26/10/2006

"FBS": Les Fausses Bonnes Solutions

Face aux problèmes engendrés par notre mode de vie et le gaspillage des ressources naturelles qui l'accompagne, certains ont (enfin !) pris conscience des enjeux: tout simplement la survie de nombreuses espèces végétales et animales... dont l'homme.


Alors, parfois, des industries ou des pouvoirs politiques font le pas.  ils cherchent et proposent des solutions.
Certaines sont bonnes: les panneaux solaires thermiques et les primes qui sont octroyées pour leur installation, les éoliennes, les sacs de caisse en amidon de maïs ou en papier recyclé, etc...


D'autres posent question.   Parfois, on remplace une source de pollution par un autre. On déplace le problème. On le contourne, mais on ne le résoud pas. On donne bonne conscience aux consommateurs-pollueurs par des messages faussement positifs pour que, surtout, ils n'arrêtent pas de consommer.  Parfois on fait même pire encore....

J'ai bien envie de jeter un pavé dans la mare, et de pousser à la réflexion.
Très prochainement, je vais commencer à poster de temps à autres des petits articles sur ces "Fausses Bonnes Solutions" (FBS dans le sujet).
J'y aborderai certaines de ces solutions, en posant la question (souvent ouverte, parfois évidente) de savoir si c'est vraiment comme cela qu'il fallait s'y prendre.


En ce faisant, j'espère bien susciter des réactions, des discussions, et peut-être (pourquoi pas ?) réunir et diffuser des idées novatrices et positives.  Comme d'habitude sur mon blog, le but n'est pas la foire d'empoigne ou la critique aveugle et facile, mais bien la volonté farouche d'essayer de faire bouger, de changer les modes de pensée et d'améliorer les choses.

A bientôt.

07:47 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/10/2006

Consommation durable

Une campagne de sensibilisation à la consommation durable est actuellement menée dans tout le pays. A cette occasion, de petits conseils pleins de bon sens ont été regroupés sur leur site (voir plus bas).

  • utilisez plus souvent votre vélo.
  • achetez plus de produits de deuxième main.
  • investissez dans des placements éthiques.
  • employez plus d'emballages recyclables.
  • consommez davantage de produits bio.
  • choisissez plutôt des cafés qui portent un label.
  • utilisez de l'énergie verte.
  • mangez moins de viande.

Outre que ces conseils vont dans le sens d'une consommation plus socialement et environnementalement responsable, la plupart d'entre eux peuvent être à la source de substantielles économies pour tous.

Alors que le Belge est râleur (combien n'en ai-je entendu se plaindre du prix des produits pétroliers alors qu'ils ne bougent pas le petit doigt pour tenter de réduire un tant soit peu leurs diverses consommations), voici l'occasion d'une attitude un peu plus positive.

D'autres trucs et exemples à lire sur le site de la consommation durable et le site additionnel "L'achat malin" plein de conseils à suivre, plus particulièrement axés sur de meilleurs choix pendant les achats (c'est aussi pour vous, mesdames !)

Vous y trouverez aussi toute une série d'entreprises qui ont compris la nécessité du durable et qui participent au week-end portes ouvertes de la consommation durable qui aura lieu ces 21 et 22 octobre dans tout le pays.

Attention quand même, car parmi les participants, on retrouve néanmoins aussi certaines entreprises "moutons noirs de l'environnement" qui ne viennent là qu'avec un catalogue d'actions bassement publicitaires, et qui ne sont pas du tout réputées pour leur engagement dans le socialement et environnementalement durable; c'est le cas notamment de Carrefour (je vous parlerai un jour des étiquettes électroniques qui fleurissent dans leurs rayons, de leurs piles et de la communication que Carrefour tient à ce sujet lorsqu'on les interroge... édifiant !). Donc, méfiez-vous très fort des messages distillés par ce genre de société ce week-end !

En savoir plus:

Consommation durable: www.consommationdurable.be

L'achat malin: http://www.l-achat-malin.be

13:00 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/10/2006

Supports magnétiques: qu'en faire ?

C'est en 1979, voilà déjà presque 30 ans, que naquit le disque compact.   Le support réputé inaltérable, d'une grande fidélité et d'une grande capacité pour un encombrement réduit s'est rapidement imposé comme le support le plus populaire de tous les temps dans les domaines de l'informatique et des médias.

Il ne lui aura pas fallu bien longtemps pour détrôner, sous ses différentes formes (CD audio, MiniDisc, CD-ROM, DVD,...)  tous ses concurrents magnétiques.

Reléguées au fond des placards, nos anciennes cassettes audio, vidéo, de caméscope, ou nos vieilles disquettes finissent un jour par nous encombrer, et devant ces caisses poussiéreuses et désormais inutiles finit par surgir la question: Mais que vais-je bien pouvoir faire de tout ça ?

La première réponse qui vient à l'esprit est évidemment de tout jeter à la poubelle, mais vous ne seriez pas en train de me lire si cette solution était tout à fait satisfaisante.

Effectivement, examinons d'un peu plus près ces ancêtres, et voyons voir ce que révèle une autopsie de ses composants.

Tous ces supports magnétiques, malgré leurs différences évidentes, ont pourtant de nombreux points communs:

  • Le boîtier: composé d'un ou plusieurs types de plastiques (le plastique transparent permettant de voir la bande n'est pas le même que le plastique noir du boîtier proprement dit), en théorie recyclables, mais en pratique, pas de filière existante pour le grand public
  • L'étiquette autocollante: en papier, parfois plastifiée, mais jamais récupérable à cause des colles fortes utilisées pour les maintenir en place.
  • Le carton d'une VHS, l'étiquette dans le boîtier d'une cassette audio ou la boîte en carton des disquettes sont recyclables.  C'est toujours ça...
  • Colles diverses: pour coller plusieurs pièces ou plastiques ensemble, ou tout simplement l'étiquette. Produisent des substances toxiques à l'incinération.
  • Quincallerie diverse: Pour guider la bande ou la rotation du disque ou pour assurer l'assemblage du boîtier, de petits mandrins métalliques, des ressorts, loquets, leviers en plastique ou vis sont utilisées.
  • Les supports (bande ou disque) magnétiques: composés d'un support en film plastique recouvert, par différentes techniques, de substances ayant des propriétés électro-magnétiques précises. Ces substances sont en général composées de particules métalliques très fines, dont une des plus répandues est le dioxyde de chrome, substance hautement cancérigène , qui se détache des supports sous l'action de l'eau et peut ainsi contaminer les nappes phréatiques en cas de mise en décharge.

On se rend rapidement compte qu'un recyclage de l'objet en tant que tel est virtuellement impossible, à cause de la grande variété de composants et de matériaux.   De plus, malgré la présence de substances cancérigènes, ces bandes ou disques ne seront pas repris comme déchet chimique par les parcs à containeurs (sans doute par méconnaissance des autorités responsables de la dangerosité de la mise en décharge de telles substances -- probablement aucune étude ne s'étant intéressée au sujet)

Alors qu'en faire ?

Et bien les pistes sont assez limitées.

Après avoir mené une petite enquête auprès de nombreux organismes et associations, il est confirmé qu'il n'existe aucune filière de recyclage enBelgique. Tout au plus, un fabricant de mobilier de plaine de jeux reprend-t-il le plastique pour fabriquer de nouveaux engins... mais il se trouve au Canada !

Que reste-t-il, à part la décharge ou l'incinérateur ?

  • Vous pouvez prendre contact avec les brocantes d'Oxfam Solidarité (à ne pas confondre avec les magasins du monde).  Ces brocantes à vocation sociale pourront put-être vous reprendre quelques lots decassettes vidéo ou audio en excellent état pour les revendre. Votre don ne sera pas rémunéré, mais vous cherchiez tout de même à vous en défaire, de ces cassettes, non ?
  • Des écoles, associations, petites entreprises... pourraient peut-être encore trouver une utilité à vos disquettes
  • Et si vous trouvez d'autres pistes.... n'hésitez pas à les poster en commentaire sur ce blog: ça peut intéresser beaucoup de monde !

Ce que l'on peut aussi en tirer comme leçon, c'est qu'il ne faut jamais croire que parce que on lance sur le marché un produit, une filière de récupération des obsolètes (ou du dit produit en fin de vie) sera automatiquement mise en place.  Chaque achat que nous faisons aujourd'hui aura donc aussi des répercutions dans l'avenir.

Enfin, une réflexion: que deviendront nos CD's, DVD's, minidiscs... dans 20 ans ?  Et si on pensait dés à présent à leur récupération ? De façon sérieuse ? N'y aurait-il pas un débouché pour des nouvelles entreprises et des emplois à la clé ?

En savoir plus:

Centre International de Recherche pour le Cancer: http://www.iarc.fr/indexfr.html

Wikipedia: http://fr.wikipedia.org (cherchez cd, vhs, chrome,..)

Oxfam Solidarité: http://www.oxfamsol.be/fr/

19:59 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook |

11/10/2006

Mercure et lampes économiques

D'après une compilation d'études réalisée par la National Wildlife Federation (une association active dans la défense de l'environnement aux USA qui compte 4 millions de membres),
la chaîne alimentaire serait gravement contaminée par le mercure.
Le mercure, rappelons-le, est un métal lourd (symbole chimique: Hg) essentiellement rejeté par l'activité humaine, telles les centrales au charbon, les incinérateurs ou les pesticides qui
est rapidement absorbé par les plantes, puis par les animaux, et se retrouve à concentrations de plus en plus élevées
à mesure que l'on remonte la chaîne alimentaire.... jusqu'à nous.
Son ingestion provoque des troubles de l'immunité et des désordres touchant les reins, le cerveau ou dans le développement du foetus.
Dans nos pays, nous pouvons éviter de disséminer une certaine quantité de mercure tout simplement en ne jetant pas à la poubelle les lampes économiques usagées.  Elles peuvent en effet être reprises dans les petits déchets chimiques de nos parcs à containers.
Celles-ci, si elles sont une bonne solution adaptée dans beaucoup de cas pour engendrer d'importantes économies d'énergie, ont le gros défaut de contenir du mercure.
Il semblerait cependant que quelques marques aient lancé une gamme sans mercure, reconnaissable à la mention "0% Hg" sur l'emballage, auquel cas, ceci devrait devenir un automatisme d'achat.


Pour plus d'infos:

Le mercure dans la chaîne alimentairehttp://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=2...
(Visitez aussi la homepage: www.univers-nature.com )

Le mercure dans l'environnement: http://www.ec.gc.ca/MERCURY/SM/FR/sm-i.cfm?SELECT=SM

National Wildlife Federation: www.nwf.org (en anglais)

19:20 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mercure, energie, environnement, nature, pollution |  Facebook |

08/10/2006

Extrême dégoût (d'égout ?)

Juste une pensée de soutien pour les 70% d'électeurs flamands qui n'auront pas soutenu la haine et l'intolérance.

06/10/2006

Quel fournisseur d'électricité verte pour vous ?

C'est dans l'air du temps, on vous bassine de tous les côtés avec ça,... et pourtant, il faut bien y penser ne fut-ce qu'une fois !

En Wallonie aussi, on peut maintenant choisir son fournisseur d'électricité.
Pour vous aider à faire un choix, le Régulateur Wallon de l'Energie a mis en ligne l'outil ultime: le simulateur tarifaire.   Introduisez votre code postal, votre consommation annuelle et votre type de compteur, un clic, et hop !  Vous savez combien vous coûtera votre facture 2007 avec les différents acteurs présents actuellement sur la marché.  De plus, de ce simulateur, vous pourrez aisément accéder aux sites Internet des différents producteurs pour obtenir plus d'infos ou prendre contact.

J'ai fais le test pour vous, et pour ma petite consommation (1700 kWh de jour et 700 kWh de nuit), l'écart entre les deux extrêmes n'est que d'une septantaine d'euros (sur un an !). C'est à dire 6 euros par mois, c'est à dire moins que le prix d'une cigarette par jour ! (Ca tombe bien: je ne fume pas !)

Mais la bonne nouvelle, c'est que l'électricité verte n'est pas nécessairement plus chère.
Alors pourquoi ne pas en profiter pour acheter une électricité plus propre, et soutenir ainsi les investissements dans ce secteur de l'énergie renouvelable ?

Mais il y a vert et vert.  En effet, certains producteurs considèrent le charbon comme étant de la biomasse, et donc, une centrale au charbon produirait, selon eux, de l'électricité verte !

Pour vous éviter un "faux bon" choix, Greenpeace Belgique a décortiqué l'offre des différents fournisseurs et compare la composition de l'électricité produite et les politiques d'investissements de chaque producteur.

Avec ces 2 outils en main, vous serez en mesure de faire un vrai bon choix.  Mais ne traînez plus, la procédure de changement de fournisseur d'électricité est simple, mais peut prendre plusieurs mois avant que le changement ne soit effectif.

Et rappelez-vous aussi: même en vert, le meilleur kWh est celui qui n'est pas consommé !
Simulateur tarifaire de la CWaPE: http://simulateur.ugr.be/
Comparatif Greenpeace: http://www.greenpeace.org/belgium/fr/electricite_verte/


05/10/2006

Eoliennes en Mer du Nord

Le véritable coup d'envoi de la mise en place de vraies grandes fermes éoliennes offshore est donné par l'Allemagne.

Déjà pionniers européens en la matière pour les parcs éoliens sur terre ferme, on estime que l'Allemagne n'aura pas trop de difficultés à produire 10% de son électricité rien qu'au départ de l'éolien.  Ca représente tout de même la production approximative de trois réacteurs nucléaires...

Et tout cela sans parler des autres sources renouvelables encore disponibles.

Quelques chiffres très intéressants dans cet article disponible sur AtlasVista Maroc:

http://www.avmaroc.com/actualite/lancement-premier-a48866...

Visitez aussi leur homepage: http://www.avmaroc.com/

21:02 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : eoliennes, offshore, energie |  Facebook |

Bienvenue sur mon blog

Bonjour, et bienvenu à tous et à toutes sur mon blog !

Certains d'entre vous me connaissent déjà, car les fidèles lecteurs de ma newsletter "Eole" vont dorénavant se retrouver ici. 

Pour les autres, disons que je suis juste un gars comme les autres, avec une famille comme les autres, et des idées comme les autres....

Sauf que mes idées se concentrent vers certains sujets souvent un peu trop délaissés.

Dans ce blog, je vais vous parler de la nature, de l'environnement, des pollutions, de l'actualité sur ces matières, et surtout... surtout... essayer de dégager une pensée positive et constructive pour que vous tous qui passerez me lire puissiez aussi vous dire que quelque chose est faisable.

Je ne vais pas vous garantir une publication périodique, mais je posterai un peu selon mes humeurs, mon temps libre et les sujets d'actualité.  

Cet été, si vous avez passé vos vacances en France, vous aurez peut-être un spot sur les radios françaises, visant à promouvoir les économies d'eau.  Ce spot se terminait par un slogan que je trouve extraordinaire:


 "Il n'y a pas de petit geste quand on est 60 millions à le faire"


  C'est bien entendu transposable à notre Belgique et ses 10 millions d'habitants....

Et je pense que ceci définit asez bien ce que j'essaie de partager, avec ce blog (et anciennement avec ma newsletter).  Voilà pourquoi ceci va devenir la devise de ce modeste blog.

Par le biais des commentaires, je veux VOUS donner à tous et à toutes la possibilité de VOUS exprimer aussi.  Dialoguez, partagez vos idées, mais surtout, par pitié, soyons constructifs. 

Les extrémistes de tout poil, les promoteurs de la haine, les champions du dénigrement gratuit et les parangons de l'égoïsme n'y seront pas les bienvenus.

Pour tous les autres, merci déjà d'être là, ... et merci de revenir me voir de temps à autres !

20:49 Écrit par David dans Nature | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : environnement, protection, terre, gaia |  Facebook |