23/03/2007

Tu vas pas mourir de rire...

[ Respire -- Mickey 3D ]
(Cliquez sur les paroles pour voir le clip vidéo)

Il y a quelques semaines, Natagora a rendu public les résultats de la campagne de recensement d’oiseaux en Belgique de cet hiver.
Et les résultats sont catastrophiques : c’est l’hécatombe !  23% d’oiseaux en moins que l’année passée.
Ca peut paraître dérisoire, mais une baisse de 23% de la population des oiseaux de nos campagnes, c’est un peu comme si en Belgique, 2 millions et demi de personnes sur la population totale avaient tout simplement disparu.  Et pour la France, ce serait 13 millions de personnes en moins !  Rien que ça !   Mis à part peut-être nos chers amis propriétaires d’un bon gros 4x4 qui auront moins de crottes à nettoyer sur leur belle carrosserie qu’ils aiment tellement astiquer, personne ne peut se réjouir ni même rester indifférent à cet état de fait.
moineau2On savait déjà que depuis quelques années, le moineau domestique subissait une forte baisse de population, mais qu’est-ce qui peut bien expliquer une telle catastrophe ?
Et bien, les raisons sont bien connues, et sont toujours les mêmes :
L’utilisation intensive et irraisonnée de pesticides ou désherbants (autant dans nos jardins qu’à l’échelle industrielle) dont la toxicité de certains est pourtant avérée, est identifiée comme la principale cause.   A côté de cela, les conditions climatiques ont également un grande part de responsabilité.
Alors que pouvons nous y faire ?  
  • La première réponse est évidente : pour la sauvegarde de nos oiseaux, (mais aussi des insectes butineurs qui sont également gravement menacés), bannir immédiatement et totalement tout usage de pesticides ou d’herbicides dans nos jardins.  Ceux-ci n’ont effectivement bien souvent pas la justification qu’on leur prête : un désherbage manuel en début de saison, pour peu que l’on veille bien à arracher les racines des « mauvaises » herbes suffit en général à éliminer la plupart d’entre elles.  Quant aux insectes nuisibles à nos plantes, des insecticides naturels et inoffensifs existent et sont simples d’emploi : ils agissent en général par répulsion, pour éloigner les insectes ou par prédation, en incorporant dans le jardin des prédateurs naturels aux insectes indésirables. L’exemple le plus connu est celui des coccinellescoccinelle qui vous dispenseront à tout jamais des pucerons sur vos rosiers.  Le purin d’ortie est un autre produit miracle, ce qui ne plaît d’ailleurs pas à l’industrie chimique française (Heureusement en Belgique, il n’est pas encore illégal d’en parler !)
  • Ensuite, par nos choix de consommation, il faut absolument privilégier les filières bio qui n’utilisent que ces méthodes naturelles.  Ainsi, on favorisera ce type d’agriculture qui ménage notre faune locale, ainsi que nos nappes phréatiques.  Votre santé en profitera également.
    - L’installation de nichoirs et de mangeoires hors d’atteinte des chats ou d’autres prédateurs est toujours la bienvenue, même en ville où les abris naturels sont quasi-inexistants.

En savoir plus :
- L’enquête de Natagora  (page d'accueil du site: ici )
- Reconnaître les oiseaux de nos jardins grâce à la gallerie photo de l’AVES
- Excellent blog sur la vie d’un verger, contenant entre autres des plans de nichoirs simples à fabriquer soi-même et des conseils d’entretiens doux avec la nature: http://verger-des-dix-bonniers.skynetblogs.be/
Le purin d’orties http://www.aujardin.info/fiches/purinortie.php

21:28 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

les oiseaux J'habite en Bourgogne et dans le jardin j'avais plein d'oiseaux. Cet hiver ils se font rares aussi. j'avais des pies plus une seule actuellement.Par contre, il y a beaucoup de corbeaux qui nichent dans l'église de la ville.

Écrit par : sylvie | 24/03/2007

Répondre à ce commentaire

mais il ne faut pas oublier non plus les fameux OGM qui comporte des cellule insecticide.
Et provoque également pour l'homme des graves problèmes.
Retrécissement des organes vitaux
Bravo pour votre blog
Bonne journée

Écrit par : Pascal | 24/03/2007

Répondre à ce commentaire

La fin des moineaux ? ALERTE ! ALERTE ! ALERTE !
En Angleterre les moineaux sont déjà placés sur la liste rouge des espèces menacées.
En Belgique, en Allemagne, en Italie où en Finlande le constat est le même partout.
Les effectifs de moineaux domestiques sont en baisse dans toutes les grandes villes d’Europe.

Écrit par : Félicien | 24/03/2007

Répondre à ce commentaire

ma maman m'en a fait la remarque l'été dernière, effectivement plus un moineau à l'horizon en Hollande! j'vais beau chercher, pendant des heures, je n'en ai plus vu! en France qussi de moins en moins...ça me fait peur!

Écrit par : zara whites | 25/03/2007

Répondre à ce commentaire

Efficace.... Un bon moyen de se débarrasser des pucerons sans utiliser de méthodes chimiques, c'est de pulvériser les plantes attaquées avec une infusion de tabac. Suffit d'acheter un paquet de tabac, de le faire macérer dans de l'eau pendant une semaine, le filtrer et pulvériser. Ca pue mais c'est efficace...
Bonne semaine.

Écrit par : Gi | 26/03/2007

Répondre à ce commentaire

Phano, dans son rôle de vilain petit canard En lisant le PDF des résulats du week-end sur le site de Natagora, voilà ce que je trouve.

"...
Cela est probablement dû au
radoucissement de la température les 4 et
5 février. Lorsqu'il fait plus doux, en effet,
les oiseaux vont moins souvent à la mangeoire
car ils trouvent suffisamment de
nourriture. De plus, le besoin en énergie
est moindre pour compenser les pertes
dues au froid. L'oiseau peut manger un
peu moins. Et, si l'oiseau vient moins souvent,
l'observateur a moins de chance de
le voir… Un nombre plus élevé de jardins
urbains, accueillant souvent moins d'oiseaux,
pourrait aussi expliquer ce phénomène.
Par contre, en Flandre, sur 8120
jardins, les fréquences semblent augmenter
pour la plupart des espèces.
La forte diminution du nombre de jardins
où des moineaux domestiques ont été
notés est alarmante. Bien que la population
fluctue d'année en année, la tendance
en hiver est à la baisse sur les
trois années. L'évolution du moineau
domestique en période de nidification
semble stable, d'après le suivi par points
d'écoute en Wallonie sur près de 15 ans
(1990-2005). Une mauvaise saison de
reproduction (peu de jeunes à l'envol)
pourrait expliquer en partie la faible fréquence
de l'hiver. À suivre en tout cas…
"
Donc, les gars, respirez un bon coup.
Tout ne va pas bien, mais les oiseaux, eux, ne sont pas morts. Ils sont juste un peu plus loin de l'homme.

Par contre vraiment d'accord avec tous les moyens bio pour vivre en harmonie avec son jardin. J'ai d'ailleurs assisté à une conférence il y a quelques mois où un spécialiste nous à offert des larves de coccinelles, les larves étant encore plus vorace que les adultes (évidemment les adultes pondent, ce qui n'est pas mal non plus :-) Il expliquait aussi comment faire un élevage, c'était simple, mais bon: jamais fait.

Et David, j'adore ton idée de l'autre post sur la lampe offerte aux élections. (et j'ai bien ri à la remarque de Seb aussi).

Bonne continuation.
Phano.

Écrit par : Phano | 27/03/2007

Répondre à ce commentaire

Précisions Effectivement, Phano, j'ai été un peu vite dans la rédaction ce jour-là....
Je dois préciser que le rapport de Natagora est un rapport d'observations et n'a pas pour but d'expliquer les raisons de la baisse de population. Juste donner quelques pistes, comme l'hiver particulier en 2006.
Ceci dit, les lecteurs intéressés pourront trouver via leur moteur de recherche préféré (c'est à dire "www.netecolo.com" bien sûr !) en utilisant par exemple "pesticides moineaux" comme mots clés une pléthore d'articles où l'on traite de l'impact des premiers sur les seconds.
Mais, Phano, si un simple "déplacement" de population te paraît moins grave qu'une disparition, n'oublie tout de même pas que la notion de "réfugiés écologiques" n'augure rien de bon, et que des millions d'humains sont également concernés, ou le seront très bientôt. Tout est lié: ce qui arrive aux animaux d'aujourd'hui préfigure ce qui nous arrivera sans doute demain...
Et on a beau sourire à l'idée d'une montée des eaux qui pousserait nos amis Flamands à venir se réfugier sur les hauteurs de Liège ("Retour à Liège !")... la réalité n'est malheureusement pas aussi drôle. (Cà y est; je vous ai sappé le moral ;-))
Merci pour ton passage !

Écrit par : David | 28/03/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.