04/01/2008

L'Islande bientôt 100 % renouvelable

Le pays produit déjà actuellement 80% de son énergie au départ de l'hydraulique.  Le reste est fourni par la géothermie (l'utilisation de poches d'eau souterraines très chaudes, dues à la forte activité volcanique de la région), largement utilisée pour les réseaux de chauffage urbain. 

Mais il reste tout de même encore le très gourmand secteur des transports (incluant le carburants des bâteaux de pêche) qui dépend encore quasi exclusivement des énergies fossiles.

Les solutions envisageables ne sont pas simples à mettre en oeuvre.  La piste privilégiée pour l'instant est le recours à l'hydrogène.  Techniquement, les méthodes de production et de stockage de l'hydrogène commencent à être au point, mais il subsiste le problème de l'énergie primaire utilisée.
L'hydrogène, on le trouve à peu près partout dans l'univers, et en très grandes quantités.  Autour de nous, on le trouve, combiné à l'oxygène dans l'eau.

Il "suffit" donc de casser la molécule d'eau pour pouvoir en récupérer d'énormes quantités d'une part, et de l'oxygène d'autre part.
Seulement voilà, casser une molécule d'eau ne se fait pas si simplement que de sortir une vanne à deux balles quand on est un surfeur Niçois habillé de jaune, et la méthode la plus efficiente resterait l'électrolyse (bien que d'autres pistes semblent envisagées aussi).  

On fait passer un fort courant électrique dans l'eau, et on récolte sur les électrodes l'hydrogène et l'oxygène sous forme de gaz.  Mais ce fort courant électrique, il faut le produire.   Et à quoi donc peut bien servir de brûler du charbon dans une centrale électrique pour produire l'électricité nécessaire à la production d'hydrogène ?  Le principe n'est donc écologiquement valable QUE si l'électricité est produite (en abondance) au départ de sources elles-mêmes renouvelables.

C'est là tout le défi qui attend encore l'Islande, et, du reste, toute la filière de production d'hydrogène.


En savoir plus:

08:45 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

et oui, on n'en a encore beaucoup à apprendre...là ou il a volonté, il y a possibilité!

Écrit par : esther | 16/01/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.