24/11/2006

Airco et CO2

Oui, bon, je sais... vous allez me dire que je râle encore...   Peut-être un peu, (D'ailleurs, comment peut-on parler d'environnement de nos jours sans automatiquement râler un peu ??) mais comme promis précédemment, je viens ici avec des idées constructives.

Ne nous étendons pas sur les sujet: l'airco ans les voitures, je suis contre. Parce que c'est mauvais pour les bronches, parce que ca émet du CO2 juste pour nous assurer un petit confort égoïste et bien inutile.  En Belgique, l'airco ne se "justifie" encore que 10 jours par an.  Et les plus cyniques d'ajouter en ricanant bêtement "Ben alors, puisque on nous promet quand même que la planète va se réchauffer, autant s'y préparer, arf, arf, arf"...  Voilà, c'est dit; je ne ferai plus de commentaires sur cet aspect du problème.

 

En moyenne ces dispositifs consomment de 2 à 3 litres de carburant par heure de fonctionnement, et émettent des gaz polluants en conséquence.

Sans compter la pollution inhérente aux gaz réfrigérants utilisés (HFC)

Ceci pose les problèmes suivants pour les consommateurs qui veulent faire un geste pour l'environnement:

  • Il n'est souvent plus possible de pouvoir obtenir un modèle X, mais sans l'air-co qui fait partie de son équipement standard.
  • Ne souhaitant pas avoir l'airco sur sa voiture, le client doit alors se rabattre sur des modèles inférieurs au niveau de l'équipement, et bien souvent, cela signifie aussi un niveau inférieur en matière de sécurité (par exemple: absence d'airbags latéraux)
  • Cette tendance à l'airco de série peut être perçue comme une vente forcée pour celui qui tient malgré tout à CE modèle et pas un autre.
  • Il y a une fausse apparence de gratuité, car le prix de l'airco est évidemment incorporé au prix de vente, mais ce n'est évidemment pas perçu comme tel.
  • Les émissions de co2 de l'airco ne sont pas intégrées dans le calcul des rejets d'un véhicule. Des voitures moins polluantes bénéficient d'un avantage fiscal, alors que si on tenait compte des émissions de l'airco qui les équipe parfois, il y a fort à parier que plus un seul véhicule actuel ne répondrait aux critères.

Face à cela, ma proposition constructive est relativement simple:

 

1°) Instaurer une réglementation stipulant que pour tout modèle mis sur le marché, le client DOIT pouvoir l'obtenir sans air-co.

De plus, le prix de vente doit clairement faire la différence, dans le sens où il ne serait pas possible de bénéficier systématiquement d'un "air-co" gratuit ou de "l'air-co à 1 euro". Ceci tenderait à invalider le raisonnement "je prends l'airco parce que c'est gratuit".

Une telle réglementation ne peut être réellement efficace que si elle est prise au niveau européen.  Néanmoins, une initiative nationale aurait aussi son intérêt, mais seriat sans doute plus problématique pour les constructeurs.

Vu que le prix serait plus bas pour les véhicules sans air-co, ceci ne devrait entraîner aucun impact négatif pour les pays du sud de l'Europe où l'air-co est plus facilement justifiable.

Enfin, vu qu'il y aurait moyen de trouver une nouvelle voiture un peu moins chère dans sa version sans air-co, ceci pourrait peut-être stimuler un peu plus le remplacement d'un vieux véhicule polluant dans le chef de ménages moins fortunés.  Du coup, cela devrait aussi assurer aux constructeurs réticents un chiffre d'affaire qui ne serait pas affecté par la mesure, le prix (légèrement) inférieur pouvant être neutralisé par une (légère) augmentation du volume des ventes.

2°) Dans le calcul des émissions d'un véhicule, surtout en vue de l'octroi d'incitants fiscaux, il faut intégrer les émissions de l'airco.  Ceci devrait stimuler les constructeurs qui utilisent l'argument fiscal comme argument commercial, car à ce moment-là, ils feront d'office la promotion pour les véhicules sans air-co.  Ceci rendra l'incitant fiscal un peu plus efficace, puisque combiné à un prix d'achat déjà inférieur, il renforcerait d'autant l'attrait d'un véhicule propre.

 

Voilà, je vous livre cette idée telle quelle, et j'attends vos avis.  Je sais qu'il y a beaucoup de gens plus intelligents que moi qui me lisent, alors vos avis sont très utiles.  Par la suite, je compte essayer de contacter les représentants en Belgique des principaux constructeurs automobiles pour leur soumettre l'idée, ainsi que des associations telles la Febiac, le Touring Club, etc... et faire de même avec nos hommes politiques via leur partis.

Répondez nombreux !  Merci d'avance.

19:30 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : environnement, energie, nature |  Facebook |

Commentaires

vous n'avez peut être pas Hulot en Belgique, mais vous avez Davod! Vraiment je trouve cette idée très valable et surement facilement faisable! Petite question technique de ma part; si on a quand même un airco (je n'en ai pas, mais je suis curieuse de nature) et on ne l'allume pas, on pollue pas plus qu'une voiture sans?

Écrit par : zara whites | 24/11/2006

Répondre à ce commentaire

eh....je voulais quand m^me dire David, pas Davod, bien sûr!

Écrit par : zara whites | 24/11/2006

Répondre à ce commentaire

Zara, Si tu as l'air-co et que tu ne t'en sers pas, tu ne pollueras pas beaucoup plus qu'une voiture sans sauf pour transporter le poids de l'installation, mais ce n'est pas grand'chose.
Par contre, ce qui pollue aussi, c'est que lorsque on fait l'entretien de la voiture, parfois, on vidange le circuit d'air-co eton remplace le gaz réfrigérant, même si tu ne t'en sers pas. Et, ce gaz n'est, à ma connaissance, pas recyclé, et attaque grandement la couche d'ozone.
En plus, si il y a un accident, même léger, qui endommage l'appareil, ou quand la voiture part à la casse, alors le gaz est aussi libéré dans l'atmosphère.
Donc, il vaut quand même mieux ne pas avoir du tout l'air-co sur sa voiture, mais bien sûr, si on ne l'utilise pas, c'est toujours mieux.
(Pas grave pour la faute, bien sûr! Mais attention, si tu recommences, je t'appelle Zoro.. ;-)))

Écrit par : David | 24/11/2006

Répondre à ce commentaire

c'est délicat... D'abord pour répondre à Zara, si on n'utilise pas l'air-co, on réduit en effet les rejets de CO2, mais on n'empêche pas les évaporations du liquide caloporteur (HFC) qui eu continue à s'évaporer. Maintenant c'est vrai que l'air-co ajoute une surconsommation, mais la plus grosse surconsommation des véhicules vient de la façon de conduire... La différence entre une conduite souple et nerveuse peux engendrer une surconsommation de 20%... Maintenant, si on cherche à voir un peu plus loin, l'avenir immédiat de l'automobile semble être le véhicule hybride. C'est à dire un véhicule équipé d'un moteur thermique et d'un moteur électrique. Pour pouvoir fonctionner en tout électrique il faut dans la voiture des batteries de puissance. Et d'après vous comment vont être refroidit les batteries de puissance..? Certainement avec de l'air réfrigéré provenant de l'air-co... sinon ça ne marchera pas... Le plus interressant pour les clims c'est de trouver un remplacement pour les HFC. Et je le reis, le plus gros gain proviendra de l'assouplissement de la conduite.

Écrit par : genfi | 24/11/2006

Répondre à ce commentaire

Hybride, une FBS ? Bonjour Genfi, et merci d'être passé.
D'accord avec toi pour l'évaporation du HFC: j'avais oublié de le mentionner, et d'accord avec toi pour une conduite plus souple.
Cependant, pour les voitures hybrides, j'ai un doute... Figure-toi que j'ai intensivement comparé deux modèles de voitures (une à essence "normale", et une hybride) et je ne peux m'empêcher de penser que l'hybride, c'est comme les bio-carburants: on croit bien faire, mais si on examine le tout, si on fait le bilan écologique TOTAL, et bien, l'hybride, c'est pas la panacée....
D'abord parce que pour les 2 modèles dont je te parle, j'ai des consommations annoncées par le constructeur de 6.7 l/100, soit 160 g de CO2 par km pour la voiture "classique" et de 4.3 l/100 (104 g cO2/km) pour l'hybride). Sympa, non ?
Oui, mais...
Dans le modèle classique, il n'y a pas d'airco, dans l'hybride, il y a l'air-co, soit une consommation de 2 à 3 l par heure en plus. Disons 2l, et si tu roules vraiment très vite, ca fera 2 litres aux 100 kms (je suis gentil !). Donc, nous voilà avec une hybride qui consomme 6.3 litres (en étant très gentil sur la conso de l'airco), et une classique qui ne prend que 6.2 litres.... Et puis, il y a la question des batteries. Leur durée de vie est de 5 ans grand maximum. Après, il faut les remplacer. Et à ton avis, que deviennent-elles en fin de vie ? Et à ton avis, combien d'énergie a-t-il fallu pour les fabriquer, ces batteries ? N'est-ce pas une aberration de mettre d'office un air-co sur une voiture hybride dont l'argument principal est justement qu'elle serait moins polluante ? Et puis, il y a une difréence de prix de... 9.000 EUR ! Qui fera le pas à ce prix ?
On aura pris un peu d'avance, mais je voulais justement présenter prochainement les hybrides comme étant une Fausse Bonne Solution (au même titre que les bio-carburants).
La bonne solution est celle que tu as évoquée: la conduite souple. Et aussi les "néga-kilomètres" par analogie aux "négawatts", à savoir, les kilomètres que l'on ne roulera pas quand c'est pas indispensable.
(Pour ceux que ca intéresse, les modèles comparés sont toutes deux des Toyota: une corolla Wagon (break) 1.4 VVT pour le modèle classique (16.935 EUR), et la Prius pour le modèle hybride (26.000 EUR minimum) )

Écrit par : David | 24/11/2006

Répondre à ce commentaire

principe hybride Entièrement d'accord avec toi, les néga-kilomètres sont la meilleure chose à faire. Par contre pour l'hybride il faut voir les choses un peu différement. Dans une voiture conventionnelle, lorsqu'on freine on dissipe l'énergie cinétique accumulée en chaleur dans les freins. Cette énergie à été "payée" en carburant à la mise en mouvement du véhicule. Au freinage elle est tout simplement perdue! Un véhicule hybride a la capacité de récupérer cette énergie en passant la machine électrique en génératrice au freinage. L'énergie ainsi récupérée peut ensuite être réutilisée. De plus, un véhicule hybride est capable de rouler en tout électrique. Et quand il le fait, il ne pollue pas. Certes, au total il peut polluer pareil qu'un véhicule conventionnel, mais son intêrét ici est de déplacer une partie de la pollution. Moins d'émission dans les bouchons, les parkings soutérains etc. Je pense donc qu'un véhicule hybride est plus interressant qu'un véhicule conventionnel. Mais la encore sa conduite demande à être adaptée pour en tirée profit. Par exemple si les freinages sont trop tardif on récupère peu. si on les anticipe, on récupère beaucoup. Le conducteur à donc un rôle important à jouer. De plus, je pense qu'aujourd'hui la technologie hybride doit encore un peu évoluer pour être efficace. aujourd'hui un véhicule hybride essence consomme autant qu'un véhicule normal diesel. L'hybride diesel sera déjà une amélioration. Toutefois, je te rejoints sur ce point, l'hybride n'est pas la solution, c'est une solution de transition vers (à mon avis) la pile à combustible qui est encore trop chere. Dernier point, je ne pense pas que les cycle d'homologation actuels (qui ont été conçus pour des véhicules conventionnels) soient adaptés à la mesure de l'efficacité d'un véhicule hybride. Peut etre que là aussi il y a quelque chose à faire.

Écrit par : genfi | 25/11/2006

Répondre à ce commentaire

David contre Goli…air-co :) Bon c’est vrai que l’air-co se retrouve de plus en plus en série dans les voitures, comme d’autres équipements d’ailleurs : air-bags, radars de stationnement, détecteurs pluie, crevaison, crépusculaire etc… Une tendance lourde vers des voitures avec plus de confort. Est-ce un bien, est-ce un mal ? Le débat risque d’être long.
Je suis aussi d’avis qu’il faudrait lier la fiscalité de la voiture aux émissions de polluants de toute sorte mais est on prêt à voir le prix des carburants doubler ou tripler ?
En fait, il faudrait que tous les constructeurs s’associent pour définir une matrice de voiture de base la plus « verte » possible
- recyclable à 100% en fin de vie.
- Avec un ordinateur de bord orienté « faible consommation/pollution » et pas « performance »
- Avec des Filtres à particules nouvelle génération (EURO 5 et supérieur)
- avec des moteurs optimisés pour consommer le moins possible et pourquoi pas (rêvons un peu) produire sa propre énergie (hybride, photovoltaïque)
- avec des alarmes chaque fois que, par ton comportement de conduite, tu te mets dans le rouge au niveau de la conso/pollution.
- avec des pneus intelligents qui te disent quand la pression n’est pas optimale (çà existe déjà)

Une fois cette « matrice » de voiture verte, les constructeurs la déclinerait et la concurrence continuerait.

Continue le combat, David !

Eole.

Écrit par : Eole | 25/11/2006

Répondre à ce commentaire

Bonnes remarques Toujours de bonnes remarques,.. merci!
Effectivement, le style de conduite (démarrages en souplesse, anticipation des ralentissements par l'utilisation du frein moteur) a une énorme incidence sur l'efficacité d'une hybride.... comme sur la conso d'une conventionnelle, d'ailleurs...
Petite précision pour nos amis français: Pour l'instant, en Belgique, des primes sont accordées par différentes instances à l'achat d'un véhicule répondant à certains critères en matière d'émissions de CO2. Moins de 105 g/km: réduction d'impôt = 15% du prix d'achat. Entre 105 et 115 g/km, 3% de réuction d'impôt. C'est de cette prime que je parlais dans le post, car les taux démissions énoncés ne tiennent pas compte de l'airco.
Eole, je voudrais aussi nuancer: la plupart de éléments de confort dans une voiture n'ont pas d'incidence sur les émissions, sauf l'air-co. Le confort n'est pas un mal (je ne suis pas médiévaliste !), sauf si son coût écologique est flagrant et disproportionné. Et comme je le dis aussi, ici en Belgique, l'airco ne se justifie même pas pour des raisons climatiques... ce qui sera différent du Sud de la France. Mais, de fait, c'est une question délicate....
Quant à toutes les mesures que tu énonces, sans vouloir être pessimiste ni vouloir faire un procès d'intention, je pense que si on ne les y oblige pas un peu, les constructeurs ne feront pas grand'chose de leur propre initiative. Ils savent faire des choses extraordinaires, mais il faut parfois les stimuler... Et cela, seuls les politiques peuvent y faire quelque chose. Que le débat continue ! ;-))))

Écrit par : David | 25/11/2006

Répondre à ce commentaire

okay, ma question n'a rien avoir avec le sujet de la clim, mais elle a avoir avec le CO2; ma question est, est-ce qu'il y a une difference entre l'essence 95 ou 98 au niveau de l'émission de CO2? gros bisous!!!

Écrit par : zara whites | 28/11/2006

Répondre à ce commentaire

95 ou 98 octanes Désolé pour le retard dans la réponse...
C'est une très bonne question. Je n'ai malheureusemenet pas de réponse. A mon avis, ca doitêtre à peu près la même chose, et il faut surtout faire attention à ce que pour quoi le moteur est conçu.
Peut-être des réponses sur les excellents sites:
http://www.moteurnature.com/
ou
http://www.clean-auto.com/

Écrit par : David | 30/11/2006

Répondre à ce commentaire

Pour résumer mes lectures sur le sujet, il ne faut manifestement pas utiliser le critère CO2 pour choisir le type d'essence que l'on va utiliser dans sa voiture !
Il faut en effet utiliser celle pour laquelle le moteur à été concu. Les moteurs "gonflés" grâce à un taux de compression plus élevé auront besoin de 98. Les moteurs récents de ce type peuvent rouler avec de la 95 car ils s'adaptent, mais perdent leurs performances au passage. Pour les anciens moteurs du même type , cela provoque des problèmes (mauvaise combustion, cliquetis, ...), c'est donc a éviter !
Mettre de la 98 dans un moteur prévu pour la 95 ne comporte pas de risque mais cela n'a apparement aucun intérêt.
En fait si votre moteur nécessite de la 98, il a sans doute un meilleur rendement et produit (un peu) moins de CO2 pour un travail égal.

Écrit par : Xavier | 03/12/2006

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

je découvre ce blog par hasard, et je le trouve formidable ! Il répond à des questions que je me posais depuis longtemps, le tout sur un ton humble et lucide, sans pour autant céder au catastrophisme. Bravo !

Concernant l'air-co, j'ai lu dans un livre évoquant les comportements “écologiques" à suivre, que par grosse chaleur, une voiture avec l'air-co en route consommait moins d'énergie qu'une voiture roulant fenêtres ouvertes... Qu'en est-il exactement ?

Merci pour votre travail.

Écrit par : Sébi | 24/01/2007

Répondre à ce commentaire

tres interessant de discuter des voitures vertes avec faible emission de CO2, mais vous ne compreneez absolument pas que le danger réel ne se trouve pas la. certes il est important de diminuer le CO2 mais a vous lire, c'est le seul polluant? parlons de l'essence sans plomb (la 95 ou 98) cela n'a pas d'importance. Dans ce type de carburant se trouve un type composé chimique (derivé du benzene), ce type de composé est mutagene, carcinogene et teratogene bref la pire saloperie qui peut exister. D'ici 10 ans le nombre de cancer et plus particulierement certains types de leucemie vont exploser et depasser les pires predictions, aujourd'hui deja les enquetes gouvernementales passent le probleme sous silence. Que representons nous? rien car nos dirigeants sont incompétants et se contentent des voix electorales, ils ne font jamais rien.
quelques derniers chiffres pour les utopistes :
le petrole rapporte aux differentes compagnies plus de 100 milliards de dollar par jour (vous pouvez vous renseigner, il n'y a pas d'erreur)
c'est l'argent qui gouverne le monde pensent certains, faux ; c'est l'energie et l'energie est ce qui rapporte le plus

Écrit par : bertrand | 10/11/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.