d'usagers du vélo, et moins d'embouteillages (bien que ses détracteurs ont beau jeu de dénoncer que TOUS les embouteillages n'ont pas disparus....)

L'aspect écologique n'est bien entendu pas en reste, et la qualité de l'air du centre de Londres s'en est retrouvée considérablement améliorée.
Les taxes ainsi prélevées financent les améliorations apportées aux réseaux de transport publics et le tracé de nouvelles pistes cyclables ainsi que d'autres aménagements cohérents avec une politique volontariste en matière d'environnement.

Et quelle meilleure preuve de ce volontarisme politique que celle consistant à améliorer encore le système de perception en établissant un tarif particulièrement dissuasif aux véhicules les plus polluants (à partir de 226 g de CO2 par km) incluant les "voitures" particulières non adaptés à notre époque et aux défis du futur: j'ai nommé mes meilleurs ennemis; les bons gros cacats.

Là-bas, on les surnomme les "tracteurs de Chelsea", du nom d'un quartier huppé de la capitale britannique.  Chez nous, cela serait transposé en "tracteurs de Lasne" ou "tracteurs de Neuilly" en France.   Pour ces heureux propriétaires de belles grosses bétaillères donc, c'est 25 £ (33 EUR) qu'il faudra débourser pour pouvoir visiter le centre ville.

Voilà bien un maire doté d'un vrai courage politique et d'une vraie volonté d'action en faveur du climat, de la santé publique, et de la sécurité routière.  Car ce sont bien dans ces trois problématiques dans lesquelles ils ont une part de responsabilité que le découragement des ringards en cacats portera le plus ses fruits.

Bravo, Mr Livingstone !
Puissiez-vous montrer l'exemple à nos propres élus locaux.

Les petites rues étroites de la ville où j'habite sont désormais encombrées de ces véhicules rétrogrades.  Les places de stationnement sont encombrées par ces pachydernes sur roues qui débordent allègrement sur les trottoirs ou sur la chaussée, encombrant la circulation et représentant un vrai danger public pour les piétons et cyclistes.  Mais je dois me résoudre à l'évidence: le bourgmestre de ma ville n'osera jamais prendre une telle mesure... de peur sans doute de vexer les frustrés de son électorat de droite qui l'ont porté au pouvoir...

Mais j'attends quand même avec impatience un tel dispositif dans le coeur de Bruxelles et dans un maximum d'autres grandes villes un peu partout, en Belgique et ailleurs, à l'instar de Milan ou Stockholm.

Ceux qui oseront prendre une telle décision aujourd'hui auront certes à composer avec de virulentes oppositions (Mr Livingstone pourra vous raconter combien cela n'a pas été facile à Londres !), mais au final, une fois en place, le système remporte une large adhésion du plus grand nombre.

En savoir plus:

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/02/2008

Dilemme 3 : To bio or not to bio

Les produits bio, on peut clairement les consommer pour deux raisons:
- Pour des raisons de santé: produits de façon naturelle, les produits bio contiennent en général moins de résidus de produits toxiques
- pour des raisons purement écologiques: car leur processus de fabrication est moins polluant

Partant de là, Madame Dubio est confrontée à un dilemme.

Elle souhaite s'approvisionner autant que possible dans la filière Bio afin de faire un geste pour l'environnement, mais il y a un problème:
A moins de 100 kilomètres de chez elle, elle ne trouve pour ses produits laitiers aucune ferme qui en produise de manière bio, et elle se voit mal faire 200 kilomètres pour aller chercher quelques litres de lait chaque semaine.

A l'étal de son supermarché, elle trouve bien du lait bio, mais celui-ci est produit dans un pays voisin.

Par contre, juste à côté de chez elle, une ferme classique produit et vend directement au particulier des produits laitiers frais, mais non bio.

Madame Dubio s'interroge donc: Vaut-il mieux acheter un produit bio produit à plusieurs centaines de kilomètres de chez elle et qui a dû être transporté de multiples fois sur de très longues distances, ou se contenter d'un lait non-bio mais qui n'émettera plus de CO2 pour son transport ?

Et vous, qu'en pensez-vous ?

09:15 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/02/2008

Les voitures vertes... pâles.

Le Salon de l'Auto de Bruxelles dont le thème majeur cette année était la voiture verte, a donc fermé ses portes, et comme moi, vous aurez lu ou entendu que le succès des-dites voitures vertes n'était pas au rendez-vous.

Et les différents exposants de s'empresser de pointer un certain manque d'intérêt du public pour les voitures moins polluantes.

Un peu facile, vous ne trouvez pas ?

Personnellement, j'ai une autre interprétation des résultats:

  • Tout d'abord, je n'aurai absolument pas peur de faire un procès d'intentions aux constructeurs automobiles.   Effectivement, on sait bien que une vraie voiture verte est tout d'abord une voiture spartiate dans laquelle on doit se débarasser du superflu, surtout de celui qui consomme du carburant.  Cela se traduit directement par la disparition d'un certain nombre d'équipements inutiles, mais qui, depuis quelques années font les choux gras des constructeurs.  Et bien entendu, cela réduirait d'autant les marges bénéficiaires des constructeurs.   Comme ce n'est pas dans leur intérêt, ils feront en sorte de proposer au public des voitures présentées comme "vertes", mais peu attrayantes.  Le public s'en détournera rapidement...
  • Ensuite, il reste une faible tranche du public d'acheteurs potentiels qui cherche VRAIMENT une voiture moins sale, et qui est prêt à faire des sacrifices pour l'obtenir.  On a estimé, dans ce que j'ai entendu, que cela représentait environ 10% du public.   Ce public-là (et je connais bien la question, car vous savez que j'étais justement à la recherche d'une nouvelle voiture, moins polluante que mon actuelle), lui, est bien renseigné, et sais quels sont les points qui font qu'une voiture est vraiment un peu plus verte.  Et là, je vous l'assure, dès qu'on creuse un petit peu, le pseudo vernis verdâtre dont certains constructeurs ont tenté d'affubler leurs voitures ne résiste pas longtemps à un examen un plus attentif.

Pour rester clair, je ne prendrai qu'un seul exemple, et je ne citerai pas de marque pour ne pas en stigmatiser une plutôt qu'une autre, mais pour en avoir comparé plusieurs, je peux vous assurer que la plupart des marques sont toutes dans le même cas.

Je cherchais donc un break ni trop petit ni trop grand, équipé d'un filtre à particules et émettant le minimum de CO2, avec un maximum absolu de 130 grammes de CO2, et idéalement, moins de 120.  

Si vous me lisez depuis un certain temps, vous savez que l'airco qu'on vous oblige à acheter le plus souvent augmente la consommation et les rejets nocifs de 20 à 30% et possède de très nombreux autres inconvénients environnementaux.  Vous savez aussi que ces rejets dûs aux équipements ne sont jamais renseignés dans les chiffres officiels que les constructeurs divulguent publiquement, car la directive européenne qui gère ces publications ne les y oblige pas.   Donc, dans mon cas, si je veux rester cohérent avec mes opinions, mon véhicule doit aussi ne pas être équipé d'airco (je rappelle aussi que même si on ne s'en sert pas, un airco est TOUJOURS polluant : poids de l'installation (50 Kgs) à trimbaler, ce qui augmente la consommation, coût à l'achat et lors des entretiens, fuites de gaz réfrigérant qui rejetent des substances extrêmemment toxiques pour la santé et l'atmosphère, ...).

Comme dirait ma cyber-copine "L'éternelle optimiste", autant chercher une soucoupe volante....

Et voilà que, ô miracle, je trouve quand même mon bonheur !  Et oui, ca existe encore !
En plus, cerise sur le gâteau, la voiture convoitée existe aussi dans une série spéciale "verte", qui grâce à des améliorations essentiellement sur l'aérodynamique, consomme et pollue encore moins.
J'ai failli être tenté.... jusqu'au moment où j'ai vu que l'équipement de la version "verte" incluait d'office l'airco, et des barres non amovibles sur le toit (celles-ci augmentent la consommation et les rejets d'environ 5 %).  De plus, au niveau des équipements, aucune option concernant les aspects sécurité n'est incluse, ni même possible.

En résumé, on se retrouve donc avec une voiture qui, si on doit tenir comtpe des accessoires, consomme et rejette PLUS de polluants que la voiture "normale", et où le degré de sécurité a été considérablement diminué.

C'est bien évidemment inacceptable, et j'ai donc acheté la version "normale" de ce véhicule (au demeurant relativement peu polluant, car il émet tout de même 40 grammes de CO2 en moins que ma voiture actuelle, et est équipé d'un filtre à particules) pour laquelle j'ai pû prendre toutes les options possibles et imaginables en matière de sécurité, le tout à un prix, jugé par la presse automobile de très correct.

Alors voilà...  la seule chose qui fait que les constructeurs arrivent à vous faire croire que leurs voitures "vertes" sont moins polluantes, c'est cette lacune de la réglementation européenne qui ne précise pas d'inclure les émissions des équipements dans les chiffres d'émission publiés.

Ne vous laissez pas avoir, et résistez.  Faites savoir aux vendeurs que vous n'êtes pas dupes, et que vous ne voulez pas payer pour un airco qui n'est utile que 10 jours par an (en Belgique), mais qui polluera toute l'année.
Faites-lui savoir que l'écologie et la sécurité sont les 2 critères absolus pour votre achat, et que vous ne sacrifierez pas l'un pour l'autre.

Et surtout, n'hésitez pas à aller voir les autres marques.   Certaines laissent encore une vraie liberté de choix au client, en lui proposant des voitures de base à bon prix, et une liste d'options très intéressantes que vous pouvez vraiment choisir à la carte.

Enfin, n'achetez pas de voiture sans avoir au préalable consulté le site Energivores qui au travers de modules de calcul vous permet de comparer les modèles de différentes marques.   Ca aide aussi...

green-car

09:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |