19/09/2007

Pic pétrolier (2/3)

Ceci est la deuxième partie de la série consacrée au pic pétrolier. Suite à vos nombreuses réactions (y compris par mail), j'ai décidé d'en accélérer la diffusion. 

Si vous avez raté la première partie, elle se trouve au bout de ce lien.


C'est sûr, du pétrole ou du gaz, on en a encore pour 15 ou 30 ans, selon les projections. 

Ce que ces projections ne soulignent pas toujours, c'est que l'approvisionnement en pétrole ou en gaz ne va pas cesser du jour au lendemain (comme un robinet qu'on fermerait), mais bien décroître progressivement (comme un réservoir qui se vide... et c'est bien de cela qu'il s'agit.). 

Ensuite, cette notion de pic est applicable aussi bien individuellement sur chaque point de production, que au total au niveau mondial si on tient compte de la totalité de ces points de production (les champs pétroliers ou gaziers), comme le montre ce graphique.

Pïc pétrolier (2)

Là où ca devient très inquiétant, c'est quand on découvre que dans certaines régions du monde, certains grands champs pétrolifères (ceux qui assurent à eux seuls une grande part dans la production mondiale) ont atteint et souvent déjà largement dépassé leur pic de production, parfois depuis plusieurs années, et se trouvent donc en phase de déclin avéré. 

On remarque cela à posteriori au bout de plusieurs années, lorsque les statistiques montrent que tel puits de pétrole n'a plus produit autant de barils que l'année d'avant, et cela pendant plusieurs années consécutives (les spécialistes appellent cela "l'effet rétroviseur").

Ainsi, par exemple, le Mexique produit de moins en moins de pétrole depuis 2004.  Alors que 60% de la production du pays était fournie par un seul champ pétrolifère "super-géant", depuis 2004, chaque année, sa production a baissé de 35 à 75 % !!!  

Ce pays, qui utilisait d'une part ce pétrole pour sa consommation propre, puis exportait son excédent (principalement aux Etats-Unis voisins, son plus gros client), va d'ici 2008 ou 2009 à peine satisfaire à sa seule consommation (en hausse, d'ailleurs, comme partout dans le monde).   Donc, d'ici un an ou deux, le Mexique n'exportera plus de pétrole aux USA.

Rappelez-vous, en 2005, après une saison cyclonique assez intense sur le Golfe du Mexique (dont le tristement célèbre Katrina), et l'endommagement de plusieurs puits et raffineries, il y eu une envolée des prix du pétrole sans précédent.  Alors que va-t-il se passer lorsque les Etats-Unis devront trouver un autre vendeur de pétrole pour satisfaire leur propre demande (toujours, également, en augmentation)...?

Le Mexique, c'est un des points de production dont je vous parlais.  Je vous disais aussi plus haut, que le pic pouvait aussi être défini au niveau mondial. Outre le Mexique, le Koweit et l'Arabie Saoudite se trouvent aussi en phase de déclin prouvé depuis quelques années.  L'Indonésie a dépassé le cap à partir duquel elle ne satisfaisait plus à sa consommation interne en 2004.

Au total, au niveau mondial, les plus grands spécialistes (indépendants, bien sûr, car la plupart des compagnies pétrolières, elles, ne semblent pas pressées de l'annoncer...) s'accordent à dire qu'entre 2005 et 2010, le pic mondial sera atteint, mais qu'il faudra quelques années (effet rétroviseur - voir plus haut) pour s'en rendre compte.  Nous sommes mi-2007; pile-poil au milieu....

Et si on se rallie à une vision "optimiste", allons voir du côté des pétroliers eux-mêmes....   Evidemment, en tant que société commerciale, un producteur de pétrole hésiterait à annoncer platement aux marchés que d'ici quelques années, la matière première sur laquelle repose l'intégralité de son business... cessera d'être accessible... 

Et pourtant, Chevron annonce en 2005 que sur 48 pays producteurs de pétrole, 33 (trente-trois !) sont en déclin confirmé !  Et ça, c'est donc bien le point de vue (optimiste par définition) d'un pétrolier ! 

Et c'était en 2005.....

(Cliquez ici pour la suite)

18:27 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

On va rire...
Toutes les projections économiques (de croissance, en particulier, pour la Chine, au hasard) ne reposent-elles pas sur l'idée que le pétrole ne va pas manquer ?

Écrit par : Sébi | 19/09/2007

Répondre à ce commentaire

La 3ème partie La 3ème partie sera postée ce samedi 22 vers 9h00 du matin (heure de Bruxelles).

Tous les liens vers une abondante documentation sur ce sujet brûlant y seront fournis.

Écrit par : David | 20/09/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.