25/07/2007

10 jours

Ma fille (8 ans) voit traîner mes bouquins,
365 jours

 et parmi ceux-ci, elle s'intéresse au "365 jours pour réfléchir à notre Terre" avec les photos de Yann Arthus-Bertrand.

 

Et elle décide, tout de go, qu'elle allait lancer une grande campagne: "10 jours pour protéger notre terre".
Voici le fruit de ses cogitations (au fluo rose sur une feuille de brouillon... je vous dis pas la galère pour la scanner....  )
 
 
Numériser0002

10:15 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

20/07/2007

Vacances

Soyez au rendez-vous les 25 juillet et 03 août pour les prochaines publications....

Pendant ce temps-là, je serai loin d'internet.

Vous me manquez déjà....

16:45 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/07/2007

1000 Euros

chat noir

C'est vendredi 13 !

Peut-être en avez-vous profité pour jouer au Lotto, ou avez-vous acheté des billets de jeux à gratter ?

Et peut-être avez-vous même gagné !  C'est tout le mal que je vous souhaite.

Et peut-être aussi n'avez-vous pas gagné.

gagnez 1000 eurosEt bien, voici un moyen de vous refaire.

Ce que je vous offre, ce n'est, ni plus ni moins, que de gagner 1000 euros par an, voire même plus.

Comment faire ?  C'est très simple.  Rendez-vous sur le nouveau site mis en ligne par le CRIOC (Centre de Recherche et d'Informations des Organisations de Consommateurs) : www.gagnez1000euros.be

Outre une rubrique de trucs et astuces classés par rubriques, le site propose aussi un petit test personnel qui vous prendra une dizaine de minutes, mais qui au final vous donnera la possibilité d'augmenter encore vos gains par quelques petits conseils personnalisés.

L'habillage du site est sympa, avec un graphisme qui ne serait pas renié par les Monty Python, et la musique qui accompagne l'internaute est gentillette.  Truc: Localisez tout de même le bouton de contrôle de cette musique en bas de page du test (ou le bouton "Muet" de votre PC), car après quelques boucles, ca devient un petit peu lassant quand même... (Petit message perso aux concepteurs du site: dommage d'ailleurs que ce bouton ne soit pas présent - ou en tout cas pas mis suffisamment en évidence - sur toutes les pages...)

En savoir plus:

Allez voir aussi le site habituel du CRIOC: il y a toujours des choses intéressantes à y trouver.

trefle 4 feuilles

13:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

06/07/2007

7 raisons

Ma cyber-copine "L'Eternelle Optimiste" m'a récemment "tagué" (voir son commentaire ici).

AG00317_J'ai un peu fait le tour autour de moi pour savoir de quoi il en retournait, et il se trouve qu'il s'agit d'une sympathique initiative consistant à lancer des défis à des bloggueurs.
En ce qui concerne l'Eternelle Optimiste, elle m'a défié de donner 7 bonnes raisons pour protéger l'environnement.
Alors,... réflexion !


1°) D'abord, l'évidence: Nous vivons tous sur la même planète.  La pollution n'a pas de frontière.  Une pollution émise à l'autre bout du globe aura un impact sur tous.  Pour bien stigmatiser l'idée, je ne peux m'empêcher de me remémorrer ce dessin humoristique où l'on voit un aquarium rempli d'eau toute noire, avec juste quelques paires d'yeux et cette légende: "Oh non! Marcel a encore la diarhée..."  C'est pareil pour nous: nous sommes tous des poissons rouges dans notre bocal....


2°) La Terre n'a pas la capacité d'absorbtion ou de régénération qu'on lui prête.  Effectivement, on a souvent tendance à croire, très confortablement, que "ca ne revient pas à si peu... ce n'est pas juste pour ça...".  Rien n'est plus faux.  La nature n'arrive pas à absorber et dégrader les polluants que nous lui imposons, et certainement pas au rythme que nous lui imposons.  Que ce soit pour les océans, notre atmosphère ou la terre en elle-même, chaque petite parcelle de pollution est déjà de trop.


3°) Ce qui est perdu, est perdu.  Et oui!  On est trop enclin à croire que tout se que nous consommons fait partie d'un cycle et que tout cela finira bien de toute façon par revenir plus tard.  Un peu comme l'eau que nous gaspillons, on se dit que de toute façon, elle finira par se ré-évaporer, retomber en pluie, et resuivre son long chemin jusqu'à notre robinet.  Dans l'absolu, c'est vrai.  Mais encore une fois, nous surestimons les capacités de notre planète.  Les temps nécessaires à l'accomplissement de ces cycles dépassent de loin l'échelle humaine.  La moindre goutte de pétrole brûlée est perdue pour l'humanité.  Il faudra des millions d'années pour qu'elle soit reconstituée et réexploitable.  D'ici là....  nous dilapidons des réserves qui ont justement mis des millions d'années à se constituer.


4°) La science ne nous sauvera pas.  C'est trop facile (et extrêmement dangeureux) de penser que la science nous sauvera de tout.  La science fait ce qu'elle peut.  Parfois, la science manque de moyen.  Parfois aussi, la science nous donne des pistes de solutions, et ce n'est pas encore pour cela que nous en tenons compte.  Par exemple: la science nous a donné des panneaux solaires, thermiques ou photo-voltaïques, alors pourquoi ne voit-on pas des panneaux solaires sur tous les toits ?  La science nous a donné les lampes économiques, et maintenant les LED's.  Alors pourquoi y-a-t-il encore temps de systèmes d'éclairage encore basés sur du bête halogène ringuard ?  La science nous a donné les moyens d'avoir, en Belgique aussi, des maisons 100% passives, sans aucun apport d'énergie fossile pour la chauffer.  Et pourtant, combien de nouvelles constructions intègrent-elles ces notions ?  J'en entends déjà beaucoup me rétorquer à toutes ces questions "Parce que ca coûte cher!"  Et pourtant, la science de l'économie, elle, nous apprend et nous démontre que c'est faux.  Tous ces investissements faits dans le but de consommer moins sont TOUJOURS rentables, à plus ou moins long terme.  Alors, je repose mes questions: Pourquoi ?


5°) Nous détruisons les remèdes à tous nos maux.  C'est un fait: depuis la nuit des temps, l'homme a puisé dans la nature qui l'environnait, la faune comme la flore, les remèdes aux maladies, les onguents qui soignaient les blessures, les sécrétions de tel animal qui guérissaient de la fièvre etc...  De nos jours encore, des armées de botanistes, payés par des laboratoires pharmaceutiques, sont à la recherche de nouvelles molécules pouvant avoir des applications thérapeutiques.  En même temps, ce sont 30 espèces de plantes ou d'animaux, souvent même pas encore répertoriées, qui disparaissent à tout jamais de notre biosphère, chaque jour.  Le résultat de millions d'années d'évolution réduit à néant en l'espace d'une vie d'homme.  A cause des dérèglements climatiques, à cause de la destruction systématique de biotopes (ex: les forêts primaires que l'on saccage ou que l'on brûle), à cause des polluants que nous rejetons dans nos sols, nos eaux, notre air.  Qui peut me garantir que dans toutes ces espèces déjà disparues, nous ne sommes pas passés à côté des remèdes contre certains, voire tous les cancers, contre le sida, contre tous les petits maux qui nous empoisonnent littéralement l'existence.  Une seule chose dont je sois sûr: c'est qu'au travers des actions que je mène autour de moi ou sur le net, au hasard de mes rencontres en chair et en os ou virtuelles, je n'ai pas trouvé de preuve que l'on ai enfin découvert le remède à la connerie universelle, qui comme le rire, reste le propre de l'homme...


6°) Nous n'avons qu'une seule Terre.  Pas de version 2.0 en vue !  La Terre, c'est notre labo.  Si on le fait péter, on n'a nulle part d'autre où aller.  La Terre c'est notre maison. L'écologie, au sens strict du terme, c'est la science de la maison.  Si on la fait brûler, on se retrouve SDF.  Sauf que là, la notion même de ne plus avoir d'habitat adéquat est définitive et absolue.  Toute ma vie, je me souviendrai de ce qui était, il y a une vingtaine d'années, un slogan majeur de Greenpeace, issu, si je me souviens bien d'un proverbe indien, et qui disait à peu près (toujours de mémoire...): "Quand vous aurez abattu le dernier arbre, tué le dernier animal et pollué la dernière rivière, là, vous découvrirez que l'argent ne se mange pas."  Nous serons peut-être les derniers, mais si cela devait arriver, nous finirons aussi par disparaître en temps qu'espèce.


7°) Et enfin, sans doute la raison la plus importante.  C'est cette parole historique du Cdt Cousteau: (de mémoire, pardon si ce n'est pas textuel) "Nous ne possédons pas la Terre, nous l'empruntons à nos enfants.".  Effectivement, tous ces dégats que nous provoquons aujourd'hui, ce seront nos enfants (les nôtres ! Pas des enfants hypothétiques dans plusieurs générations, mais bien les nôtres, les vôtres, ceux de votre voisin) qui auront à en subir les conséquences.  Quand le pétrole sera devenu une denrée de plus en plus rare et chère accroissant les inégalités entre couches de population entre ceux qui auront les moyens et les autres, quand les fûts utilisés pour l'entreposage de nos déchets radioactifs commenceront à fuir, quand les sautes d'humeur du climat provoqueront des dégats de plus en plus importants, quand nos enfants repenseront aux générations d'avant qui ont tellement gaspillé, dilapidé, détruit, le regard qu'ils poseront sur nous ne sera pas tendre, croyez-moi.  Faisons au moins en sorte de pouvoir leur dire, avec humilité, "Tu sais, nous au moins, on aura fait ce qu'on a pu..."


Alors, Eternelle Optimiste, peux-tu considérer ton défi comme relevé ?

20:04 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |